Accéder au contenu principal

Justice indienne [David Heska Wanbli Weiden / Sophie Aslanide]

Les « polars », dans leur acception la plus large, ont ceci qui les distingue de la littérature blanche, qu'ils présentent des structures très codifiées. 
Variations et répétitions innervent les péripéties successives de leurs protagonistes, sans qui ils ne seraient pas ce qu'ils prétendent être. 
« Justice indienne » n’y échappe pas plus que les autres.
Toutefois, chaque histoire doit s'astreindre à tirer son épingle d'un jeu de chaises musicales impitoyable. Simple réflexe de survie. 
            David Heska Wanbli Weiden y arrive en contextualisant son histoire au sein d'une réserve indienne, et en faisant des Lakotas Sicangus, qui y vivent, ses principaux personnages. 
            Virgil Wounded Horse est « un homme de main » au service - rémunéré - des habitants de la réserve de Rosebud, sise dans le Dakota du Sud. Sa discrète activité, qui n'est pas sans rappeler celle d'Hector dans la série télévisée Longmire, y est possible car la police tribale n'exerce statutairement que peu de prérogatives. 
Et que les enquêteurs fédéraux, territorialement compétents sur les réserves selon la « Loi sur les crimes graves » de 1885, ne s'intéressent pas aux affaires dites de police de proximité ou de mœurs, sauf si elles entraînent un ou des homicides. 
            L'écrivain David Heska Wanbli Weiden a échafaudé pour son roman, au titre programmatique, une intrigue dont les plans ont certes été souvent tirés, mais à laquelle il confère pas mal de fraîcheur. Grâce, essentiellement, à des personnages auxquels on s'attache rapidement au travers du portrait qu'il en trace. 
Mais « Justice indienne » vaut aussi pour l'instantané que l'auteur nous propose de la réserve de Rosebud, de ses habitants, et de considérations plus larges sur le sort réservé aux natifs américains. Dont certaines digressions qui s'éloignent singulièrement de l'intrigue proprement dite, sans pour autant en amoindrir son magnétisme.
             Polar qui s’intéresse de très près au contexte socio-culturel d'un microcosme singulier, « Justice indienne » est un premier roman bien plus que prometteur. 
David Heska Wanbli Weiden tient avec la réserve de Rosebud un Yoknapatawpha en devenir.
Son intime connaissance de l’histoire des Lakotas Sicangus, et de la réserve indienne de Rosebud en particulier, son parcours professionnel - avocat pendant plusieurs années, puis professeur en science politique et en études amérindiennes - font de lui un sérieux promoteur du « Native noir ». 
À suivre ! .      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er