Accéder au contenu principal

The New Avengers [Al Ewing & all.]

.... Je crois qu'Al Ewing est un des rares scénaristes à travailler dans le milieu de la bédé américaine de divertissement, qui affirme n'avoir aucun problème avec les « events » qui ponctuent désormais les publications vendues par les deux plus gros éditeurs étasuniens des super-héros. Et si d'aventure vous avez lu certaines des ses histoires, il a dû vous apparaître clairement que son style s'y prêtait, en effet, à merveille.
Si chez Ewing une lecture « premier degré » suffit largement pour apprécier son travail, une bonne provision de Suspension volontaire d'incrédulité© est néanmoins nécessaire. Obligatoire même, comme nous allons le voir !
Une question bien légitime mon cher Hulking
.... La série The New Avengers™, que je viens de lire, en est une bonne illustration. Ses 18 numéros sont un festival de « repentirs », et la plus grande concentration « d'agents triples » (au moins) jamais orchestrée de mémoire de lecteurs. Deux techniques qui caractérisent le style Ewing, ici au meilleur de sa forme.

Scénariste généreux, l'auteur anglais, qui a fait ses premières armes dans les pages de l'hebdomadaire 2000AD [Pour en savoir +], donne d'ailleurs les clés de son algorithme créatif, au travers de ce qui peut être considéré comme son manifeste : un épisode de la série Loki, qu'il a écrite pour l'entreprise Marvel de début 2014 à fin 2015 (17 numéros, auxquels on peut ajouter la mini-série Original Sin : Thor and Loki).

Attendez-vous à l'inattendu

Al Ewing a toujours un univers dans sa manche
.... Parangon des entourloupeurs, la divinité nordique Loki appartient aussi, depuis 1962 au panthéon marvelien, chez qui elle est responsable de rien moins que la réunion des Vengeurs (Avengers™).
Ayant subi une cure de rajeunissement, et l'attention des caméras grâce à Tom Hiddleston, ce personnage est soudain devenu beaucoup plus bankable aux yeux de l'éditeur Marvel. D'où cette série où il joue les premiers rôles* sous la direction d'Al Ewing.

Si je ne perds pas de vue que mon sujet est The New Avengers™, c'est toutefois dans les pages de la série Loki : Agent d'Asgard qu'on retrouvera le code créatif qui décrypte mieux la méthode Ewing, qu'on retrouve peu ou prou sur tous ces travaux américains.
La rétroactivité ou, la transformation de l'énergie narrative
.... La méthode Ewing est toute entière contenue dans cette seule case (supra), dont l'épisode d'où elle est extraite donne par ailleurs une fort brillante démonstration.
Le scénariste à l'instar de Loki (qui pourrait être son totem) est un adepte de la réécriture ; chaque scène, chaque personnage est susceptible sera à un moment ou un autre réinterprété, permettant les rebondissements les plus inattendus, lesquels imprimeront dès lors un nouvelle élan à l'histoire. Ceux qui ont lu la série The Ultimates™ (2016) se rappelleront sûrement le recrutement le plus improbable de l'histoire récente de l'univers 616© au sein de la plus belle copie carbone des Fantastic Four™ qu'il leur été donnée de lire.
Sous-titrage obligatoire
Le culot d'Ewing fait d'ailleurs de cette réécriture l'une des plus belles idées de la Maison qui revendique l'exclusivité d'en avoir. 

L'Ewingvers ou, six degrés de séparation

.... Al Ewing est visiblement un auteur qui s'amuse, et qui construit, petit à petit, une communauté de personnages avec qui il a plaisir à le faire. Si les Ultimates™ tirent pour une raison ou pour une autre leur révérence, qu'à cela ne tienne : l'aventure se poursuit dans Ultimates²™, The New Avengers™ devient U.S Avengers™.
S'il réuni une équipe multi-temporelle pour botter le train à Ultron™, rien de surprenant à ce que les New Avengers™ croisent, tôt ou tard, Danielle Cage™.
.... En définitive, la méthode d'Al Ewing pourrait être celle d'un scénariste utilisant les ficelles les moins acceptables de la culture de masse, elle apparaît tout au contraire à mes yeux comme une stratégie sacrément culottée, efficace & surtout dynamisante, pour un résultat rarement pris en défaut.

Chapeau l'artiste !!!
_____________________
*Sous la houlette du scénariste Kieron Gillen, instigateur dudit rajeunissement, Loki avait déjà connu un run mémorable entre mi-2011 et fin 2012, mais c'est cependant la 1er fois qu'il obtient une série à son propre nom.   

Commentaires

  1. il est vrai que j' ai trouvé ses new avengers particulièrement jubilatoire alors que j' avais pas acheté la revue kiosque pour eux

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…