Accéder au contenu principal

Honor Harrington : Mission Basilic [David Weber/Arnaud Mousnier-Lompré]

•••• Comme l'a justement fort bien écrit Garth Ennis [The Boys, Preacher, etc.], parlant de la bande dessinée de guerre : « voilà la meilleure façon de faire et de vivre la guerre, sans autre danger que de se couper au doigt avec le tranchant d'une feuille de papier ». Façon de voir les choses qui sied très bien à Mission Basilic, la première aventure de ce qui est devenue aujourd'hui une importante saga de science-fiction martiale.
Ce roman, écrit par David Weber, et traduit par Arnaud Mousnier-Lompré, suit les aventures d'Honor Harrington, jeune officier de la Flotte royale manticorienne. 

Dès la dédicace à C.S. Forester, éminent romancier connu pour son roman The African Queen (porté à l'écran par John Huston) et, ce qui nous intéresse surtout ici, le cycle d'aventures maritimes centré sur Horatio Hornblower, officier de la Royal Navy, David Weber prend un cap qu'il ne quittera pas. Lequel se traduit principalement par une transposition des us et coutumes de la Navy au sein de la Flotte royale manticorienne, quand bien même son théâtre d'opération est-il l'espace intersidéral, et ce qui semble bien être le futur de l'humanité.

Honor Harrington, qui partage avec son prestigieux aîné les mêmes initiales, est donc le capitaine du croiseur HSM Intrepide, à qui David Weber n'épargnera rien. Chose assez rare pour être soulignée, elle n'est pas la seule femme à tenir un rôle de premier plan dans ce roman de S-F militaire qui ne manque pas de souffle : guerre dans les étoiles, manœuvres d'infanterie, Mission Basilic à aussi des relents de « Guerre froide », avec tout ce que cela implique. 

•••• Difficile de croire qu'un roman intitulé du nom de son personnage principal puisse s'en priver. En effet, mais l'essentiel n'est pas là. 

David Weber, en Monsieur Loyal d'une piste aux étoiles aux proportions épiques, arrive à nous faire croire que ses lions sont aussi dangereux que leurs lointains cousins africains. Et que malgré le filet, ses trapézistes risquent leur vie. Si Honor Harrington connaitra d'autres aventures après celle-là, ce n'est pas le moindre de ses talents, que l'espace de plus de 500 pages, David Weber nous fasse croire qu'elle risque sa vie. 

Chapeau l'artiste !
•••• _________________________
Parfois qualifiée de science-fiction « militariste », autrement faisant l'apologie des militaires et surtout, de leur propension à botter des culs plutôt qu'à emprunter la voie de la diplomatie, Honor Harrington privilégie de fait la voie des armes. 

Est-ce à dire que ceux qui lisent ce genre de récits sont des individus qui, dans les affaires du monde réel, attendent qu'elles soient régler de façon toute aussi directe et dévastatrice que les fictions qu'ils aiment lire ?

Également pointés du doigt, certains parti pris comme celui, ici, de médire d'une allocation du minimum vital, ou de brosser le portrait d'indigènes venus tout droit de certains romans du XIX ème siècle. Certes ! 

Doit-on pour autant ne lire que des histoires qui utilisent des idées en total accord avec les nôtres ?

Et surtout, peut-on un jour espérer que certain.e.s critiques puissent se défaire d'un aimable paternalisme maternalisme bienveillant, qui les empêchent d'imaginer que des lecteurs (et des lectrices) puissent faire la part des choses, et s'amusent de voir ce en quoi iels croient tourner en dérision par des autrices et auteurs talentueux, qui ne partagent pas forcément les mêmes idée qu'eux ?  


[À suivre ...]

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…