Accéder au contenu principal

L'Homme surnuméraire [Patrice Jean]

C’est à une « mammographie », pour emprunter un terme à la théorie que développe l’un des personnages du roman, que nous invite Patrice Jean. 
Toutefois, à l’inverse du médecin radiologue, figure du savant, l'auteur n’offre pas un savoir objectif, froid, rationnel, mais une lecture particulière de la société ; passionnée et passionnante. 
L'acuité de son roman, n’a cependant rien à envier à la  tomosynthèse du spécialiste.    
            Patrice Jean y épingle cette soif de pureté que quelques-uns & quelques-unes érigent depuis quelque temps en absolu. Une prise d'otages moralisatrice où, pour montrer patte blanche (sic), on doit constamment s’indigner.
Une société de la transparence où tout est passé à la loupe de la moraline, où la présomption d’innocence des tribunaux populaires a depuis longtemps fait ses valises. Où, plutôt que débattre, on anathèmise celui qui n’est pas d’accord avec notre opinion. Dans le meilleur des cas. 
Rien ne résiste à ce qu’il faut bien appeler le « politiquement correct ». 
Ni la réécriture des titres de romans (Les dix petits nègres), ni leur réécriture (Le club des cinq). Pas plus que l’infantilisation. 
Laquelle promeut moult « avertissements » en forme de trigger warning en préambule de telle ou telle œuvre (au hasard Autant en emporte le vent). Quand ce n’est pas, plus simplement, un autodafé d’album de bandes dessinées. Mais « pas d’amalgame ». 
Comme toutes les révolutions culturelles cette lame de fond ne se contente pas de constater, elle cherche tous les biais possibles pour augmenter son emprise. 
Ainsi, dernièrement, les romans de la série Harry Potter ont-ils fait l’objet d’une « enquête » pour grossophobie, par une mère de famille.
Pour ne citer que quelques exemples qui me viennent à l'esprit.
            Mais là où j’énumère, Patrice Jean écrit. 
Il insuffle toute la vitalité nécessaire à ses personnages, lesquels forment qui une famille, qui un couple, qui une entreprise, bref toute une théorie de personnages, lesquels ne sont fort heureusement pas frappés d’une pensée unique. Inutile en effet d'accabler la censure et l'autocensure du politiquement correct, pour qu'il montre son totalitarisme à qui n'est pas encore contaminé.  
Son propos n'est d'ailleurs pas de stigmatiser, comme je le fais en livrant des exemples factuels, au contraire, il construit lentement mais sûrement un instantané plus vrai que nature mais totalement imaginaire de notre société. 
Ambitieux, « L'Homme surnuméraire2017 » use d'une mise en abyme qui n'a pas que pour effet d'un être un.
            Roman ludique et glaçant, ce roman discret et « prophétique » de presque 300 pages m'a captivé de bout en bout. Un tour de force en soi, tant je ne prise guère d'ordinaire la littérature « blanche ».
Chapeau l'artiste !  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er