Accéder au contenu principal

Justice indienne [David Heska Wanbli Weiden / Sophie Aslanide]

Les « polars », dans leur acception la plus large, ont ceci qui les distingue de la littérature blanche, qu'ils présentent des structures très codifiées. 
Variations et répétitions innervent les péripéties successives de leurs protagonistes, sans qui ils ne seraient pas ce qu'ils prétendent être. 
« Justice indienne » n’y échappe pas plus que les autres.
Toutefois, chaque histoire doit s'astreindre à tirer son épingle d'un jeu de chaises musicales impitoyable. Simple réflexe de survie. 
            David Heska Wanbli Weiden y arrive en contextualisant son histoire au sein d'une réserve indienne, et en faisant des Lakotas Sicangus, qui y vivent, ses principaux personnages. 
            Virgil Wounded Horse est « un homme de main » au service - rémunéré - des habitants de la réserve de Rosebud, sise dans le Dakota du Sud. Sa discrète activité, qui n'est pas sans rappeler celle d'Hector dans la série télévisée Longmire, y est possible car la police tribale n'exerce statutairement que peu de prérogatives. 
Et que les enquêteurs fédéraux, territorialement compétents sur les réserves selon la « Loi sur les crimes graves » de 1885, ne s'intéressent pas aux affaires dites de police de proximité ou de mœurs, sauf si elles entraînent un ou des homicides. 
            L'écrivain David Heska Wanbli Weiden a échafaudé pour son roman, au titre programmatique, une intrigue dont les plans ont certes été souvent tirés, mais à laquelle il confère pas mal de fraîcheur. Grâce, essentiellement, à des personnages auxquels on s'attache rapidement au travers du portrait qu'il en trace. 
Mais « Justice indienne » vaut aussi pour l'instantané que l'auteur nous propose de la réserve de Rosebud, de ses habitants, et de considérations plus larges sur le sort réservé aux natifs américains. Dont certaines digressions qui s'éloignent singulièrement de l'intrigue proprement dite, sans pour autant en amoindrir son magnétisme.
             Polar qui s’intéresse de très près au contexte socio-culturel d'un microcosme singulier, « Justice indienne » est un premier roman bien plus que prometteur. 
David Heska Wanbli Weiden tient avec la réserve de Rosebud un Yoknapatawpha en devenir.
Son intime connaissance de l’histoire des Lakotas Sicangus, et de la réserve indienne de Rosebud en particulier, son parcours professionnel - avocat pendant plusieurs années, puis professeur en science politique et en études amérindiennes - font de lui un sérieux promoteur du « Native noir ». 
À suivre ! .      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®