Accéder au contenu principal

Deep State [Mark Strong] série TV


•••• Brève série télévisée comme semblent les affectionner les britanniques, DEEP STATE annonce clairement la couleur dès sont titre. En total contradiction avec tous les protocoles en vigueur.

De fait, l'expression deep state qualifie l'idée d'un « d’un État dans l’État », fabriqué à partir de réseaux et de conspirations, dans le but d'ourdir des assassinats, de nommer des hommes politiques redevables, voire d'entretenir une forme de «guerre éternelle™ », seule capable d'entretenir le béhémoth militaro-industriel, déjà dénoncé en son temps, dit-on, par le président Dwight D. Eisenhower.

Et c'est à Mark Strong alias Max Easton qu'on demande d'aller faire le ménage, malgré sa mise à la retraite.

Si DEEP STATE met quelques épisodes à proposer quelque chose d'un peu neuf dans le milieu de la série télévisée d'espionnage ; ses deux propositions sont suffisamment inattendues, et téméraires, pour ajouter un surcroît d’intérêt à un show télévisé qui, avant que la première surprise ne fasse l'effet d'une bombe (artisanale), n'était tenu que par ses interprètes. 
Ce qui n'est déjà pas si mal.

Même si la suite envisagée lors d'une deuxième saison (qui aurait déjà reçu le feu vert de la production), amoindrit l'effet du second retournement de situation. 

En tête d'affiche : Mark Strong, l'acteur qui m'a donné envie de m'intéresser au premier épisode. Toujours élégant en homme tiraillé entre son devoir, sa famille, et son ancien métier, d'autant plus lorsque ces trois pôles se rejoignent. L'acteur est encore une fois impeccable. Je lui conseille néanmoins de se méfier de Karima Adebibe. En effet, l'actrice donne beaucoup de présence à son personnage grâce à un jeu a contrario très understatement. Lequel personnage mériterait amplement d'avoir plus d'exposition, voire de devenir central dans la second saison. Alistair Petrie est presque à lui tout seul l'envers de la sympathie que dégagent ses deux talentueuses co-vedettes. Je dis presque car, Anastasia Griffith alias Amanda Jones, qu'on risque de retrouver dans la seconde saison, ne donne pas sa part au chien de ce côté du spectre des émotions.
Le reste de la distribution joue tout aussi juste, quand bien même le rôle de chacun est-il plus homéopathique, mais non moins indispensable. Si la réalisation est discrète, elle est au moins au service de l'histoire, et ne torpille ni le jeu des acteurs pas plus que la crédibilité géopolitique du scénario.

•••• Or donc si DEEP STATE ne révolutionne pas la série d'espionnage (peu peuvent s'en targer ceci dit), elle offre un divertissement qui n'a pas à rougir au milieu de ses nombreuse consœurs cathodiques.

Et au moins ne fait-elle pas mentir son titre, certainement l'une des rares preuves d’honnêteté dans ce bal de faux-culs, créé par Simon Maxwell & Matthew Parkhill pour la Fox. [-_ô]        

[À suivre .....?]

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…