Accéder au contenu principal

The New Avengers [Al Ewing & all.]

.... Je crois qu'Al Ewing est un des rares scénaristes à travailler dans le milieu de la bédé américaine de divertissement, qui affirme n'avoir aucun problème avec les « events » qui ponctuent désormais les publications vendues par les deux plus gros éditeurs étasuniens des super-héros. Et si d'aventure vous avez lu certaines des ses histoires, il a dû vous apparaître clairement que son style s'y prêtait, en effet, à merveille.
Si chez Ewing une lecture « premier degré » suffit largement pour apprécier son travail, une bonne provision de Suspension volontaire d'incrédulité© est néanmoins nécessaire. Obligatoire même, comme nous allons le voir !
Une question bien légitime mon cher Hulking
.... La série The New Avengers™, que je viens de lire, en est une bonne illustration. Ses 18 numéros sont un festival de « repentirs », et la plus grande concentration « d'agents triples » (au moins) jamais orchestrée de mémoire de lecteurs. Deux techniques qui caractérisent le style Ewing, ici au meilleur de sa forme.

Scénariste généreux, l'auteur anglais, qui a fait ses premières armes dans les pages de l'hebdomadaire 2000AD [Pour en savoir +], donne d'ailleurs les clés de son algorithme créatif, au travers de ce qui peut être considéré comme son manifeste : un épisode de la série Loki, qu'il a écrite pour l'entreprise Marvel de début 2014 à fin 2015 (17 numéros, auxquels on peut ajouter la mini-série Original Sin : Thor and Loki).

Attendez-vous à l'inattendu

Al Ewing a toujours un univers dans sa manche
.... Parangon des entourloupeurs, la divinité nordique Loki appartient aussi, depuis 1962 au panthéon marvelien, chez qui elle est responsable de rien moins que la réunion des Vengeurs (Avengers™).
Ayant subi une cure de rajeunissement, et l'attention des caméras grâce à Tom Hiddleston, ce personnage est soudain devenu beaucoup plus bankable aux yeux de l'éditeur Marvel. D'où cette série où il joue les premiers rôles* sous la direction d'Al Ewing.

Si je ne perds pas de vue que mon sujet est The New Avengers™, c'est toutefois dans les pages de la série Loki : Agent d'Asgard qu'on retrouvera le code créatif qui décrypte mieux la méthode Ewing, qu'on retrouve peu ou prou sur tous ces travaux américains.
La rétroactivité ou, la transformation de l'énergie narrative
.... La méthode Ewing est toute entière contenue dans cette seule case (supra), dont l'épisode d'où elle est extraite donne par ailleurs une fort brillante démonstration.
Le scénariste à l'instar de Loki (qui pourrait être son totem) est un adepte de la réécriture ; chaque scène, chaque personnage est susceptible sera à un moment ou un autre réinterprété, permettant les rebondissements les plus inattendus, lesquels imprimeront dès lors un nouvelle élan à l'histoire. Ceux qui ont lu la série The Ultimates™ (2016) se rappelleront sûrement le recrutement le plus improbable de l'histoire récente de l'univers 616© au sein de la plus belle copie carbone des Fantastic Four™ qu'il leur été donnée de lire.
Sous-titrage obligatoire
Le culot d'Ewing fait d'ailleurs de cette réécriture l'une des plus belles idées de la Maison qui revendique l'exclusivité d'en avoir. 

L'Ewingvers ou, six degrés de séparation

.... Al Ewing est visiblement un auteur qui s'amuse, et qui construit, petit à petit, une communauté de personnages avec qui il a plaisir à le faire. Si les Ultimates™ tirent pour une raison ou pour une autre leur révérence, qu'à cela ne tienne : l'aventure se poursuit dans Ultimates²™, The New Avengers™ devient U.S Avengers™.
S'il réuni une équipe multi-temporelle pour botter le train à Ultron™, rien de surprenant à ce que les New Avengers™ croisent, tôt ou tard, Danielle Cage™.
.... En définitive, la méthode d'Al Ewing pourrait être celle d'un scénariste utilisant les ficelles les moins acceptables de la culture de masse, elle apparaît tout au contraire à mes yeux comme une stratégie sacrément culottée, efficace & surtout dynamisante, pour un résultat rarement pris en défaut.

Chapeau l'artiste !!!
_____________________
*Sous la houlette du scénariste Kieron Gillen, instigateur dudit rajeunissement, Loki avait déjà connu un run mémorable entre mi-2011 et fin 2012, mais c'est cependant la 1er fois qu'il obtient une série à son propre nom.   

Commentaires

  1. il est vrai que j' ai trouvé ses new avengers particulièrement jubilatoire alors que j' avais pas acheté la revue kiosque pour eux

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er