Accéder au contenu principal

Sharon Tate ressemblait à la Californie

Chinatown
est un état d’esprit disais Robert Towne, et « The Big Goodbye » également. 
            Sam Wasson y entreprend de remonter la genèse d’un film - sous les auspices qui n'ont rien d'arbitraire de Raymond Chandler - qui devient sous sa plume l’incarnation même de l’usine à rêves : Hollywood. Dont Chinatown est le chant du cygne. 
Si le regard de Sam Wasson est aussi rétrospectif que celui qu’avait Robert Towne aux alentours de 1969, son point de départ est aux antipodes de celui du scénariste lauréat d’un Oscar© en 1975. 
Wasson part en effet d’une idée, d’une abstraction, « Hollywood » donc, et lui donne le chatoiement nécessaire pour la rendre tangible comme on ne l’a jamais lue. 
Mais surtout « The Big Goodbye » montre que Chinatown a un code créatif qui ne repose ni seulement sur son scénario, qui sera travaillé jusqu’au dernier moment, ni seulement sur sa mise en scène, ni seulement sur l’interprétation de ses acteurs. Pas plus que sur la musique (écrite finalement en quelques jours) ou le choix méticuleux des costumes ou des décors. 
La retranscription lors d'un effet de réel saisissant d’un John Huston apostrophant Jack Nicholson, attablé à côté de sa fille, Anjelica Huston lors du tournage : « Alors… », tonna son père à l’endroit de Nicholson, de l’autre côté de la table. « Il paraît que vous couchez avec ma fille » – Anjelica rougit comme une pivoine – « M. Gittes. » ; cristallise le dialogue qu’entretient le film avec ceux qui l’ont fait, avec leur propre vie. Leurs états d’âme, au sens propre. 
Chinatown est en effet un état d’esprit. 
Et « The Big Goodbye » son troublant chant du signe. 
____________
Traduit par Samuel Bréan, sous la magnifique couverture  de Karolis Strautniekas, et d'Olivier Munday au design, « The Big Goodbye » est disponible aux éditions Carlotta Film™ au prix de 21,99 € (ou 12,99 en numérique, sans DRM).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er