Accéder au contenu principal

WandaVision [Disney+]

Si la valeur refuge de nombre de fictions contemporaines est celle de la postmodernité, où la Culture© n’est plus qu’une vaste base de données. Et les scénaristes des décorateurs « méta » dont les scénarios relèvent avant tout du collage, de la fragmentation et de l’hybridation. En faire reproche à l’univers Marvel™ est cependant un procès en sorcellerie qu’il ne mérite pas. 
            En effet, puisqu’une partie de son attractivité vient – justement – qu’il est un univers partagé qu’on peut suivre de manière diachronique et synchronique. Et « WandaVision », tout étrange que puisse semblait être le début de la série télévisée par rapport aux films de la franchise, est donc la pièce d’un puzzle bien plus vaste que la myriade de citations cachées qui composent les deux premiers épisodes que j'aie vus.
Ma sorcière (rouge) bien-aimée
            Rappelons toutefois que l'abondance de la mitraille intertextuelle ne compensera jamais l'imprécision du tir.
Un écueil qu'évite avec un rafraîchissant premier degré les deux épisodes en question.
Lesquels nous plongent dans l'Âge d'or des sitcoms américaines, où l'absence de références ne nuit en rien au plaisir qu'on y prend (du moins pour l'instant).
Les gags, tout aussi éculés qu'ils soient, fonctionnent toujours aussi bien ; l'absurdité n'ayant pas de date limite de péremption. Surtout avec une distribution si impliquée. 
I love (Vision)
            Mais la vraie réussite de « WandaVision » réside en un mariage de la carpe et du lapin des plus réussi. Si rires et sourires occupent la majeure partie des 30 minutes respectives de chaque épisode diffusé en 4:3, les bulles d'angoisse qui y explosent, à un rythme erratique, d'autant plus anxiogène, donnent au show cathodique une atmosphère des plus étrange.
D'où il résulte que les apparences sont, évidemment, trompeuses.
            En conclusion (provisoire),
« WandaVision » semble être un programme que sa postmodernité n'empêche apparemment pas d'apprécier. Si, bien sûr, un diplôme ès Marvel™ est le bienvenu, n'importe quel téléspectateur, capable de suspendre sont incrédulité et d'herculepoiroter ce qui se passe à l'écran, risque d'y trouver son content d'évasion.
C'est du moins ce qui m'est arrivé.
          En outre, rien n'empêche, ensuite, de se repasser les épisodes pour y chercher les indices cachés, ou de consulter les sites internet qui les ont (déjà) exhaustivement recensés.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®