Accéder au contenu principal

L'Échiquier du mal [Dan Simmons/Jean-Daniel Brèque]

       L'empreinte qu'aura laissée Adolf Eichmann dans l'imaginaire collectif, lors de son procès en 1961  à Jérusalem, tient -je pense- essentiellement dans sa ligne de défense : il n'aurait fait qu'obéir aux ordres. D'une certaine manière, et le choix du haut fonctionnaire nazi n'a ici rien d'un hasard, l'écrivain Dan Simmons extrapole cette soumission à l'autorité pour en faire un élément tantôt fantastique, tantôt de science-fiction, chacun jugera, en tout cas central de son copieux roman.
Couverture de Guillaume Sorel
Chassant plusieurs lièvre à la fois (et pas que des lièvres) : théorie du complot, espionnage, enquête policière, récit de guerre, thriller, fantastique, science-fiction, etc., l'ouvrage de 1000 pages (dans la collection LUNES D'ENCRE), traduit par Jean-Daniel Brèque, est un page-turner insatiable. Autant qu'une saisissante série d'instantanés de l'Histoire, doublée d'une radioscopie géopolitique affûtée, lesquelles gardent encore aujourd'hui toute leur pertinence.

       Certains lecteurs ont cru bon de taxer ce livre de fasciste (ainsi que son auteur).
Sans que je ne révèle quoi que ce soit de l'intrigue proprement dite, ni des personnages ; c'est à se demander s'ils ont réellement lu L'Échiquier du  mal !?
Pas de panique en tout cas, si Dan Simmons a adopté des positions « post-11-septembre » que l'on peut qualifier de radicales, et quand bien même démontrerait-on qu'elles transparaissent aujourd'hui dans ses livres, celui-ci, a été publié en 1989. 

Coïncidence ou symptôme d'une mémoire qui me joue des tours, j'ai trouvé certains points communs, et non des moindres, entre l'ouvrage de l'auteur américain et la trilogie romanesque de Guillermo del Toro (coécrite avec Chuck Hogan) intitulée La lignée. Et ça, c'était assez troublant. Voire dérangeant !

       En conclusion, rythmé, foisonnant, surprenant et roboratif, L'Échiquier du mal est pourtant un magnum opus parmi d'autres serais-je tenté de dire, d'un auteur dont le talent lui a permis d'en avoir écrit plusieurs, tout au long d'une carrière professionnelle commencée au début des années 1980. Et qui n'est pas terminée.
Comme souvent chez lui, et peut-être ici de manière plus flagrante encore, Dan Simmons réinvente un cliché dont on croyait qu'il n'avait plus rien à offrir, et lui offre un supplément de vie inédit.
Indispensable ! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…