Accéder au contenu principal

Black Monday Murders t1 [J. Hickman/T. Coker]

•••• Jonathan Hickman utilise pour sa nouvelle série, prévue en (au moins) 12 numéros, le phénomène, bien connu des lecteurs de science-fiction, dit de la réification. Quand bien même Black Monday Murders tient-elle plus du fantastique que de la SF.

Pour le dire autrement, il n'est plus question ici d'interprétations symboliques ou allégoriques des métaphores, mais de les prendre au pied de la lettre, et d'en faire des situations concrètes. Matérielles.
Ainsi l'idée nietzschéenne que « Dieu est mort » devient-elle tellement concrète, dans le cas d'une réification, que son corps est trouvé flottant dans l'océan. Il faudra donc le remorquer au-delà du cercle polaire, pour empêcher qu'il ne se décompose [En remorquant Jéhovah/James Morrow].  C'est cette inversion du point de vue qui provoque (ou devrait provoquer) la sidération cognitive des lecteurs.
Laquelle commence dès la couverture du recueil de la série, qu'il faut prendre au 1er degré.

Fort de cette idée, Jonathan Hickman limite les expérimentations formelles de son récit. Pour faire court disons que Black Monday Murders n'est ni Nightly News ni Pax Romana en termes d'expérience de lecture. 
Le scénariste s'inspire plutôt du travail du Carbone 14™ en la matière, autrement dit : John Dos Passos. À la manière d'Eric Stephenson sur Nowhere Men, série à laquelle j'ai consacré un billet de critique créative, et dans lequel je reviens sur cet aspect précis du découpage [Pour en savoir +], il insère dans la narration des ruptures (composées de rapport, de dossiers, d'extraits de journaux intimes, etc.). 

Hickman  préfère manifestement laisser les coudés franches à son dessinateur, Tomm Coker. Et il a raison.
Ses planches, très figuratives, très travaillées sont d'une limpidité biblique (dans le sens métaphorique du terme pour le coup). Son dessin est une ancre qui accentue la sidération cognitive dont je parlais, en tant qu'il produit un écart en rendant d'autant plus concret et réaliste ce qui se déroule dans l'histoire. Bluffant !!!
Si la page ci-dessus, montre toute l'étendu du talent de Tomm Coker, elle donne aussi un aperçu des techniques d'encrage qu'il utilise ; difficile d'en faire plus.
Ce qui rendait d'autant plus difficile la tâche de son coloriste, Michael Garland.

Eh bien contre toute attente, celui-ci s'en sort non seulement avec les honneurs, mais je doute que Black Monday Murders aurait eu un impact si grand sur moi, sans son travail. La série est d'abord et avant une question d'ambiance, d’atmosphère, et de côté-ci du spectre artistique Michael Garland y complète le travail -déjà considérable- de Coker d'une façon magistrale.
À dire vrai, si je suis très enthousiaste quant aux idées que manipule Hickman, je ne crois pas que Black Monday Murders serait la réussite qu'elle est (à mes yeux en tout cas) sans Tomm Coker et Michael Garland. 
Un autre artiste est aussi à la manœuvre pour faire de ce premier tome, un petit chef d’œuvre : Rus Wooton, le lettreur américain. 
Déjà titulaire d'un poste qui passe souvent à l'as, la traduction n'arrange rien à l'affaire. Mais vous pouvez me croire sur parole son travail est tout aussi indispensable.
Cela dit, Moscow*Eye, son homologue français, n'a pas à rougir de la comparaison. Son travail est très fidèle à celui de Wooton. Indispensable bien évidemment, la traduction de Maxime Le Dain. Traducteur est souvent un poste dont on dit que si le travail est bien fait, on ne doit pas le remarquer. Pourquoi pas. Néanmoins on peut aussi ne pas les oublier.

•••• En un mot comme en cent, Black Monday Murders est ma lecture du mois, voire de l'année. Et en parlant de dates, sachez que ce recueil de 240 pages (mais de seulement 4 numéros mensuels étasunien) est vendu au prix de 10 euros jusqu'au 29 juin 2018.
En outre, je crois que c'est une belle porte d'entrée pour ceux qui voudraient faire connaissance avec le travail de Jonathan Hickman. Et a ce prix-là, c'est cadeau !
Plus abordable que Pax Romana ou Nightly News, plus personnelle que les Avengers ou les Fantastic Four ; la série Black Monday Murders conjugue avec bonheur le thriller fantastique, le whodunit, les théories du complot, et la paranoïa post-guerre froide. Laquelle n'a rien à envier à celle d'avant le Rideau de fer©.

Une bédé notée Triple A !
____________
Je doute qu'il me lise, mais je voudrais remercier Serge Lehman, qui m'a, au travers de son travail de théoricien de la SF, apporté les idées m'ayant permis de proposer l'angle de lecture selon la réification des métaphores.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er