Accéder au contenu principal

Écureuillette contre l'univers Marvel

.... Écureuillette, personnage relativement mineur de l'éditeur étasunien Marvel, inventé par Steve Ditko, qu'on ne présente plus et par Will Murray, grand spécialiste de la littérature publiée dans les pulp magazines, et par ailleurs romancier, notamment des aventures de L'Implacable* (The Destroyer en V.O),  ; Écureuillette donc disais-je, a les honneurs d'un graphic novel, traduit par la branche hexagonale de l'éditeur Panini, dans une collection justement nommée ...... « Graphic Novel ».
Évacuons d'ores et déjà un malentendu.

Un graphic novel, outre-Atlantique, est ce qu'on appelle en France un album. 
Autrement dit une histoire qui paraît d'un seul tenant mais surtout qui a été pensé comme tel. Sans avoir été au préalable commercialisée mensuellement, mode de publication encore largement dominant aux États-Unis, notamment lorsqu'il s'agit d'histoires de super-héros. Un graphic novel peut, le cas échéant, faire partie d'un projet publié de manière périodique [Pour en savoir +].

Contrairement à ce que pourrait laisser penser une traduction littérale, un "roman graphique" n'est pas forcément plus littéraire, ou plus complexe, qu'un périodique. 
Pas plus qu'il n'est, par le miracle de son format, plus novateur ou d'avant-garde.
L'une des très trop nombreuses notes de bas de page de l'album
Ainsi Watchmen, que beaucoup de lecteurs tiennent pour un chef-d’œuvre du 9ème art, et qui nonobstant cette auréole a été, et est encore une bédé très novatrice, a été en son temps mensualisée sous la forme d'une maxi-série de 12 fascicules. From Hell, toujours écrit pas Alan Moore n'est pas plus un roman graphique, alors que c'est aussi un chef-d’œuvre d'une complexité incroyable, et qui coudoie franchement ce que la littérature a à offrir de mieux.
Écureuillette ou l'ironie portée à son paroxysme
Cela dit, pas besoin d'être un chef-d’œuvre, ni de caresser les sommets littéraires pour donner entière satisfaction lorsqu'on paraît dans le secteur du divertissement de masse.
Est-ce dès lors, le cas de l'album de Ryan North & d'Erica Henderson ?

Eh bien rien n'est moins sûr.
Sans commentaire
.... Cela n'a rien à voir avec le personnage en lui-même. Écureuillette n'est pas plus ridicule qu'un adolescent mordu par une araignée radioactive, ni qu'un astronaute dont la peau se transforme en brique orange. Steve Gerber a inventé dans les années 1970, un simili Conan le « barbare », qui prend forme grâce à du beurre de cacahuètes, et rien dans les récits où il apparaît ne le montre ridicule.
Les scénaristes de bédé qui œuvrent dans le genre, pour paraphraser Michel Audiard, ça ose tout, c'est même ce qui fait leur charme. Le domaine des super-héros, sous-genre de la fantasy, est aussi d'abord celui de la démesure et de l'incroyable.

Une jeune femme affublée d'une queue préhensible en fourrure, aux incisives proéminentes de rongeur et agile comme un sciuridé, avec en bonus une force peu commune, a toutes les chances de passer inaperçue (ou presque) dans le New York d'encre et de papier de la « Maison des Idées » arpenté qu'il est, par toute une théorie de personnages plus bizarres les uns que les autres. 

Tout est une question de traitement
Histoire de bien poser l'horizon d'attente de l'histoire, les auteurs insèrent après quelques pages seulement, une pause dans le déroulement du récit
Et c'est là que le bât blesse.

Si on passe le ton moqueur, l'ironie acerbe et le simplisme du scénario, hormis si cet album s'adresse aux jeunes enfants, ce que le dispositif narratif dément (qui montre par ailleurs que le scénario est d'abord conscient d'en être un), la vraie pierre d'achopement de l'histoire est son inaptitude l'obstruction qu'elle fait au déclenchement de la suspension volontaire d'incrédulité nécessaire au lecteur. Tout est fait pour qu'on reste à distance du récit, pour qu'on n'oublie jamais qu'on est en train d'en lire un.
.... Et force est de constater, que rester ainsi à la périphérie de l'histoire d'Écureuillette contre l'univers Marvel, donne à sa finalité prescriptive un ton qui n'a rien d'enfantin.

Conscients de la naïveté dont ils sont les messagers, Ryan North & d'Erica Henderson, respectivement scénariste & dessinatrice, rient sous cape, jouent à en être, mais sans être dupes de l'inanité de leur propre scénario : « la bédé de super-héros est juste ringarde, montrons à quel point elle l'est, ça plaira sans aucun doute à ceux qui n'en lisent pas. Et ne veulent pas en lire. »
Tel est en substance l'impression qui me reste après avoir lu cet album ; qui, comble d'un certain snobisme, est préfacé par deux collaborateurs du prestigieux New York Times

Et si je me suis trompé, alors c'est peut-être encore pire. 
_____________
 * Personnage littéraire inventé par Richard Sapir & Warren Murphy, qui a aussi connu une exploitation en salle au travers d'un film intitulé : Remo sans arme et dangereux.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…