Accéder au contenu principal

Les Enquêtes de Douglas Brodie [Gordon Ferris]

Kilmarnock est une ville (ou plus exactement un burgh) de l'East Ayrshire en Écosse, laquelle a la particularité d'avoir vu naitre Gordon Ferris, ainsi que son héros Douglas Brodie. Mais également le poète & romancier William McIlvanney, à qui on attribue d'avoir inventé ce qui deviendra le « Tartan noir », lorsqu'à la fin des années 1970, il écrit la première enquête de l'inspecteur Jack Laidlaw.
Mais si le monde est petit, il n'est pas simple, et c'est Ian Rankin, mondialement connu pour son flic écossais John Rebus, qui nommera ainsi ce courant du Roman noir.


       La scène se déroule il y a déjà quelques années, à Nottingham, lors d'un festival du polar. Rankin sollicite de James Ellroy une dédicace, tout en lui expliquant que lui aussi écrit des Romans noirs. Centrés sur Édimbourg, ils explorent le côté sombre de l'Écosse ; « vous pouvez appelez ça le Tartan noir » dit-il à un Ellroy qui rigole, et dédicace son livre au « roi du Tartan noir ».
Ian Rankin répandra l'anecdote, mais en faisant de Jame Ellroy l'inventeur du terme (Cf. The Crime Interview Ian Rankin / Len Wanner / 2012). On a connu des parrainage moins prestigieux.     

Mais revenons à nos Shetland.



« Nemo me impune lacessit »
Devise de plusieurs régiments écossais de l'armée britannique

•••• Or donc, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, Douglas Brodie fraîchement démobilisé, noie ce qu'on appelle pas encore un état de stress post-traumatique dans l'alcool. Son passé, comme de bien entendu dans le Roman noir, fut-il labellisé écossais, va le rattraper.
S'en suivra quatre romans :
- La cabanes des pendus (Traduit par Jacques Martinache)
- Les Justiciers de Glasgow (Traduit par Hubert Tézenas)
- La filière écossaise (Traduit par Hubert Tézenas)
- Les Adieux de Brodies (Traduit par Hubert Tézenas)

        Charles Taylor, dans une critique de A Question of Blood (Cicatrices pour la version française) de Ian Rankin faisait remarquer que Tartan noir  était « une expression de touristes, en suggérant qu'il y a quelque chose de pittoresque dans cette fiction criminelle de dur-à-cuire qui vient du pays du kilt et du haggis ». Certes, cependant, bien qu'ayant décidé de lire La Cabanes des pendus sans autres a priori que l'envie de découvrir un nouvel auteur, c'est justement le pittoresque de ce récit qui m'a -en partie- planté ses dents dans mon temps libre, et m'a fait enchaîner les trois suivants dans la foulée.

Charles Taylor a-t-il été pécher qu'il fallait avoir honte du pittoresque ? 

Cependant, tout en donnant à l'Écosse une place très importante, et en rappelant que Douglas Brodie est un écossais à tout bout de champ, Gordon Ferris n'écrit pas des guides touristiques. Ou du moins si, à condition de considérer comme J.G. Balard, que « le passé est une autre planète ».

« Glasgow est un tas de fumier, et nous sommes les seuls à avoir des pelles ! »
Malcom McCulloch, directeur de la police

•••• Aussi palpitantes qu'une carotide, et aussi tordues qu'un cric, les enquêtes de Douglas Brodie ne sont pas sans évoquer celles de l'inspecteur Cadin, écrites par Didier Daeninckx. Même souci de mêler l'Histoire (oui celle avec sa grande hache), l'environnement social, sans pour autant se départir d'aligner plus de rebondissements que sur le central de Roland-Garros. Et si parfois lire certains romans c'est comme de rencontrer les trois sorcières sur la lande ; savoir ce qui va arriver n'entame pas le plaisir de se demander comment et pourquoi. 
En d'autres termes les quatre enquêtes de Douglas Brodie, à lire impérativement dans l'ordre dans lequel elles ont été publiées, sont un visa indispensable à quiconque aime le Roman noir hard-boiled

Sláinte !     

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er