Accéder au contenu principal

Frère Termite [Patricia Anthony / Maryvonne Ssossé]

B
ryan Edward Hill, scénariste de bande dessinée et script doctor, propose une théorie que je partage (sic).
            Idéalement dit-il, dans un récit de (mauvais) genre « vous vous ne devriez pas avoir besoin du monstre, du voleur, du robot, etc. pour que votre conflit dramatique tienne la route. » Il doit y avoir, précise-t-il, un sérieux conflit dramatique avant même que ne soit introduit l'élément qui fera du récit en question un film de Sf, un roman de Fantasy ou que sais-je encore. 
Pour étayer ses propos, il donne quelques exemples :
Die Hard parle selon lui d'un mariage dysfonctionnel causé par un déséquilibre dans la réussite professionnelle des McClane, accentué par leur éloignement géographique. John McClane pourrait être le protagoniste d'un drame sur la nécessité de changer personnellement s'il veut faire fonctionner son couple - sauf qu'ici, le bad guy Hans se pointe, et nous voilà dans un film d'action. 
L'Exorciste raconte l'histoire d'une enfant qui souffre des conséquences du divorce de ses parents, et d'un prêtre qui fait face aux doutes qui minent sa foi en Dieu, en lien avec sa mère malade.
Robocop c'est l'histoire d'un bon flic transféré dans commissariat gangréné par la corruption et l'autoritarisme, et de sa lutte pour conserver son éthique. En gros, c'est Serpico jusqu'à ce qu'Alex Murphy soit pulvérisé et transformé en cyborg.
            Ceci étant dit, si on applique scrupuleusement la grille de lecture de Bryan Edward Hill à « Frère Termite », le roman de Patricia Anthony pourrait donc être résumé à une relation conjugale secrète construite sur un viol, où le protagoniste masculin est un occupant du pays où est née sa « partenaire ». Ce dernier est du reste, un personnage important du gouvernement dudit pays. Sa victime aussi.
Sauf que le protagoniste en question est ici un extra-terrestre. 
            C'est la lecture d'un entretien avec John Sayles (in Mad Movies n°353) qui m'a remis en mémoire ce roman, que j'avais lu en 1999 au moment de sa sortie en France
Si j'avais tout oublié du récit proprement dit, je gardais toutefois le souvenir d'un très bon roman. Et sa relecture ne m'a pas détrompé.
« Frère Termite » est au final une histoire dont j'ai plaisir à partager l'agréable moment de lecture qu'elle pourra procurer à d'autres. 
Un roman dont la publication, discrète à l'époque, n'a donc pas bénéficié de la sortie du film sur lequel travaillait John Sayles pour la société de production de John Cameron, et sur laquelle comptait sûrement Pocket™.
Mais que cela ne vous empêche d'y jeter un œil, vous risquez de tomber sous le charme vous aussi ! 

Commentaires

  1. Je confirme. Lu il y a quelques années avec beaucoup de plaisir. Dommage que Patricia Anthony n'ait pas été plus traduit.

    Et je ne connaissais pas cette théorie narrative du conflit pré-existant, mais c'est frappé du coin du bon sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dommage, cette histoire était pourtant très prometteuse.

      Et sinon, j'ai vu ta contribution du Babelio© [https://www.babelio.com/livres/Anthony-Frere-termite/113401].

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er