Accéder au contenu principal

Sara [Garth Ennis / Steve Epting / Elizabeth Breitweiser / Thomas Davier]

Pour quiconque s'intéresse à la Seconde Guerre mondial et au régime soviétique, « Sara2018 », du scénariste Garth Ennis, n'apportera rien de nouveau à ses connaissances.
Et c'est sûrement là que réside - en partie - le talent du natif d'Holywood, dans le comté de Down en Irlande du Nord.
            Quand bien même est-il respectueux de l'Histoire, il s'assure de notre pleine et entière attention en lui faisant de beaux bâtards fascinants et vigoureux.
À partir d'une solide documentation, Garth Ennis nous captive pendant plus de 150 planches en s'intéressant à des femmes dont le destin individuel est plausible, et respectueux de leurs modèles. 
Comme à chaque fois chez lui, le récit de guerre, un genre qu'il affectionne particulièrement, et plus précisément la violence, sont des boîtes de Pétri©, et ses histoires, les comptes-rendus des expériences qu'il y mène. 
Cependant, loin de la froideur objective qu'on exige du scientifique, Garth Ennis manipule aussi bien l'Histoire que les émotions et l'épaisseur psychologique de ses personnages.
Dans cette entreprise il est magnifiquement secondé par Elizabeth Breitweiser.
            Cette coloriste est de celles, comme Laura Martin ou encore Dean White chez les messieurs, dont le talent est capable de me faire acheter son travail, quelque soit les scénaristes et les dessinateurs avec qui elle collabore.
Même si ici la question ne se pose pas, puisque Garth Ennis et le dessinateur Steve Epting sont, dans leur domaine respectif, logés à la même enseigne.
            Conduite de main de maître
l'histoire de « Sara » fait mouche, grâce à une mise en récit classique à base de flashbacks. Et une science du set-up / pay-off calibrée au millimètre. 
Autrement dit, le résultat de ce qui arrive a été préparé au fur et à mesure par des indices qui lui donnent, le moment venu, toute la crédibilité nécessaire aux yeux du lecteur. 
            Dans la préface qu'il a écrite pour le livre de Mike Conroy La guerre dans la BD, Garth Ennis y déclare :
« De bonnes histoires illustrées de bons dessins : voilà la meilleure façon de faire et de vivre la guerre, [...] » ; un point de vue que  « Sara » ne contredira pas !
On y apprendra également une chose ou deux sur la nature humaine, rien de superflu par les temps qui courent. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®