Accéder au contenu principal

Sara [Garth Ennis / Steve Epting / Elizabeth Breitweiser / Thomas Davier]

Pour quiconque s'intéresse à la Seconde Guerre mondial et au régime soviétique, « Sara2018 », du scénariste Garth Ennis, n'apportera rien de nouveau à ses connaissances.
Et c'est sûrement là que réside - en partie - le talent du natif d'Holywood, dans le comté de Down en Irlande du Nord.
            Quand bien même est-il respectueux de l'Histoire, il s'assure de notre pleine et entière attention en lui faisant de beaux bâtards fascinants et vigoureux.
À partir d'une solide documentation, Garth Ennis nous captive pendant plus de 150 planches en s'intéressant à des femmes dont le destin individuel est plausible, et respectueux de leurs modèles. 
Comme à chaque fois chez lui, le récit de guerre, un genre qu'il affectionne particulièrement, et plus précisément la violence, sont des boîtes de Pétri©, et ses histoires, les comptes-rendus des expériences qu'il y mène. 
Cependant, loin de la froideur objective qu'on exige du scientifique, Garth Ennis manipule aussi bien l'Histoire que les émotions et l'épaisseur psychologique de ses personnages.
Dans cette entreprise il est magnifiquement secondé par Elizabeth Breitweiser.
            Cette coloriste est de celles, comme Laura Martin ou encore Dean White chez les messieurs, dont le talent est capable de me faire acheter son travail, quelque soit les scénaristes et les dessinateurs avec qui elle collabore.
Même si ici la question ne se pose pas, puisque Garth Ennis et le dessinateur Steve Epting sont, dans leur domaine respectif, logés à la même enseigne.
            Conduite de main de maître
l'histoire de « Sara » fait mouche, grâce à une mise en récit classique à base de flashbacks. Et une science du set-up / pay-off calibrée au millimètre. 
Autrement dit, le résultat de ce qui arrive a été préparé au fur et à mesure par des indices qui lui donnent, le moment venu, toute la crédibilité nécessaire aux yeux du lecteur. 
            Dans la préface qu'il a écrite pour le livre de Mike Conroy La guerre dans la BD, Garth Ennis y déclare :
« De bonnes histoires illustrées de bons dessins : voilà la meilleure façon de faire et de vivre la guerre, [...] » ; un point de vue que  « Sara » ne contredira pas !
On y apprendra également une chose ou deux sur la nature humaine, rien de superflu par les temps qui courent. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er