Accéder au contenu principal

Émissaires des morts [Adam-Troy Castro / Benoît Domis]

Si l'ouvrage de 700 pages d'Adam-Troy Castro, publié par Albin Michel Imaginaire™, s'intitule ainsi, c'est parce que le roman qu'il contient, en plus de trois textes plus courts (deux nouvelles et une novella), lui donne son propre titre. 
            À l'instar des trois autres récits qui le précédent au sommaire, présentés dans l'ordre chronologique de la diégèse, « Émissaires des morts » est un whodunit qui se déroule sur une planète sise au sein d'une vaste confédération galactique ; le système Mercantile
Planète n'est peut-être pas tout à fait le terme le plus approprié, puisqu'il s'agit plus exactement d'une construction, par ailleurs assez hostile à l'être humain, créé de toute pièce par des Intelligences Artificielles, et qui l'est donc tout autant qu'elles. Des I.A. très puissantes, dont l'apparition se perd dans la nuit des temps. 
Cet « habitat » disons donc, porte le nom de Un Un Un, et abrite des créatures arboricoles, fruit du génie génétiques des I.A. en question, sensibles et intelligentes : les Brachiens. Dont les descriptions rappellent - approximativement - nos paresseux d'Amérique du Sud. 
            On retrouve une nouvelle fois [Pour en savoir +] dans ce kilafé d'outre-espace, Andrea Cort, propriété du Corps diplomatique ; missionnée sur Un Un Un par le Bureau du procureur pour découvrir le ou les auteurs d'un meurtre. 
Mission diplomatique tout autant qu'enquête policière, puisque les humains n’y sont que tolérés. 
Ainsi, leur ambassade, la seule des mondes connus à y être autorisée, ne peut même pas revendiquer en être une. Elle n'y a donc aucune immunité, et ses membres mènent, officiellement, une mission d’observation de la population des Brachiens
Un contexte très très sensible, et pour qui connait Andrea Cort, une gageure. 
La jeune femme ayant fait preuve dans ses enquêtes précédentes (au même sommaire), d'un caractère entier et d'une intransigeance à toute épreuve. 
Sa présence ne s'explique d’ailleurs que parce qu'elle a été expressément requise. 
Comme si tout cela ne suffisait pas, les ordres qu'Andrea Cort reçoit sont accompagnés d'une directive qui ampute sérieusement la liberté dont devrait pouvoir jouir tout enquêteur. 
            La marque de fabrique de ce début de cycle qu'Adam-Troy Castro consacre à son héroïne est celle de récits d'énigme(s) classiques (ou whodunit) confrontés à un environnement (ici un genre de cylindre O'Neill© « inversé ») et une population (les Brachien) aussi étrangers à l'être humain que faire se peut.
            Je m'avance peut-être, mais « Émissaires des morts », tout autant que les autres enquêtes du recueil homonyme, me semble être une belle illustration de ce qu'Arthur Koestler nommait la « bissociation ». 
Ou l'art de combiner deux domaines différents et paradoxaux (ici le whodunit et le space opera), d'où émergera un espace créatif nouveau. 
            Au surplus, Adam-Troy Castro est un auteur retors. 
Pour preuve, « Émissaires des morts » pourrait très bien être analysé sous le patronage du mode d'emploi d'écriture créative popularisé par Christopher Vogler. Seulement voilà, la pièce maîtresse de la structure du monomythe standardisée, le mentor, y occupe chez lui une place, de par sa nature, dont les implications vont bien au-delà de ce qu'on est habitué à voir. 
Ceci explique sûrement la fin un peu « crispante » du roman. 
C'est en tout cas tout le mal que je souhaite à Andrea Cort, qui ne mérite pas ce qui lui arrive. 
            Un personnage dont je suis en tout cas impatient de lire la suite du cycle, lequel devrait paraître en juin 2021 sous le titre de La troisième griffe de Dieu. Toujours chez Albin Michel Imaginaire™. 
Albin Michel Imaginaire™ que je remercie de m’avoir envoyé, par l’intermédiaire de Gilles Dumay, gracieusement, un exemplaire en avant-première de cet excellent recueil. 
« Émissaires des morts » paraître demain, le 6 janvier 2021, 700 pages traduites par Benoît Domis, sous une spectaculaire  couverture de Manchu, au prix de 26,90 €.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de F ershid B harucha. Cette illustration est, nous dit B rian B olland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien T anino L iberatore en a tiré une version peinte (...). » Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke , alors pré-publié sous le titre de  Souriez , J ean- P aul J ennequin livre un article de  deux pages : C'est tout pour aujourd'hui !  (Tous mes remerciements à Albert .)

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'