Accéder au contenu principal

Lady Killer [Jones/Rich/Allred] Glénat

Lettrage de Fred Urek
.... Décrire Lady Killer comme l'inversion genrée du thriller criminel certifié années 50 est vrai, mais pas suffisant. Y voir le symptôme d'un zeitgeist pro-féminin n'est certainement pas faux, mais pas plus suffisant.
Ainsi, résumer la bédé créée par Joëlle Jones & Jamie S. Rich à ses apparences, c'est négliger le savoir-faire évident dont elle est le résultat, son ironie socratique, et son élégance. 
Colorisation de Laura Allred
.... Possible variation de Ma Sorcière bien-aimée, série télévisée à laquelle le recueil publié par l'éditeur hexagonal Glénat ne manquera pas de faire penser (du moins, à certains de ses lecteurs), et avec laquelle elle partage plus d'un point commun (le mari naïf, la belle-mère acariâtre, la double vie de l'héroïne, son exemplarité, l'époque, etc.), Lady Killer propose un divertissement certes générique, mais que la pluralité des qualités - perceptibles dès les premières pages - devrait rendre indispensable à tous ceux qui voudront bien me croire sur parole.
Ajoutez-y une préface très pince-sans-rire de Chelsea Cain, excellente scénariste d'un trop bref passage sur la bédé Mockingbird [Pour en savoir +], et par ailleurs autrice de tout aussi excellents thrillers (dont l'un d'entre eux vient d'être adapté en série télévisée [Pour en savoir +]), plus quelques fausses publicité typées fifities, bien que Lady Killer se déroule très précisément en 1962, et vous voilà avec un aperçu partiel de cet ouvrage traduit par Philippe Touboul, qu'il ne tient qu'à vous de compléter en vous y plongeant.  
Vous ne le regretterez pas !
  
(À suivre ....)

Commentaires

  1. Noté.

    J'ai beaucoup apprécié les récents épisodes de "Batman" de Tom King dessinés par Joelle Jones, qui a su se fondre dans cette série très codifiée sans y perdre son style.

    Ce n'est pas la première fois que je lis de bonnes choses au sujet de "Lady killer", mais ton billet a achevé de me convaincre de l'acquérir.

    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai avec intérêt ce que tu en diras sur ton blog. [-_ô]

      Supprimer
  2. Coïncidence du calendrier, un travail antérieur en noir et blanc du même duo d'auteurs, You have killed me, vient d'être réédité cette semaine chez Oni press: https://www.previewsworld.com/Catalog/OCT171728.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est aussi bon que le premier tome de Lady Killer, j'en suis !

      Merci amigo !!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…