Accéder au contenu principal

Écureuillette contre l'univers Marvel

.... Écureuillette, personnage relativement mineur de l'éditeur étasunien Marvel, inventé par Steve Ditko, qu'on ne présente plus et par Will Murray, grand spécialiste de la littérature publiée dans les pulp magazines, et par ailleurs romancier, notamment des aventures de L'Implacable* (The Destroyer en V.O),  ; Écureuillette donc disais-je, a les honneurs d'un graphic novel, traduit par la branche hexagonale de l'éditeur Panini, dans une collection justement nommée ...... « Graphic Novel ».
Évacuons d'ores et déjà un malentendu.

Un graphic novel, outre-Atlantique, est ce qu'on appelle en France un album. 
Autrement dit une histoire qui paraît d'un seul tenant mais surtout qui a été pensé comme tel. Sans avoir été au préalable commercialisée mensuellement, mode de publication encore largement dominant aux États-Unis, notamment lorsqu'il s'agit d'histoires de super-héros. Un graphic novel peut, le cas échéant, faire partie d'un projet publié de manière périodique [Pour en savoir +].

Contrairement à ce que pourrait laisser penser une traduction littérale, un "roman graphique" n'est pas forcément plus littéraire, ou plus complexe, qu'un périodique. 
Pas plus qu'il n'est, par le miracle de son format, plus novateur ou d'avant-garde.
L'une des très trop nombreuses notes de bas de page de l'album
Ainsi Watchmen, que beaucoup de lecteurs tiennent pour un chef-d’œuvre du 9ème art, et qui nonobstant cette auréole a été, et est encore une bédé très novatrice, a été en son temps mensualisée sous la forme d'une maxi-série de 12 fascicules. From Hell, toujours écrit pas Alan Moore n'est pas plus un roman graphique, alors que c'est aussi un chef-d’œuvre d'une complexité incroyable, et qui coudoie franchement ce que la littérature a à offrir de mieux.
Écureuillette ou l'ironie portée à son paroxysme
Cela dit, pas besoin d'être un chef-d’œuvre, ni de caresser les sommets littéraires pour donner entière satisfaction lorsqu'on paraît dans le secteur du divertissement de masse.
Est-ce dès lors, le cas de l'album de Ryan North & d'Erica Henderson ?

Eh bien rien n'est moins sûr.
Sans commentaire
.... Cela n'a rien à voir avec le personnage en lui-même. Écureuillette n'est pas plus ridicule qu'un adolescent mordu par une araignée radioactive, ni qu'un astronaute dont la peau se transforme en brique orange. Steve Gerber a inventé dans les années 1970, un simili Conan le « barbare », qui prend forme grâce à du beurre de cacahuètes, et rien dans les récits où il apparaît ne le montre ridicule.
Les scénaristes de bédé qui œuvrent dans le genre, pour paraphraser Michel Audiard, ça ose tout, c'est même ce qui fait leur charme. Le domaine des super-héros, sous-genre de la fantasy, est aussi d'abord celui de la démesure et de l'incroyable.

Une jeune femme affublée d'une queue préhensible en fourrure, aux incisives proéminentes de rongeur et agile comme un sciuridé, avec en bonus une force peu commune, a toutes les chances de passer inaperçue (ou presque) dans le New York d'encre et de papier de la « Maison des Idées » arpenté qu'il est, par toute une théorie de personnages plus bizarres les uns que les autres. 

Tout est une question de traitement
Histoire de bien poser l'horizon d'attente de l'histoire, les auteurs insèrent après quelques pages seulement, une pause dans le déroulement du récit
Et c'est là que le bât blesse.

Si on passe le ton moqueur, l'ironie acerbe et le simplisme du scénario, hormis si cet album s'adresse aux jeunes enfants, ce que le dispositif narratif dément (qui montre par ailleurs que le scénario est d'abord conscient d'en être un), la vraie pierre d'achopement de l'histoire est son inaptitude l'obstruction qu'elle fait au déclenchement de la suspension volontaire d'incrédulité nécessaire au lecteur. Tout est fait pour qu'on reste à distance du récit, pour qu'on n'oublie jamais qu'on est en train d'en lire un.
.... Et force est de constater, que rester ainsi à la périphérie de l'histoire d'Écureuillette contre l'univers Marvel, donne à sa finalité prescriptive un ton qui n'a rien d'enfantin.

Conscients de la naïveté dont ils sont les messagers, Ryan North & d'Erica Henderson, respectivement scénariste & dessinatrice, rient sous cape, jouent à en être, mais sans être dupes de l'inanité de leur propre scénario : « la bédé de super-héros est juste ringarde, montrons à quel point elle l'est, ça plaira sans aucun doute à ceux qui n'en lisent pas. Et ne veulent pas en lire. »
Tel est en substance l'impression qui me reste après avoir lu cet album ; qui, comble d'un certain snobisme, est préfacé par deux collaborateurs du prestigieux New York Times

Et si je me suis trompé, alors c'est peut-être encore pire. 
_____________
 * Personnage littéraire inventé par Richard Sapir & Warren Murphy, qui a aussi connu une exploitation en salle au travers d'un film intitulé : Remo sans arme et dangereux.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…