Accéder au contenu principal

Les Enfermés [John Scalzi/Mikael Cabon]

••••Le roman policier de type whodunit, mystère en chambre close, etc. n'a pas attendu le XXIème siècle pour intéresser les auteurs de science-fiction. Qu'on pense à Asimov, Philip K. Dick ou encore à Poul Anderson pastichant Sir Arthur Conan Doyle, voire plus récemment les enquêtes de Greg Mandel. Sans oublier le Voleur quantique [Pour en savoir +], bref l'enquête policière ou le roman criminel, a très tôt été « upgradée » en une version SF™, tout à fait compatible avec les standards imaginés par Allan Edgar Poe.

       Ainsi les auteurs qui restent dans la veine traditionnelle, et ceux qui extrapolent un futur plus ou moins proche, des univers parallèles ou des planètes lointaines, ont-ils les mêmes préoccupations : donner l'impression que les lecteurs peuvent eux aussi, à l'instar du ou des enquêteurs, découvrir le ou les auteurs des crimes commis. En outre, rétrospectivement, l'enquête doit rester suffisamment solide pour continuer à faire illusion, même après sa résolution. 
Le lecteur, dans le cas de d'un « kilafé » made in SF, doit toutefois se voir confier les clés du royaume (futur et planètes plus ou moins lointains, plurivers, uchronie, etc.), inventé par l'auteur afin d'en saisir les possibilités. Un aspect qui doit aussi ménager ce qu'on est en droit d'attendre de la science-fiction, à savoir le célèbre « sense of wonder ». Un équilibre tout ce qu'il y a de précaire.

       John Scalzi, dont j'ai eu le plaisir de lire l'excellent premier tome de sa série de SF militaire [Pour en savoir +], ne se contente pas de monter de toutes pièces une captivante enquête. Il l'insère dans une société, copie presque conforme à la notre, dont l’intérêt dépasse largement celui d'arrière-plan décoratif et exotique. Et dont la découverte aurait tout à perdre d'être éventée ici.

Récit sous contraintes par excellence, le cadre du roman policier ne devait pas suffire à notre auteur, puisqu'il en a choisi une supplémentaire. Que, si je veux être honnête, je n'aurais peut-être pas découverte, sans lire le rabat de la quatrième de couverture. Il se trouve que je l'ai lu avant de commencer le roman, attention donc, ce rabat, puisque c'en est un, se trouve bien évidemment en troisième de couverture. 

S'il a l'apparence d'un effet pour lui-même, l'explication qu'en donne John Scalzi (sur Tor/Forge Blog) montre, au contraire, qu'il a travaillé son personnage principal très en profondeur. Il est également un puissant révélateurs de ses propres convictions. Que pour ma part je ne partage pas sur ce point précis, mais dont je reconnais qu'elle fonctionne très bien dans ce contexte. Au point d'en devenir un sujet de réflexion, sous ce nouvel angle.

•••• En résumé, et faire valoir ce que de droit, John Scalzi est condamné par contumace pour avoir écrit Les Enfermés, roman de moins de 300 pages, suivi d'une novella intitulée Libération, une histoire orale du syndrome d'Haden, à recevoir les félicitations, mention très bien de la part de ma modeste personne. Et à subir, toujours de ma part, dans les prochaines années, sans qu'il puisse s'y dérober, une lecture pointilleuse de son œuvre.
Et vraisemblablement des critiques du même ordre.
Amen !     

Cette critique fait partie du CHALLENGE SUMMER SHORT STORIES OF SFFF - Saison 4 !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…