Accéder au contenu principal

Lady Killer [Jones/Rich/Allred] Glénat

Lettrage de Fred Urek
.... Décrire Lady Killer comme l'inversion genrée du thriller criminel certifié années 50 est vrai, mais pas suffisant. Y voir le symptôme d'un zeitgeist pro-féminin n'est certainement pas faux, mais pas plus suffisant.
Ainsi, résumer la bédé créée par Joëlle Jones & Jamie S. Rich à ses apparences, c'est négliger le savoir-faire évident dont elle est le résultat, son ironie socratique, et son élégance. 
Colorisation de Laura Allred
.... Possible variation de Ma Sorcière bien-aimée, série télévisée à laquelle le recueil publié par l'éditeur hexagonal Glénat ne manquera pas de faire penser (du moins, à certains de ses lecteurs), et avec laquelle elle partage plus d'un point commun (le mari naïf, la belle-mère acariâtre, la double vie de l'héroïne, son exemplarité, l'époque, etc.), Lady Killer propose un divertissement certes générique, mais que la pluralité des qualités - perceptibles dès les premières pages - devrait rendre indispensable à tous ceux qui voudront bien me croire sur parole.
Ajoutez-y une préface très pince-sans-rire de Chelsea Cain, excellente scénariste d'un trop bref passage sur la bédé Mockingbird [Pour en savoir +], et par ailleurs autrice de tout aussi excellents thrillers (dont l'un d'entre eux vient d'être adapté en série télévisée [Pour en savoir +]), plus quelques fausses publicité typées fifities, bien que Lady Killer se déroule très précisément en 1962, et vous voilà avec un aperçu partiel de cet ouvrage traduit par Philippe Touboul, qu'il ne tient qu'à vous de compléter en vous y plongeant.  
Vous ne le regretterez pas !
  
(À suivre ....)

Commentaires

  1. Noté.

    J'ai beaucoup apprécié les récents épisodes de "Batman" de Tom King dessinés par Joelle Jones, qui a su se fondre dans cette série très codifiée sans y perdre son style.

    Ce n'est pas la première fois que je lis de bonnes choses au sujet de "Lady killer", mais ton billet a achevé de me convaincre de l'acquérir.

    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai avec intérêt ce que tu en diras sur ton blog. [-_ô]

      Supprimer
  2. Coïncidence du calendrier, un travail antérieur en noir et blanc du même duo d'auteurs, You have killed me, vient d'être réédité cette semaine chez Oni press: https://www.previewsworld.com/Catalog/OCT171728.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est aussi bon que le premier tome de Lady Killer, j'en suis !

      Merci amigo !!

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …