Accéder au contenu principal

Détruire tous les monstres [Grady Hendrix / Héloïse Esquié]

L’idée que quelque chose se cache derrière le vernis du réel imprègne la culture occidentale de manière beaucoup plus prégnante que le sommet de l’iceberg complotiste ne nous le laisse croire. 
Ainsi y a-t-il des forces souterraines qui agissent en nous, qui nous manœuvrent en sous-main et dont nous sommes d’autant plus les pantins que nous en ignorons l’existence. Du moins si l’on en croit Freud, Marx, ou même Nietzsche (liste non exhaustive). Ce que Paul Ricœur a par ailleurs appelé « l’herméneutique du soupçon ». 
On comprend dès lors qu’avec de tels parrains notre vision supposée rationnelle du monde puisse s’appuyer sur des fable ; inclination culturelle qu'amplifie aujourd'hui l’omniprésence de l'internet.
« Elle n'était qu'une fille avec une guitare, la guitare en moins. »
            Avec
« Détruire les monstres » Grady Hendrix nous offre un voyage dans l'univers du heavy metal.
Un courant musical qui n'a jamais craint de se frotter aux arrière-mondes de la Fantasy et du satanisme, avec plus ou moins de recul. Et c'est justement sur la distance que peuvent entretenir les métaleux avec ces muses que joue l'auteur. 
            Trente chapitres, dont chaque titre renvoie à la  chanson d'un groupe de Métal, seront nécessaires à Kris pour solder une trahison autant artistique que personnelle vieille d'une trentaine d'année. 
            « Détruire les monstres » est un metal « noir », comme on peut le dire d'un roman ou d'un film. Autrement dit un récit où le monde la vie apparaît uniquement comme un traquenard, plus ou moins douloureux. 
Toutefois la virée de Kris Pulaski emprunte des détours qui n'ont pas manqué de me faire douter de ma taxinomie.
En effet, au plaisir que peut susciter le road trip de l'ex-guitariste de Dürt Würk™ s'ajoute le malaise grandissant de l’inquiétante incertitude des faits qui nous sont relatés.
Alors que nous sommes dans une fiction revendiquée comme telle, Grady Hendrix nous force néanmoins à nous poser des questions sur les faits qui nous sont relatés.
L'un des atouts de « Détruire les monstres » réside d'ailleurs en ce qu'il juxtapose les niveaux de lecture.
            Metal noir et/ou roman fantastique, « Détruire les monstres » est surtout un sacrément bon roman. L'un de ceux qui continuent d'occuper vos pensées, alors même que vous l'avait fini.        

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er