Accéder au contenu principal

Jupiter's Legacy [Mark Millar/Frank Quitely]

Une préface qui prend ses désirs pour des réalités
.... Enfant légitime de la fantasy (Edgar Rice Burroughs dans un 1er temps) et du polar hard-boiled, (L'école Black Mask pour le dire vite) la bédé de super-héros réaffirmera son héritage certifié « dur à cuire » à l'instant d'inaugurer la vague « grim & gritty », apparue au mitan des eighties au travers des deux œuvres considérées d'ordinaire comme fondatrices (DKR et Watchmen), de ce qui deviendra un tsunami au sein de la bande dessinée américaine mainstream .
Un courant sombre et violent, dans lequel Mark Millar sera comme un poisson dans l'eau.

De manière inattendue, le scénariste écossais démarre le scénario de Jupiter's Legacy en 1932, liant l'apparition de ses super-héros (dans un monde qui n'en a pas) à la crise financière inaugurée par le tristement célèbre « jeudi noir » de 1929. Un krach qui a justement favorisé l’émergence et l'épanouissement de cette littérature où le crime était remis à sa place (dixit Raymond Chandler), et que Shuster & Siegel se réapproprieront, à partir de 1938, au moment d'infuser la diégèse de leur invention la plus connue. 
Notons au passage, que Millar ne résistera pas à inventer - lui aussi - son avatar à l'Homme d'acier.
Difficile de ne pas ressentir toute la violence du choc à l'image du personnage
Si pour ma part je ne demandais pas tant d'originalité, force est de constater qu’après 12 numéros, nous ne sommes pas plus avancés sur cette mystérieuse origine. Idem en ce qui concerne la solution à l'état de l'économie de l'Amérique en 2013, situation qui mettra le feu aux poudres, et qui n'est rien de plus qu'un vernis qui ne masquera pas la vacuité de Jupiter's Legacy
Cette dimension politique que revendique Mark Millar est tout simplement de la poudre aux yeux qui, malheureusement pour lui, risque de déciller ses lecteurs plus qu'elle ne les éblouira.  

C'est d'autant plus dommage que dans le registre des super-héros nihilistes, désinhibés et assoiffés de renommée (et d'argent), il reste un maestro. Et de ce côté-là Jupiter's Legacy est réussie, si on veut bien passer outre sa longueur.
Une planche très cinégénique que - paradoxalement - seule la BD peut offrir

Une longueur d'autant plus facile à oublier que c'est Frank Quitely aux dessins.

.... Adepte des cases panoramiques (dites 16/9ème), sont sens de la kinésique et du cadrage leur donne un coefficient d'information rarement vu ailleurs. Alors que chez nombre de ses contemporains ce type de case est souvent synonyme de décompression.
Son sens du découpage donne à ses planches un magnétisme, et une énergie qui fait de n'importe lequel de ses projets des page-turner. En plus d'être capable de tours de force, qu'il a la sagesse de ne pas multiplier.

C'est dire si Millar joue sur du velours, ce qu'il a par ailleurs bien compris, puisqu'il collabore toujours avec des pointures artistiques sur ses propres projets, lesquelles arrivent souvent à masquer la vacuité de ses scénarios.
Sans commentaire

.... En définitive lorsque Mark Millar reste dans son couloir de nage, et à condition d'être édité (chose qui n'arrivera jamais sur ses creator-owned) il semble encore capable d'écrire des bandes dessinées distrayantes. Ce qui n'est malheureusement pas totalement le cas ici.
Toutefois, Frank Quitely rend la pilule beaucoup plus digeste, tournant à l'avantage des lecteurs la longueur inutile de Jupiter's Legacy. Un beau tour de force !
__________
J'ai lu les six premiers numéros de la série grâce à la traduction de Ben KG/MAKMA via l'édition Panini, et les 6 numéros suivants dans leur langue d'origine. Toutefois le second tome devrait incessamment paraître sous nos latitudes, toujours chez Panini.       

Commentaires

  1. Je n'ai pas encore lu la série, ce que je ne manquerai pas de faire étant donné la production parcimonieuse du dessinateur, mais ça m'embête que Frank Quitely se soit lancé dans cette collaboration avec Millar. Je me languis de pouvoir lire un jour une nouvelle perle produite avec son "partenaire de crime" Grant Morrison, ce qui n'arrivera vraisemblablement pas avant un moment étant donné qu'il devrait se consacrer cette année au prochain arc de Jupiter's Legacy.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un