Accéder au contenu principal

Goliath [Saison 1] David E. Kelley/Jonathan Shapiro


•••• Jamais cela ne m’avait frappé autant, avant de regarder la première saison de Goliath, une série télévisée de 8 épisodes. Mais depuis au moins la création de David E. Kelley & Jonathan Shapiro, je regarde les séries télévisées judiciaires d’un autre œil ; lesquelles ne semblent pas avoir finalement de différence de nature avec la fantasy mais tout au plus, de degré. 

« Expecto Patronum ! » 

        Certes, il s’agit ici d’une fantasy urbaine et contemporaine, mais dans laquelle les articles de loi, les recours, la jurisprudence, etc., que se jettent aux visages les avocats des parties adverses n’ont rien à envier aux formules magiques de tel ou tel magicien. Il faut voir, dans Goliath justement, Billy McBride (alias Billy Bob Thornton) circonvenir le juge Roston Keller (dans le deuxième épisode) à coup de « précédents » et d’articles de loi comme autant d’abracadabras performatifs*

La parenté est ici encore renforcée, en ce que le véritable adversaire de McBride, est une sorte de quasimodo maléfique, un reclus qui inspire la peur à ses propres troupes, et sur qui court les légendes les plus folles. Doué d’une forme moderne d’omniprésence, il est sûrement ce qui se rapproche le plus d’un Sauron 2.0. 

Réunissant un groupe hétéroclite de réprouvés, Billy MCBride, sorte de chevalier moderne déchu, et bien entendu hanté par une « faute », la mystique chrétienne est aussi omniprésente que Cooperman, devra aussi se coltiner un chemin de croix durant lequel ne lui sera épargné ni le reniement, pas plus que la traîtrise, bref toute une quincaillerie dont je vous laisse découvrir le résultat. 
Toute une symbolique vient encore renforcer l’impression que Goliath est une série de fantasy : le parchemin (ou ce qui en tient lieu à l’ère informatique), les grottes, un « trésor », pour ne citer que les plus évidents. 
C’est assez bluffant. 

À tel point que le dénouement de cette première saison tient lui aussi du tour de magie. 

 •••• Si c’est plutôt bien joué, le scénario perd singulièrement de son intérêt vers les derniers épisodes. 
En effet, à trop réduire les preuves matérielles du « David », le verdict perd de son impact. À croire que tout était déjà écrit.

[À suivre ....
____________ 
* Le « performatif » (Cf. Austin) c’est l’utilisation de verbes qui réalisent l’action au moment où ils l’énoncent. « To perform » peut se traduire par : « accomplir », « exécuter ». Il ne s’agit pas de transmettre une information, de décrire, mais de faire quelque chose : « je le jure ! »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…