Accéder au contenu principal

Gamma Draconis [Benoist Simmat / Eldo Yoshimizu]

« Gamma Draconis2020 » est une bande dessinée qui brouille les pistes.
Publiée par les éditions Le Lézard Noir™, maison d'édition sise à Poitiers, dédiée aux manga, et plus précisément à « la culture underground, de l’art contemporain et des avant-gardes japonaises », ce récit est néanmoins le fruit d'une collaboration entre un scénariste français, Benoist Simmat, et un dessinateur japonais, Eldo Yoshimizu. 
Une BD fabriquée donc par, et pour, une maison d'édition française, à l’attention de lecteurs et de lectrices francophones. 
Mais qui adopte le sens de lecture japonais.
Une forme hybride qui se révélera, en quelque sorte, prémonitoire de son contenu.
            « Gamma Draconis » partage donc son intrigue entre la France et le Japon, entre l'occultisme et la science-fiction.
Si les planches d'Eldo Yoshimizu sont une invitation qu'on ne refuse pas à s'oublier dans une intrigue qui avait tout pour plaire, les dialogues de Benoist Simmat manquent cruellement de naturel.
            Ainsi se retrouve-t-on à lire des notes qui expliquent ce que sont les « RG » ou « Haneda ». Deux éclaircissements qui auraient pu apparaître dans l'interaction de leur discussion respective. Idem lorsque que les personnages utilisent des salutations en japonais. Pourquoi utiliser une langue étrangère pour ensuite la traduire ? Surtout dans une situation si univoque.
Et peut-on imaginer sérieusement qu'un personnage puisse faire référence à une « base secrète » sans se sentir ridicule ? 
Ensuite la part didactique est trop visible, souvent amené d'une manière maladroite.
Visiblement les uns et les autres ne discutent pas entre eux, mais informent ceux et celles qui les liront. Du moins en donnent-ils la très méchante impression.
Alors que certaines ellipses jettent le trouble inverse. 
Dernier point négatif, Benoist Simmat explique dans un entretien que le « but était d'écrire une histoire qui puisse se suffire à elle-même, tout en proposant une fin ouverte. ».
De mon point de vue, « Gamma Draconis » est plus simplement une histoire inachevée. 
La fin n'est pas ouverte, il s'agit d'un cliffhanger dans la plus pure tradition des serials qui l'ont inventé. « Gamma Draconis » est le premier épisode d'un feuilleton qui risque d'être très frustrant si une suite n'est pas donnée aux quelques 250 pages de cette très belle édition.
            En conclusion, que j'espère pour le moins très provisoire, « Gamma Draconis » ne risque que de s'améliorer du côté des dialogues, et du scénario (un poil téléphoné), si l’indispensable suite voit le jour.
Côté dessin, la fibre artistique d'Eldo Yoshimizu ne risque sûrement pas de s'endormir sur son déjà monstrueux talent. Reste que je suis très curieux de voir ses prochains manga, qui ne sont toutefois qu'une facette de son travail.
Verdict : un album mi-figue, mi-raisin.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®