Accéder au contenu principal

L'Exoconférence [Alexandre Astier / Pauline Moingeon-Vallès / Jean-Christophe Hembert]

Dans un presque « seul en scène » de plus de 100 représentations, Alexandre Astier a illustré, entre 2014 et 2015, la thèse suivante : « L’être humain n'a jamais rencontré, et ne rencontrera jamais, d’extraterrestres ! ».
            Intitulé « L'Exoconférence » ce spectacle hors-normes est disponible sur différents supports ou plateformes, pour qui, comme moi, ne l'a pas vu en temps et en heure.
Alexandre Astier y mêle un savoir scientifique pointu avec le pastiche, l'ironie, la parodie, le tout confronté à tout un pan de la culture populaire, l'ufologie, et délivré par un personnage par forcément aimable. 
Le polymathe s'offre même de jouer un très beau morceau avec les musiciens Greg Lambert, Hugues Lemaire et Steeve « Zuul » Petit.
            Cette
« exoconférence » invente en quelque sorte un précédent en combinant, d'une manière originale, la science, l'humour et la musique. 
Un précipité de ce qu'Arthur Koetsler appelait la bissociation™ ; où l'art de faire se rencontrer deux univers qui n'étaient pas destinés à le faire. Ici la cosmologie et l'humour.  
            Pendant un peu plus de 1h 30, Alexandre Astier bataille avec Swan, son I.A. récalcitrante, dialogue avec un véritable extraterrestre, s'en prend à la plaque emportée par la sonde Pioneer 101972, examine des récits d'enlèvements extraterrestres, non s'en s'être interrogé sur le Big Bang©, transformé en publicité vivante pour l'astronomie, et apporté sur un plateau dans une barquette le goût de la voie lactée.
La seule chose qu'il n'a pas jugé bon d'inviter, c'est l'ennui.
Très recommandé !
Le chien critique a aussi son avis sur la question [Pour en savoir +]
 
 
    

Commentaires

  1. J'avais bien aimé. Intelligent et divertissant.
    Ca me donne envie de le revoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi, ça m'a donné envie de regarder « Que ma joie demeure ».
      [-_ô]

      Supprimer
    2. C'est très bon aussi... même si parfois c'est un peu plus compliqué pour le non mélomane !

      Supprimer
  2. Je suis très fan aussi. et en effet, je recommande vivement son spectacle sur Bach.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er