Accéder au contenu principal

Sara [Garth Ennis / Steve Epting / Elizabeth Breitweiser / Thomas Davier]

Pour quiconque s'intéresse à la Seconde Guerre mondial et au régime soviétique, « Sara2018 », du scénariste Garth Ennis, n'apportera rien de nouveau à ses connaissances.
Et c'est sûrement là que réside - en partie - le talent du natif d'Holywood, dans le comté de Down en Irlande du Nord.
            Quand bien même est-il respectueux de l'Histoire, il s'assure de notre pleine et entière attention en lui faisant de beaux bâtards fascinants et vigoureux.
À partir d'une solide documentation, Garth Ennis nous captive pendant plus de 150 planches en s'intéressant à des femmes dont le destin individuel est plausible, et respectueux de leurs modèles. 
Comme à chaque fois chez lui, le récit de guerre, un genre qu'il affectionne particulièrement, et plus précisément la violence, sont des boîtes de Pétri©, et ses histoires, les comptes-rendus des expériences qu'il y mène. 
Cependant, loin de la froideur objective qu'on exige du scientifique, Garth Ennis manipule aussi bien l'Histoire que les émotions et l'épaisseur psychologique de ses personnages.
Dans cette entreprise il est magnifiquement secondé par Elizabeth Breitweiser.
            Cette coloriste est de celles, comme Laura Martin ou encore Dean White chez les messieurs, dont le talent est capable de me faire acheter son travail, quelque soit les scénaristes et les dessinateurs avec qui elle collabore.
Même si ici la question ne se pose pas, puisque Garth Ennis et le dessinateur Steve Epting sont, dans leur domaine respectif, logés à la même enseigne.
            Conduite de main de maître
l'histoire de « Sara » fait mouche, grâce à une mise en récit classique à base de flashbacks. Et une science du set-up / pay-off calibrée au millimètre. 
Autrement dit, le résultat de ce qui arrive a été préparé au fur et à mesure par des indices qui lui donnent, le moment venu, toute la crédibilité nécessaire aux yeux du lecteur. 
            Dans la préface qu'il a écrite pour le livre de Mike Conroy La guerre dans la BD, Garth Ennis y déclare :
« De bonnes histoires illustrées de bons dessins : voilà la meilleure façon de faire et de vivre la guerre, [...] » ; un point de vue que  « Sara » ne contredira pas !
On y apprendra également une chose ou deux sur la nature humaine, rien de superflu par les temps qui courent. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d