Accéder au contenu principal

Tomb raider [2018]

•••• C'est en regardant cette nouvelle aventure de Lara Croft, que j'ai mis le doigt sur ce qui coinçait avec son prestigieux prédécesseur, inventé au siècle dernier. Bien qu'ayant vu tous les films qui lui ont été consacrés, les aventures toutes aussi trépidantes d'Indiana Jones ne m'ont jamais totalement satisfait. 
Et c'est Tomb Raider qui m'a fait découvrir pourquoi.

Harrison Ford campe un personnage bien trop conscient de ce qu'il est, à la limite de franchir le Quatrième mur™, et Indiana Jones hérite ainsi d'une sorte de désinvolture et d'une confiance en soi dont le résultat et de rendre l'adversité et les obstacles qu'il rencontre, absolument inoffensifs. Rien ne semble vouloir entamer son aura de héros, pour la simple et bonne raison qu'il sait que les scénaristes ne lui veulent pas de mal (contrairement à moi, soit dit en passant, qui lui en veut d'avoir chipé le rôle à Tom Selleck).

      Tout le contraire de Lara Croft, personnage qui ici (je ne connais ni le jeu, ni les deux précédents films) respire la sincérité. Rien de moins qu'une gageure lorsqu'on assiste à ce à quoi elle sera confrontée. Alicia Vikander, dont l'énergie déborde de l'écran, n'est pas la dernière à y croire. Si j'imagine assez aisément que les situations les plus spectaculaires sont le fruit d'une mise en scène devant un fond vert, ça ne m'a jamais traversé l'esprit lorsque j'étais plongé dans le film. Tant l'implication de l'actrice nous faire croire totalement à ce que son personnage vit, et ressent. Beau numéro d'une actrice qui, paradoxalement, nous fait oublier qu'elle en est une !
Très distrayant, le long-métrage de Roar Uthaug n'échappe pas à l'inflation qui semble frapper tous les blockbusters, Tomb Raider dure bien trop longtemps.
Walter Hill (Les Guerriers de la nuit, Sans retour, Aliens, etc.) a pourtant une théorie intéressante sur la durée parfaite d'un film.

Selon lui elle est d'une heure trente, « elle permet de poser l'intrigue, de développer des personnages. Le spectateur peut se préparer à la projection. Il n'a pas besoin de manger et après, il peut aller dîner, partager un verre de vin et parler du film. » Cette durée dit-il, inscrit le film dans le divertissement et le rite social. « Aujourd'hui vous devez prendre la journée entière pour aller au cinéma. ». Difficile de lui donner tort, mais lorsque le film en question est une surenchère de situations de plus en plus spectaculaires, au sein même de son intrigue certes, mais plus encore -semble-t-il- vis à vis des autres films qui pataugent dans le même couloir de nage, et se disputent le leadership du box-office, ça devient vite nauséeux et un poil barbant. 
Reste que ce défaut d'habitude rédhibitoire, est mieux passé ce coup-ci.

•••• Personnage très attachant, l'exposition du personnage à Londres dans son métier de coursier n'y est pas pour rien, Lara Croft mériterait largement de revenir dans un second film. À condition que ce soit Alicia Vikander qui endosse encore une fois le marcel. 

Ce qui me fait penser que je verrais bien McT à la réalisation.
[À suivre ....?    

Commentaires

  1. Bien d'accord avec toi ! Et en plus, elle est toute mimi Alicia (un poil trop musclée pour chipoter un peu^^) !

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas encore vu cette version de Lara Croft (mais c'est prévu car je nourris de tendres sentiments pour Alicia Vikander - heureux homme que Michael Fassbender, le compagnon de cette divine jeune femme).

    Pour en revenir à la durée des films, je trouve, moi aussi, qu'aujourd'hui souvent leur durée est trop longue. A se demander si les monteurs ont encore leur mot à dire, ou s'il s'agit d'une tendance des cinéastes à vouloir faire long comme si la durée donnait une sorte d'ambition supplémentaire à leur film, à moins que tout ça ne soit le fait des producteurs. Ce serait presque drôle si on ne se rappelait pas que jadis à Hollywood les moguls des studios noyaient les réalisateurs de mémos pour co-diriger les films et leur imposer des montages plus serrés afin de ne pas ennuyer le public...

    Ainsi un de mes cinéastes contemporains a toujours été Woody Allen, adepte absolu des formats courts (rarement un de ses opus dépasse les 90 minutes), inspiré par les maîtres de la comédie classique (Lubitsch, Hawks, Sturges, Cukor, Wilder).

    Pourtant parfois un long film a une vertu immersive loin d'être désagréable, si tant est qu'elle justifie un style (Leone, Kubrick jouaient beaucoup sur cette dilatation du temps). Mais c'est quelque chose qui semble souvent absent des considérations actuelles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, Tom Selleck s'est consolé avec les Aventuriers du bout du monde, non ? (Et s'il n'a pas pu faire Blade Runner, il aura au moins fait Runaway... hé, c'est un film de Michael Crichton quand même !)

      Bon, pour moi, la durée idéale d'un film, c'est tant que je ne regarde pas ma montre. Pendant Blade Runner 2049, je n'ai pas regardé ma montre... Pendant la Fille de d'Artagnan, on ne risquait pas de me la faucher.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…