Accéder au contenu principal

Wild Blue Yonder [Glénat Comics]

Le titre fait référence à l'hymne de l'Armée de l'air américaine

.... C'est dans le bleu de toute l'immensité que se joue la survie de ce qui reste de l'humanité.

Si l'intrigue n'est pas inédite, pas plus que le contexte post-apocalyptique dans laquelle elle se développe ; au moins est-elle scénarisée avec ce qu'il faut d'habileté pour nous le faire oublier. Aidé en cela par une poignée de personnages qui, s'ils empruntent tous plus ou moins à des stéréotypes, échappent néanmoins à leur déterminisme originel, grâce à une caractérisation au cordeau. 
Au fil des cases ils s'incarnent, laissant une fois leur aventure terminée bien plus de traces dans notre mémoire que ce à quoi on n'aurait pu s'attendre.

.... Une grande partie de l'immersion et de l'empathie dont Wild Blue Yonder se rend coupable tient au travail que l'équipe artistique traduit à chacune des 150 planches du recueil.
Rien n'est laissé au hasard : hachures, trames, modelés, cadrages, storytelling, colorisation ; toute la panoplie disponible est utilisée pour un impact maximum ; le 9ème art poussé dans ses derniers retranchements dans ce qu'il a de plus spectaculaire & visuel, pour aboutir à une bédé en 3 dimensions :
• Curiosité
• Excitation
• Satisfaction
.... En conclusion, cette mini-série publiée en France par l'éditeur Glénat (qui soit dit en passant donne au fur et à mesure une belle épaisseur qualitative à son catalogue comics) qui fait la part belle aux affrontements aériens, et où on reconnaît de lointains descendants à Satanas & Diabolo, n'aurait pu espérer mieux pour les magnifier. Visuellement donc très abouti, Wild Blue Yonder ne se repose néanmoins pas seulement sur ce seul aspect. Quand bien même aurait-il suffit pour combler n'importe quel.le lecteur.rice avide de sensations fortes & distrayantes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.