Accéder au contenu principal

Bodyguard [Richard Madden / Keeley Hawes]

Série télévisée auto-contenue en six épisodes (malgré une rumeur persistante qu'une deuxième saison serait envisagée), « Bodyguard 2018 », de Jed Mercurio, s'intéresse de près au sergent de police David Budd du service de protection rapprochée des personnalités, placé auprès de la Secrétaire d'État à l'intérieur britannique Julia Montague.
            Scénario à tiroirs, intrigue multipiste, personnages très écrits, la série
bénéficie également d'une riche distribution sur laquelle elle peut s'appuyer pour changer la direction de son récit à n'importe quel moment.
Thriller politique, le sergent Budd est en effet un ancien combattant, et la ministre qu'il protège bataille pour le RIPA ; une loi qui régule la surveillance, les enquêtes et les écoutes électroniques. En outre, dès les premières minutes du premier épisode, « Bodyguard » s'engage sur le terrain du terrorisme islamique grâce à un magistral incipit.
La série ne s'interdit cependant rien et actionne tous les ressorts à sa disposition pour nous tenir en haleine.
            Mais, tout aussi crédible qu'elle tente d'être, il s'agit d'abord d'une fiction qu'on doit regarder comme telle. 
Je précise cette évidence, car aussi bien en Grande-Bretagne que de ce côté-ci de la Manche, la série a eu l'heur de passer au gril des experts.
Croyez-le ou non, alors que le relativisme ne s'est jamais aussi bien porté, on analyse une fiction au travers du microscope des experts. 
C'est d'ailleurs grâce à ses petits arrangements avec les modes opératoires tactiques et politiques, parfois d'ailleurs politiquement courageux, quand bien même son créateur et unique scénariste Jed Mercurio se défend d'avoir fait une fiction à message, que
« Bodyguard » maintient un niveau de qualité très élevé de bout en bout. Tout en se jouant de nos a priori
            Immersifs dès les premières minutes, et entraînant une dépendance toute aussi implacable,
les six épisodes de « Bodyguard » tiennent toutes leurs promesses ; jusqu'à son imprévisible conclusion.  
Mission accomplie !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®