Accéder au contenu principal

L'Escouade des dieux

.. Ceux qui suivent tant bien que mal les publications Marvel le savent, lire une série de cet éditeur sans qu'un crossover n'interfère relève du fantasme ; ainsi, le tour de force de la série Incredible Hercules n'en est que plus remarquable.


Cette série est apparue à la suite du crossover World War Hulk, d'une manière qui ressemblait pour moi à l'époque à un coup de pub : la "série à suivre" dédiée à Hulk, The Incredible Hulk devenait The Incredible Hercules, cela n'avait aucunement éveillé mon attention. Je dois dire que la multiplication des crossover m'a éloigné de la plupart des publications Marvel.


Il va sans dire que depuis j'ai changé mon fusil d'épaule, non pas au sujet de la politique éditoriale de Marvel mais à propos de l'Olympien.


Non seulement la série et passionnante (du moins pour les numéros que j'en ai lus, du 112 au 120 pour l'instant) mais elle est tout à fait lisible pour quelqu'un qui débarque en démarrant sa lecture par le numéro 112 d'Incredible Hulk. Numéro qui se déroule lors de l'Initiative (encore un truc lié à un crossover) mais suffisamment bien écrit pour que l'on comprenne de quoi on parle.


Le "TPB" intitulé The Incredible Hercules against the world raconte l'affrontement d'Hercule et de son comparse le jeune Amadeus Chow - la 7ième personne la plus intelligente du monde (sans oublier le petit de coyote du génie) face à l'agence d'espionnage S.H.I.E.L.D et du dieu Arés ou de la belle Natasha Romanov entre autre, dans le cadre justement de l'Initiative : une loi qui oblige tous les super-humains à s'enregistrer si j'ai bien compris. C'est rondement mené, et d'une lecture très divertissante.


Aucun plan ne résiste totalement au premier contact
avec le gros des forces ennemies

Helmuth von Molkte

..
.. Toutefois, ce n'était qu'un amuse-gueule au regard du recueil suivant intitulé Secret Invasion (qui se déroule durant le crossover éponyme) sous-titré Sacred Invasion, et pour cause.


L'Invasion Secrète dont il est question ici est celle des Skrulls, des extraterrestres métamorphes qui ont si j'ai encore une fois bien compris, pris la place d'une large part de la population mondiale (et super-héroïque), ou quelque chose dans ce goût-là. La bonne idée de Greg Pak et de Fred Van Lente, les deux scénaristes aux commandes d'Incredible Hercules est d'avoir engagé le demi-dieu face aux Skrull sur un plan divins.


Autours d'Hercule et de Chow vont se réunir à l'instigation d'Athena quelques dieux du panthéon marvelien (et mondial) : Ajak l'Eternel, Snowbird alias Harfang, Amatsu-Mikaboshi et Atum ; sans oublier la figure du Trickster en la "personne" de Kerberos le chiot de Chow ; leur mission : Botter le cul des dieux Skrulls.


S'inspirant ou peut-être pas d'ailleurs des travaux de Sigmund Freud, les deux auteurs postulent en tout cas à l'instar du père de la psychanalyse que l'inconscient est un immense territoire commun au genre humain, un universalisme qu'ils étendent aux entités extraterrestres, à tout l'univers donc et donnant son sens plein au terme.


Ce parallèle avec Freud n'est peut-être pas né que de mon imagination, quand on sait l'importance du monde grec pour le thérapeute viennois.
Toujours est-il que le chemin emprunté par l'Escouade des dieux passe par le Royaume des rêves et plus précisément le Temps du rêve cher aux Aborigènes.


Là aussi on ne peut passer outre l'importance du rêve pour Freud. Le rêve et la voie royale vers l'inconscient ainsi pourrait-on résumer à l'arrache la conférence tenue par Freud en 1909 à la Clark University de Worcester (Massachusetts). Par ailleurs si nous rapprochons cette théorie des travaux de Julian Jaynes sur la relation entre les dieux et l'inconscient nous voyons clairement que nous sommes face à un sol où la plupart des symboles trouvent l'origine de leur croissance.


Bref l'idée d'Athena est qu'en frappant les Skrulls au niveau divin on touche ceux qui croient en eux.

Péripéties, rebondissements, antagonismes, humour, surprises les cinq numéros de ce recueil offre le meilleur de ce que peut offrir un personnage de la dimension d'Hercule entre de bonnes mains. Si le demi-dieu agit dans un contexte moderne, face à des dieux extraterrestres, il n'en demeure pas moins que Pak et Van Lente nous offrent quelques flash-backs sur ses aventures mythologiques, des aventures qui donnent une épaisseur au personnage et à ses compagnons, notamment dans le rapprochement que l'on peut faire avec l'épopée qu'ils vivent face aux Skrulls.

Il est évident qu'il n'est en aucun cas indispensable de connaître les travaux de Freud ou de Jaynes pour apprécier ceux d'Hercule face au panthéon Skrull. Ce genre de spéculations s'apparentent au deuxième souffle du coureur à pied, une fois la lecture terminée l'esprit vagabonde au sein des théories les plus farfelues.

Je voudrais terminer en vous proposant un lien qui ouvre de nouvelles perspectives sur la lecture des aventures du fils de Zeus, et l'utilisation des ressources offertes par la BD ou la "science des onomatopées.

Commentaires

  1. Merci pour ton lien camarade. J'ai eu beaucoup de plaisir à lire ton texte respectueux et pertinant sur cette série qui n'a jamais eu la consécration méritée. Il fallait s'y attendre en constatant qu'une personne a eu la présence d'espritd'utiliser Flex Mentalo comme totem de blogueur!
    Sous les couverts de l'humourde cette série se cachait une touchante profondeur qui semble avoir échappé aux lecteurs.

    Godspeed...justement.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®