Accéder au contenu principal

Goliath [Saison 1] David E. Kelley/Jonathan Shapiro


•••• Jamais cela ne m’avait frappé autant, avant de regarder la première saison de Goliath, une série télévisée de 8 épisodes. Mais depuis au moins la création de David E. Kelley & Jonathan Shapiro, je regarde les séries télévisées judiciaires d’un autre œil ; lesquelles ne semblent pas avoir finalement de différence de nature avec la fantasy mais tout au plus, de degré. 

« Expecto Patronum ! » 

        Certes, il s’agit ici d’une fantasy urbaine et contemporaine, mais dans laquelle les articles de loi, les recours, la jurisprudence, etc., que se jettent aux visages les avocats des parties adverses n’ont rien à envier aux formules magiques de tel ou tel magicien. Il faut voir, dans Goliath justement, Billy McBride (alias Billy Bob Thornton) circonvenir le juge Roston Keller (dans le deuxième épisode) à coup de « précédents » et d’articles de loi comme autant d’abracadabras performatifs*

La parenté est ici encore renforcée, en ce que le véritable adversaire de McBride, est une sorte de quasimodo maléfique, un reclus qui inspire la peur à ses propres troupes, et sur qui court les légendes les plus folles. Doué d’une forme moderne d’omniprésence, il est sûrement ce qui se rapproche le plus d’un Sauron 2.0. 

Réunissant un groupe hétéroclite de réprouvés, Billy MCBride, sorte de chevalier moderne déchu, et bien entendu hanté par une « faute », la mystique chrétienne est aussi omniprésente que Cooperman, devra aussi se coltiner un chemin de croix durant lequel ne lui sera épargné ni le reniement, pas plus que la traîtrise, bref toute une quincaillerie dont je vous laisse découvrir le résultat. 
Toute une symbolique vient encore renforcer l’impression que Goliath est une série de fantasy : le parchemin (ou ce qui en tient lieu à l’ère informatique), les grottes, un « trésor », pour ne citer que les plus évidents. 
C’est assez bluffant. 

À tel point que le dénouement de cette première saison tient lui aussi du tour de magie. 

 •••• Si c’est plutôt bien joué, le scénario perd singulièrement de son intérêt vers les derniers épisodes. 
En effet, à trop réduire les preuves matérielles du « David », le verdict perd de son impact. À croire que tout était déjà écrit.

[À suivre ....
____________ 
* Le « performatif » (Cf. Austin) c’est l’utilisation de verbes qui réalisent l’action au moment où ils l’énoncent. « To perform » peut se traduire par : « accomplir », « exécuter ». Il ne s’agit pas de transmettre une information, de décrire, mais de faire quelque chose : « je le jure ! »

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er