Accéder au contenu principal

WandaVision [Disney+]

Si la valeur refuge de nombre de fictions contemporaines est celle de la postmodernité, où la Culture© n’est plus qu’une vaste base de données. Et les scénaristes des décorateurs « méta » dont les scénarios relèvent avant tout du collage, de la fragmentation et de l’hybridation. En faire reproche à l’univers Marvel™ est cependant un procès en sorcellerie qu’il ne mérite pas. 
            En effet, puisqu’une partie de son attractivité vient – justement – qu’il est un univers partagé qu’on peut suivre de manière diachronique et synchronique. Et « WandaVision », tout étrange que puisse semblait être le début de la série télévisée par rapport aux films de la franchise, est donc la pièce d’un puzzle bien plus vaste que la myriade de citations cachées qui composent les deux premiers épisodes que j'aie vus.
Ma sorcière (rouge) bien-aimée
            Rappelons toutefois que l'abondance de la mitraille intertextuelle ne compensera jamais l'imprécision du tir.
Un écueil qu'évite avec un rafraîchissant premier degré les deux épisodes en question.
Lesquels nous plongent dans l'Âge d'or des sitcoms américaines, où l'absence de références ne nuit en rien au plaisir qu'on y prend (du moins pour l'instant).
Les gags, tout aussi éculés qu'ils soient, fonctionnent toujours aussi bien ; l'absurdité n'ayant pas de date limite de péremption. Surtout avec une distribution si impliquée. 
I love (Vision)
            Mais la vraie réussite de « WandaVision » réside en un mariage de la carpe et du lapin des plus réussi. Si rires et sourires occupent la majeure partie des 30 minutes respectives de chaque épisode diffusé en 4:3, les bulles d'angoisse qui y explosent, à un rythme erratique, d'autant plus anxiogène, donnent au show cathodique une atmosphère des plus étrange.
D'où il résulte que les apparences sont, évidemment, trompeuses.
            En conclusion (provisoire),
« WandaVision » semble être un programme que sa postmodernité n'empêche apparemment pas d'apprécier. Si, bien sûr, un diplôme ès Marvel™ est le bienvenu, n'importe quel téléspectateur, capable de suspendre sont incrédulité et d'herculepoiroter ce qui se passe à l'écran, risque d'y trouver son content d'évasion.
C'est du moins ce qui m'est arrivé.
          En outre, rien n'empêche, ensuite, de se repasser les épisodes pour y chercher les indices cachés, ou de consulter les sites internet qui les ont (déjà) exhaustivement recensés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d