Accéder au contenu principal

Le lion du Caire [Scott Oden / Patrice Louinet]

Évacuons dès à présent un point négatif. « Le lion du Caire2013 » est un roman qui a été écrit dans la perspective d'avoir - au moins - une suite. 
Celle-ci ne verra finalement pas le jour, Scott Oden en a définitivement fait son deuil. Plus de 10 ans après la publication outre-Atlantique de son roman, c'est de toute façon quasi mission impossible. 
Et si l'intrigue principale arrive à une conclusion satisfaisante, plusieurs sous-intrigues et personnages restent à l'état d'ébauches, plus ou moins avancées. 
            Ceci étant dit ; imaginez le sultan d'un royaume ancestral, entouré d'ennemis. Son seul espoir est un homme. Un tueur hors pair, envoyé par une secte de meurtriers aux ambitions politiques : un Assassin ! 
Maintenant, imaginez que c'est Robert E. Howard qui vous raconte cette histoire .... 
            Voilà le pitch, et l'état d'esprit dans lequel s'était plongé Scott Oden au moment d'écrire son troisième roman. 
Une tutelle qui n'aura pas échappé à Patrice Louinet, grand spécialiste du texan, qui en parlera aux éditions Bragelonne™. Et s'occupera même de le traduire, comme il a pu le faire pour Howard. 
            « Le lion du Caire » se déroule au XIIème siècle, essentiellement dans la ville du Caire, et fait la part belle aux intrigues politiciennes, à la poésie de l'acier et à quelques envolées épiques. 
La part de surnature inhérente au genre auquel se rattache le roman, est ici exploitée avec discrétion. 
Comme chacun sait, le Moyen Âge historique est une période où le merveilleux était un aspect de la vie quotidienne des uns et des autres. Si en Europe il devait composer avec le Christianisme, au Caire c'est un autre monothéisme qui a pris sa place : l'Islam. 
Scott Oden prend donc le parti d'une superstition omniprésente mais à bas bruit, tout en en accentuant sa présence ici ou là. 
Par exemple au travers du salawar du héros, sorte de Stormbringer des Mille et une nuits. Ou en dotant un des antagonistes qu'affrontera Assad, le bien nommé « émir du couteau », de prouesses en nécromancie qui dépassent les témoignages historiques les plus hardis.
            Si Scott Oden reconnait s’être abondamment documenté, c'est surtout les écrits de Robert Ervin Howard qui lui ont servi de modèle. Notamment Les portes de l'empire. Sans oublier bien sûr, les auteurs dont le natif de Peaster (TX) s'est lui-même inspiré à son époque.
À la lecture, c'est donc à un réel magnifié que l'auteur nous invite. 
Ses descriptions minutieuses conjurent une ville du Caire plus vraie que nature. Idem pour la théorie de personnages bigarrés qui peuple les presque 500 pages de son histoire. 
Mendiants, courtisanes, vizir, croisés, eunuques, etc. ; tous apportent leur vitalité et leur présence à une aventure haute en couleurs, qui si elle n'invente pas le cercle carré, mérite largement le temps passé à la lire. 
            Seul tome d’un cycle de sword and sorcery pourtant promis à un bel avenir « Le lion du Caire » est surtout un très bon roman. L’originalité de son contexte, le rôle qu’y occupe la gent féminine, et celui donné aux Cairotes, en fait une histoire de Fantasy tout à fait singulière. 
D’autant qu’on le trouve aujourd’hui, en occasion, à des prix défiant toute concurrence. 
Hautement recommandé !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®