Accéder au contenu principal

FAITH : À la conquête d'Hollywood

.... Inventée à l'aube des années 1990 par Jim Shooter et David Lapham, le premier surtout connu pour avoir été un editor-in-chief très controversé de la Marvel, et le second pour sa série Stray Bullets, Faith Herbert alias Zephyr connaitra un revival, au même titre que ses pairs, sous la houlette de Joshua Dysart et la bannière du nouveau Valiant, quelque vingt-cinq ans plus tard.
Héroïne endomorphe, une rareté dans la population pourtant très nombreuse des super-héros américains, Faith s'est vue octroyer sa propre série, après un galop d'essai de 4 numéros, celui-là même dont je vais parler.

Nanti d'un a priori très positif, je suis de ceux qui pensent que les silhouettes des super-héros et/ou de leur alter ego devraient montrer un peu plus de diversité, j'ai saisis l'exemplaire disponible dans l'une des bibliothèques municipales où j'ai mes entrées, dans l'espoir de passer un bon moment. 

.... Écrites par Jody Houser, les premières pages de la mini-série démarrent sur un quiproquo, qui scelle clairement le pacte de lecture, tout en étant joliment troussé.  
Ces cinq premières pages seront les meilleures du recueil.

En effet, Jody Houser canalise mal les (trop) nombreux monologues intérieurs de sa super-héroïne, à tel point qu'elle ne laisse pas de place à l'empathie que ne manque pourtant pas d'éveiller son personnage principal. Rien de ce que pense Faith ne nous est épargné, à croire que la scénariste craint de perdre ses lecteurs en route.
Ce n'est pourtant pas la complexité de l'intrigue qui risque d'y arriver.
Traduction : Mathieu Auverdin/MAKMA, lettrage : L. Hingray & C. Semal/Studio Myrtille
Cette surcharge textuelle (accentuée par une épidémie d'incontinence verbale qui touche tous les personnages) est d'autant plus inutile que les dessins de Francis Portella sont très kinésiques. Ainsi la page reproduite ci-dessus, bel exemple de récitatifs excédentaires, perd beaucoup de sa puissance évocatrice à cause d'eux. Sans parler (sic) de leur - quasi - inutilité.
Marguerite Sauvage
Marguerite Sauvage (ci-contre) apporte une part de son talent pour quelques scènes, celle où Faith fantasme sur des moments forts de son existence ; l'un des traits de caractère qui font tout le charme de cette sympathique héroïne. Laquelle requiert rien de moins que trois coloriste pour embellir son aventure.

.... Au final Faith, à la conquête d'Hollywood, peine à décoller (sans jeu de mots), à cause d'une intrigue bien trop peu palpitante et d'une scénariste bien trop prolixe.
Toutefois, Jody Houser n'est à mon sens, pas la seule à devoir être blâmée.

Dans le contexte créatif de l'édition étasunienne de bande dessinée, une série appartient à son éditeur (le plus souvent), et celui-ci, via ses editors, contrôle constamment ses publications.   
Le scénario n'échappe bien évidemment pas à cette supervision. 
Tom Brennan et Warren Simons, respectivement editor et editor-in-chief, autrement dit ceux à qui incombent entre autre de faire ce travail, ne l'ont visiblement pas fait.

Ou alors leurs goûts et leurs critères sont pas les miens.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…