Accéder au contenu principal

Jupiter's Legacy [Mark Millar/Frank Quitely]

Une préface qui prend ses désirs pour des réalités
.... Enfant légitime de la fantasy (Edgar Rice Burroughs dans un 1er temps) et du polar hard-boiled, (L'école Black Mask pour le dire vite) la bédé de super-héros réaffirmera son héritage certifié « dur à cuire » à l'instant d'inaugurer la vague « grim & gritty », apparue au mitan des eighties au travers des deux œuvres considérées d'ordinaire comme fondatrices (DKR et Watchmen), de ce qui deviendra un tsunami au sein de la bande dessinée américaine mainstream .
Un courant sombre et violent, dans lequel Mark Millar sera comme un poisson dans l'eau.

De manière inattendue, le scénariste écossais démarre le scénario de Jupiter's Legacy en 1932, liant l'apparition de ses super-héros (dans un monde qui n'en a pas) à la crise financière inaugurée par le tristement célèbre « jeudi noir » de 1929. Un krach qui a justement favorisé l’émergence et l'épanouissement de cette littérature où le crime était remis à sa place (dixit Raymond Chandler), et que Shuster & Siegel se réapproprieront, à partir de 1938, au moment d'infuser la diégèse de leur invention la plus connue. 
Notons au passage, que Millar ne résistera pas à inventer - lui aussi - son avatar à l'Homme d'acier.
Difficile de ne pas ressentir toute la violence du choc à l'image du personnage
Si pour ma part je ne demandais pas tant d'originalité, force est de constater qu’après 12 numéros, nous ne sommes pas plus avancés sur cette mystérieuse origine. Idem en ce qui concerne la solution à l'état de l'économie de l'Amérique en 2013, situation qui mettra le feu aux poudres, et qui n'est rien de plus qu'un vernis qui ne masquera pas la vacuité de Jupiter's Legacy
Cette dimension politique que revendique Mark Millar est tout simplement de la poudre aux yeux qui, malheureusement pour lui, risque de déciller ses lecteurs plus qu'elle ne les éblouira.  

C'est d'autant plus dommage que dans le registre des super-héros nihilistes, désinhibés et assoiffés de renommée (et d'argent), il reste un maestro. Et de ce côté-là Jupiter's Legacy est réussie, si on veut bien passer outre sa longueur.
Une planche très cinégénique que - paradoxalement - seule la BD peut offrir

Une longueur d'autant plus facile à oublier que c'est Frank Quitely aux dessins.

.... Adepte des cases panoramiques (dites 16/9ème), sont sens de la kinésique et du cadrage leur donne un coefficient d'information rarement vu ailleurs. Alors que chez nombre de ses contemporains ce type de case est souvent synonyme de décompression.
Son sens du découpage donne à ses planches un magnétisme, et une énergie qui fait de n'importe lequel de ses projets des page-turner. En plus d'être capable de tours de force, qu'il a la sagesse de ne pas multiplier.

C'est dire si Millar joue sur du velours, ce qu'il a par ailleurs bien compris, puisqu'il collabore toujours avec des pointures artistiques sur ses propres projets, lesquelles arrivent souvent à masquer la vacuité de ses scénarios.
Sans commentaire

.... En définitive lorsque Mark Millar reste dans son couloir de nage, et à condition d'être édité (chose qui n'arrivera jamais sur ses creator-owned) il semble encore capable d'écrire des bandes dessinées distrayantes. Ce qui n'est malheureusement pas totalement le cas ici.
Toutefois, Frank Quitely rend la pilule beaucoup plus digeste, tournant à l'avantage des lecteurs la longueur inutile de Jupiter's Legacy. Un beau tour de force !
__________
J'ai lu les six premiers numéros de la série grâce à la traduction de Ben KG/MAKMA via l'édition Panini, et les 6 numéros suivants dans leur langue d'origine. Toutefois le second tome devrait incessamment paraître sous nos latitudes, toujours chez Panini.       

Commentaires

  1. Je n'ai pas encore lu la série, ce que je ne manquerai pas de faire étant donné la production parcimonieuse du dessinateur, mais ça m'embête que Frank Quitely se soit lancé dans cette collaboration avec Millar. Je me languis de pouvoir lire un jour une nouvelle perle produite avec son "partenaire de crime" Grant Morrison, ce qui n'arrivera vraisemblablement pas avant un moment étant donné qu'il devrait se consacrer cette année au prochain arc de Jupiter's Legacy.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er