Accéder au contenu principal

Jack Glass [Adam Roberts / Christophe Cuq]

« Jack Glass2014 » est un roman de 560 pages (au format poche), écrit par Adam Roberts, scindé en trois parties distinctes, auxquelles s'ajoutent un glossaire en fin d'ouvrage, et un incipit. 
            Ce dernier nous renseigne, comme il se doit, sur le pacte de lecture qui nous attend : « Jack Glass » sera donc une énigme scientifique racontée sous la forme d'un récit criminel. Par interversion. 
C'est-à-dire que dès l'incipit du roman, on connaît le coupable des différents crimes qui en jalonneront les trois parties. 
1er partie, intitulée « Dans la boîte ». 
            D'ordinaire un récit criminel commence par la fin, par son énigme. Il s'agit alors pour l'enquêteur (et les lecteurs) de remonter le cours du temps pour trouver le ou les auteurs. Sont bien évidement sous-entendus à cette découverte, le modus operandi et les raisons de ce crime. 
« Dans la boîte » s'y prend autrement, en copiant, d'une certaine manière, la forme des préambules qui étaient communs à tous les épisodes d'une ancienne série cathodique policière qui aura fait de l'interversion un système : Columbo
Sauf que là, pas l'ombre d'un lieutenant pour confondre qui que ce soit ; puisque ce n’est pas une énigme policière.  
Adam Roberts enchaîne sans transition sur la ... 
2ème partie, intitulée « Les meurtres supraluminiques » 
            Là pour le coup, il s'agit bien d'un whodunit, d’apparence assez traditionnelle, également prétexte à creuser le futur dans lequel se déroulent le roman, et la société qui s’y est construite. 
C'est aussi le segment le plus ouvertement ironique, si toutefois on n'avait pas compris les règles du jeu en lisant l'incipit. Et le plus décevant. 
3ème partie : « L'arme impossible » 
            Mais ce n'est pas faute d'essayer, tant ce troisième récit s'enfonce dans une mièvrerie aussi inattendue que l'avait été l'esthétique de l'épouvante de « Dans la boîte ». En nettement moins réussi. 
Reste un meurtre à résoudre. Une énigme relativement astucieuse, et amusante. Dommage que tout le reste soit d’un ennui mortel (sic)
 
            Au final Jack Glass risque d'ajouter une victime supplémentaire à son déjà très impressionnant tableau de chasse : le lecteur imprudent qui se sera laissé séduire par le mélange de Sf et de whodunit annoncé. Avec ses intrigues basse résolution, et sa Sf de Prisunic™, Adam Roberts ne tue pas que ses personnages, il tue aussi l’envie de s’intéresser à ses travaux passés et à venir. Non pas parce qu'il raterait son roman, mais justement par ce qu'il est conforme à ce qu'il voulait. 
Dommage.
Reste une belle couverture d'Alain Brion, qui donne la seule sensation de vertige de cet ouvrage, qu'on peut ne pas lire.

Commentaires

  1. J'hésitais justement à le lire... voilà, merci, je vais passer mon tour !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er