Accéder au contenu principal

Honor Harrington : Mission Basilic [David Weber/Arnaud Mousnier-Lompré]

•••• Comme l'a justement fort bien écrit Garth Ennis [The Boys, Preacher, etc.], parlant de la bande dessinée de guerre : « voilà la meilleure façon de faire et de vivre la guerre, sans autre danger que de se couper au doigt avec le tranchant d'une feuille de papier ». Façon de voir les choses qui sied très bien à Mission Basilic, la première aventure de ce qui est devenue aujourd'hui une importante saga de science-fiction martiale.
Ce roman, écrit par David Weber, et traduit par Arnaud Mousnier-Lompré, suit les aventures d'Honor Harrington, jeune officier de la Flotte royale manticorienne. 

Dès la dédicace à C.S. Forester, éminent romancier connu pour son roman The African Queen (porté à l'écran par John Huston) et, ce qui nous intéresse surtout ici, le cycle d'aventures maritimes centré sur Horatio Hornblower, officier de la Royal Navy, David Weber prend un cap qu'il ne quittera pas. Lequel se traduit principalement par une transposition des us et coutumes de la Navy au sein de la Flotte royale manticorienne, quand bien même son théâtre d'opération est-il l'espace intersidéral, et ce qui semble bien être le futur de l'humanité.

Honor Harrington, qui partage avec son prestigieux aîné les mêmes initiales, est donc le capitaine du croiseur HSM Intrepide, à qui David Weber n'épargnera rien. Chose assez rare pour être soulignée, elle n'est pas la seule femme à tenir un rôle de premier plan dans ce roman de S-F militaire qui ne manque pas de souffle : guerre dans les étoiles, manœuvres d'infanterie, Mission Basilic à aussi des relents de « Guerre froide », avec tout ce que cela implique. 

•••• Difficile de croire qu'un roman intitulé du nom de son personnage principal puisse s'en priver. En effet, mais l'essentiel n'est pas là. 

David Weber, en Monsieur Loyal d'une piste aux étoiles aux proportions épiques, arrive à nous faire croire que ses lions sont aussi dangereux que leurs lointains cousins africains. Et que malgré le filet, ses trapézistes risquent leur vie. Si Honor Harrington connaitra d'autres aventures après celle-là, ce n'est pas le moindre de ses talents, que l'espace de plus de 500 pages, David Weber nous fasse croire qu'elle risque sa vie. 

Chapeau l'artiste !
•••• _________________________
Parfois qualifiée de science-fiction « militariste », autrement faisant l'apologie des militaires et surtout, de leur propension à botter des culs plutôt qu'à emprunter la voie de la diplomatie, Honor Harrington privilégie de fait la voie des armes. 

Est-ce à dire que ceux qui lisent ce genre de récits sont des individus qui, dans les affaires du monde réel, attendent qu'elles soient régler de façon toute aussi directe et dévastatrice que les fictions qu'ils aiment lire ?

Également pointés du doigt, certains parti pris comme celui, ici, de médire d'une allocation du minimum vital, ou de brosser le portrait d'indigènes venus tout droit de certains romans du XIX ème siècle. Certes ! 

Doit-on pour autant ne lire que des histoires qui utilisent des idées en total accord avec les nôtres ?

Et surtout, peut-on un jour espérer que certain.e.s critiques puissent se défaire d'un aimable paternalisme maternalisme bienveillant, qui les empêchent d'imaginer que des lecteurs (et des lectrices) puissent faire la part des choses, et s'amusent de voir ce en quoi iels croient tourner en dérision par des autrices et auteurs talentueux, qui ne partagent pas forcément les mêmes idée qu'eux ?  


[À suivre ...]

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er