Accéder au contenu principal

Deep State [Mark Strong] série TV


•••• Brève série télévisée comme semblent les affectionner les britanniques, DEEP STATE annonce clairement la couleur dès sont titre. En total contradiction avec tous les protocoles en vigueur.

De fait, l'expression deep state qualifie l'idée d'un « d’un État dans l’État », fabriqué à partir de réseaux et de conspirations, dans le but d'ourdir des assassinats, de nommer des hommes politiques redevables, voire d'entretenir une forme de «guerre éternelle™ », seule capable de nourrir le béhémoth militaro-industriel, déjà dénoncé en son temps, dit-on, par le président Dwight D. Eisenhower.

Et c'est à Mark Strong alias Max Easton qu'on demande d'aller faire le ménage, malgré sa mise à la retraite.

Si DEEP STATE met quelques épisodes à proposer quelque chose d'un peu neuf dans le milieu de la série télévisée d'espionnage ; ses deux propositions sont suffisamment inattendues, et téméraires, pour ajouter un surcroît d’intérêt à un show télévisé qui, avant que la première surprise ne fasse l'effet d'une bombe (artisanale), n'était tenu que par ses interprètes. 
Ce qui n'est déjà pas si mal.

Même si la suite envisagée lors d'une deuxième saison (qui aurait déjà reçu le feu vert de la production), amoindrit l'effet du second retournement de situation. 

En tête d'affiche : Mark Strong, l'acteur qui m'a donné envie de m'intéresser au premier épisode. Toujours élégant en homme tiraillé entre son devoir, sa famille, et son ancien métier, d'autant plus lorsque ces trois pôles se rejoignent. L'acteur est encore une fois impeccable. Je lui conseille néanmoins de se méfier de Karima Adebibe. En effet, l'actrice donne beaucoup de présence à son personnage grâce à un jeu a contrario très understatement. Lequel personnage mériterait amplement d'avoir plus d'exposition, voire de devenir central dans la second saison. Alistair Petrie est presque à lui tout seul l'envers de la sympathie que dégagent ses deux talentueuses co-vedettes. Je dis presque car, Anastasia Griffith alias Amanda Jones, qu'on risque de retrouver dans la seconde saison, ne donne pas sa part au chien de ce côté du spectre des émotions.
Le reste de la distribution joue tout aussi juste, quand bien même le rôle de chacun est-il plus homéopathique, mais non moins indispensable. Si la réalisation est discrète, elle est au moins au service de l'histoire, et ne torpille ni le jeu des acteurs pas plus que la crédibilité géopolitique du scénario.

•••• Or donc si DEEP STATE ne révolutionne pas la série d'espionnage (peu peuvent s'en targer ceci dit), elle offre un divertissement qui n'a pas à rougir au milieu de ses nombreuse consœurs cathodiques.

Et au moins ne fait-elle pas mentir son titre, certainement l'une des rares preuves d’honnêteté dans ce bal de faux-culs, créé par Simon Maxwell & Matthew Parkhill pour la Fox. [-_ô]        

[À suivre .....?]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er