Accéder au contenu principal

Normal [Warren Ellis/Laurent Queyssi]

•••• L'acteur et scénariste Patrick McGoohan semble avoir aujourd'hui définitivement abandonné l'idée de poursuivre sa série culte. Dommage !
Fort heureusement, Warren Ellis vient, avec la novella dont il va être question ici, de me reconnecter avec ce sentiment -inégalé- de malaise et de paranoïa propre au Village et à la Guerre froide.
Si Normal, un peu moins de 200 pages au compteur, m'a évoqué cette vieille série télévisée, le propos d'Ellis est pourtant l'exact contraire d'une réminiscence passée.
       En effet, obnubilé*  par le futur, le quinquagénaire natif de l'Essex en fait un objet de hantise. Sentiment, cela dit, assez unanimement partagé.
De fait, qui n'a jamais eu peur de l'avenir !?

Si le fantastique a, en très grande partie, bâti son succès sur les châteaux et autres lieux hantés par un passé qui -justement- ne passait pas, Warren Ellis construit (d'une manière que je vous laisse découvrir) a contrario son roman sur un futur anxiogène. Lequel, tel un spectre, vient hanter une tripotée d'individus (travailleurs associatifs, designers, prospectivistes, espions), dont Adam Dearden internés avec eux à « Normal Head », en Oregon

       Cet astucieux pied de nez à l'une des pierres angulaires du fantastique, la maison hantée donc, est aussi l'occasion pour Warren Ellis d'imaginer toute une théorie de personnages qu'il vaut mieux ne rencontrer que par l'intermédiaire de sa novella.
Laquelle, soit-dit en passant a, à l'origine, été diffusée en quatre livraisons sur la Toile mondiale. Ceux qui liront ladite novella comprendront où je veux en venir.

•••• Autant par inclination qu'à cause d'un agenda surbooké, Warren Ellis choisit la forme brève, mais pas trop, et y trouve un terrain d'expression idéal. 
Unité de lieu, unité de temps, unité d'action ; sous couvert de classicisme Ellis introduit pourtant dans l'imaginaire collectifs une idée qui fera date. Car le futur dont il est question ici, n'utilise aucun des artifices dont il est coutumier, pour inspirer un sentiment d'épouvante sur ceux qui y sont exposés. 

Tendu, Normal se lit avec la promptitude de celui qui veut savoir de quoi demain sera fait, même s'il doit s'en mordre les doigts. Corrosif et revigorant ! 

Cette critique fait partie du CHALLENGE SUMMER SHORT STORIES OF SFFF - Saison 4 !
______________________
* Voir aussi, au sujet du futur en tant que moteur diégétique et personnage à part entière, sa série de bande dessinée Injection. Surtout le premier tome [Pour en savoir +], dont Normal est -à mon avis- l'indispensable adjuvant. Et vice versa.  

Commentaires

  1. Sous l'impulsion de ta sémillante glose, je me suis précipité sur Normal dont je viens d'achever la première partie. Conquis à ce stade autant par la rapidité à laquelle l'histoire défile que par le sens de la formule acéré de Warren Ellis, avec cette capacité qu'il a de synthétiser des idées complexes par des mots d'une précision rare - réduire l'ensemble des stimulus extérieurs pesants que constituent les réseaux sociaux et l'internet au "signal" que l'on reçoit est d'une clarté foudroyante -, le séjour qui s'annonce entre les murs de Normal Head promet bien des émotions. Bien joué!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…