Accéder au contenu principal

Lady Killer [Jones/Rich/Allred] Glénat

Lettrage de Fred Urek
.... Décrire Lady Killer comme l'inversion genrée du thriller criminel certifié années 50 est vrai, mais pas suffisant. Y voir le symptôme d'un zeitgeist pro-féminin n'est certainement pas faux, mais pas plus suffisant.
Ainsi, résumer la bédé créée par Joëlle Jones & Jamie S. Rich à ses apparences, c'est négliger le savoir-faire évident dont elle est le résultat, son ironie socratique, et son élégance. 
Colorisation de Laura Allred
.... Possible variation de Ma Sorcière bien-aimée, série télévisée à laquelle le recueil publié par l'éditeur hexagonal Glénat ne manquera pas de faire penser (du moins, à certains de ses lecteurs), et avec laquelle elle partage plus d'un point commun (le mari naïf, la belle-mère acariâtre, la double vie de l'héroïne, son exemplarité, l'époque, etc.), Lady Killer propose un divertissement certes générique, mais que la pluralité des qualités - perceptibles dès les premières pages - devrait rendre indispensable à tous ceux qui voudront bien me croire sur parole.
Ajoutez-y une préface très pince-sans-rire de Chelsea Cain, excellente scénariste d'un trop bref passage sur la bédé Mockingbird [Pour en savoir +], et par ailleurs autrice de tout aussi excellents thrillers (dont l'un d'entre eux vient d'être adapté en série télévisée [Pour en savoir +]), plus quelques fausses publicité typées fifities, bien que Lady Killer se déroule très précisément en 1962, et vous voilà avec un aperçu partiel de cet ouvrage traduit par Philippe Touboul, qu'il ne tient qu'à vous de compléter en vous y plongeant.  
Vous ne le regretterez pas !
  
(À suivre ....)

Commentaires

  1. Noté.

    J'ai beaucoup apprécié les récents épisodes de "Batman" de Tom King dessinés par Joelle Jones, qui a su se fondre dans cette série très codifiée sans y perdre son style.

    Ce n'est pas la première fois que je lis de bonnes choses au sujet de "Lady killer", mais ton billet a achevé de me convaincre de l'acquérir.

    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai avec intérêt ce que tu en diras sur ton blog. [-_ô]

      Supprimer
  2. Coïncidence du calendrier, un travail antérieur en noir et blanc du même duo d'auteurs, You have killed me, vient d'être réédité cette semaine chez Oni press: https://www.previewsworld.com/Catalog/OCT171728.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est aussi bon que le premier tome de Lady Killer, j'en suis !

      Merci amigo !!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er