Accéder au contenu principal

Bob Marone


.. Bob Marone et son fidèle partenaire Bill Gallantine sont de retour dans une belle réédition. Dargaud a par ailleurs eu l'excellente idée de pasticher la couverture de la collection Marabout Junior, où au demeurant ont paru les aventures de Bob Morane, l'aventurier ici parodié.

Le célèbre commandant Marone va se retrouver dans une aventure que n'auraient pas renié Ray Bradbury, Arthur Conan Doyle ou Henri Vernes lui-même ; qui dés 1954  publie sous le pseudonyme de Ray Stevens un essai À la recherche du monde perdu, dans lequel il s'interroge sur la possible survivance des dinosaures en Afrique, sur la réalité historique de l'Atlantide ou encore sur l'existence du Yéti ou sur le continent Mu. Tout une thématique que l'on retrouvera dans les premières aventures de Morane, et en filigrane dans celle de Marone.

.. Il est cocasse de constater que si le sexe est plutôt absent des aventures de Bob Morane, il n'en est pas de même pour le commandant Marone. La cocasserie de la situation apparaît pour peu que l'on sache que la parodie de Yann, Conrad & Lucie est née au début des années 80 ; alors qu'au même moment (ou presque) les éditions du Fleuve Noir publiaient les aventures de Don signées de Jacques Colombo, pseudonyme d'Henri Vernes. Un personnage évoluant dans un monde particulièrement violent, et surtout nimbé d'un érotisme torride ; et dont les aventures réutilisent des passages repris de Bob Morane et des allusions discrètes à l'entourage du Commandant. De là à penser que Don est un pastiche grim &; gritty  de Morane il n'y a qu'un pas. 



.. C'est dans les "hauts de pages" de l'hebdomadaire SPIROU (1981) qu'apparaissent  pour la première fois Marone & Gallantine, des "hauts de pages" que cette réédition à la bonne idée de nous faire profiter, avec des pages inédites, des "crobards ou encore des publicités. Le tout agrémenté de légendes tout à fait dans l'esprit de l'histoire qui précède. Oui il se trouve que les suppléments sont à la fin du volume, après l'histoire Le dinosaure blanc

Et l'histoire me direz-vous !?

La voilà .... (cliquez pour une meilleur lisibilité)

     

... ce n'est pas suffisant ?



C'est mieux, c'est plus complet ...



Allez, une petite derniére pour la route ..



L'amateur de Bob Morane peut lire l'étude de Francis Valéry consacrée au personnage dans la collection HEROS .. Car rien n'a d'importance (éditions) , le BOB MORANE & Henri Vernes de Jacques Dieu chez Glénat ainsi que le dossier (n° 4) de la revue PHENIX, Claude Lefrancq éditeur. 
Et bien sûr les romans d'Henri Vernes.

Illustration sonore par King Khan & His ( Sensationnal) Shrines.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p