Accéder au contenu principal

Normal [Warren Ellis/Laurent Queyssi]

•••• L'acteur et scénariste Patrick McGoohan semble avoir aujourd'hui définitivement abandonné l'idée de poursuivre sa série culte. Dommage !
Fort heureusement, Warren Ellis vient, avec la novella dont il va être question ici, de me reconnecter avec ce sentiment -inégalé- de malaise et de paranoïa propre au Village et à la Guerre froide.
Si Normal, un peu moins de 200 pages au compteur, m'a évoqué cette vieille série télévisée, le propos d'Ellis est pourtant l'exact contraire d'une réminiscence passée.
       En effet, obnubilé*  par le futur, le quinquagénaire natif de l'Essex en fait un objet de hantise. Sentiment, cela dit, assez unanimement partagé.
De fait, qui n'a jamais eu peur de l'avenir !?

Si le fantastique a, en très grande partie, bâti son succès sur les châteaux et autres lieux hantés par un passé qui -justement- ne passait pas, Warren Ellis construit (d'une manière que je vous laisse découvrir) a contrario son roman sur un futur anxiogène. Lequel, tel un spectre, vient hanter une tripotée d'individus (travailleurs associatifs, designers, prospectivistes, espions), dont Adam Dearden internés avec eux à « Normal Head », en Oregon

       Cet astucieux pied de nez à l'une des pierres angulaires du fantastique, la maison hantée donc, est aussi l'occasion pour Warren Ellis d'imaginer toute une théorie de personnages qu'il vaut mieux ne rencontrer que par l'intermédiaire de sa novella.
Laquelle, soit-dit en passant a, à l'origine, été diffusée en quatre livraisons sur la Toile mondiale. Ceux qui liront ladite novella comprendront où je veux en venir.

•••• Autant par inclination qu'à cause d'un agenda surbooké, Warren Ellis choisit la forme brève, mais pas trop, et y trouve un terrain d'expression idéal. 
Unité de lieu, unité de temps, unité d'action ; sous couvert de classicisme Ellis introduit pourtant dans l'imaginaire collectifs une idée qui fera date. Car le futur dont il est question ici, n'utilise aucun des artifices dont il est coutumier, pour inspirer un sentiment d'épouvante sur ceux qui y sont exposés. 

Tendu, Normal se lit avec la promptitude de celui qui veut savoir de quoi demain sera fait, même s'il doit s'en mordre les doigts. Corrosif et revigorant ! 

Cette critique fait partie du CHALLENGE SUMMER SHORT STORIES OF SFFF - Saison 4 !
______________________
* Voir aussi, au sujet du futur en tant que moteur diégétique et personnage à part entière, sa série de bande dessinée Injection. Surtout le premier tome [Pour en savoir +], dont Normal est -à mon avis- l'indispensable adjuvant. Et vice versa.  

Commentaires

  1. Sous l'impulsion de ta sémillante glose, je me suis précipité sur Normal dont je viens d'achever la première partie. Conquis à ce stade autant par la rapidité à laquelle l'histoire défile que par le sens de la formule acéré de Warren Ellis, avec cette capacité qu'il a de synthétiser des idées complexes par des mots d'une précision rare - réduire l'ensemble des stimulus extérieurs pesants que constituent les réseaux sociaux et l'internet au "signal" que l'on reçoit est d'une clarté foudroyante -, le séjour qui s'annonce entre les murs de Normal Head promet bien des émotions. Bien joué!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.

Noosphère [Audrey Pleynet]

••• Extrapolation, à un niveau bien supérieur, d'une manière de vivre que l'on connait déjà, Citoyen+ est une nouvelle, gratuite [Pour en savoir +], dont le résultat, l'achat du  roman dont je vais vous parler, apparaît en toutes lettres dans l’aliénante société qu'elle décrit.  Du moins, son mécanisme. Plus que son idée centrale, Citoyen+ saisit par la maîtrise dont elle fait preuve.
Autrement dit, cette nouvelle captive par la manière dont elle nous dit ce qu'elle a à dire.
De plus, sa chute est tout ce qu'il y a de plus réjouissant et de réussi. Citoyen+ obtient, dès sa première lecture, un Triple A™

Pour le dire autrement, ce récit m'a tellement emballé que j'ai immédiatement commandé la version numérique de Noosphère, le premier roman de son autrice, Audrey Pleynet. Et 2,99 € pour une roman de 372 pages, c'est donné.
Ainsi je ne ferais pas mystère de mon avis, Noosphère aurait pu être écrit par un auteur de la trempe d'un Michael Crichton. 
Mais…