Accéder au contenu principal

Justified S01 - E09


.. J'émettais au début de la saison de Justified,  la série diffusée par la chaîne FX, quelques réserves.
Je dois confesser qu'elles ont disparu sans demander leurs restes et ce, depuis belle lurette.
Justified s'est imposée comme une excellente série, extrêmement addictive.

Timothy Oliphant après Deadwood reprend du service dans ce qui n'est rien d'autre qu'un western contemporain sous les traits de Raylan Givens. Ainsi, du duel du premier épisode, au métier même de marshal, directement issu de l'époque du Far West il ne fait aucun doute que nous sommes en face d'un western. 
Il est d'ailleurs intéressant de noter que Raylan Givens triomphe de son adversaire (dans le premier épisode) grâce à sa dextérité certes, mais surtout grâce à sa vitesse. Le motif du "tireur le plus rapide de l'ouest" est pleinement assumé, jusqu'au chapeau de "cowboy"  qu'il porte en permanence. 
D'autre part,  le thème musical annonce sans coup férir  la couleur de la série : Long hard times to come par T.O.N.E.Z & Rench,  est un rap bluegrass
Que dire de plus ?!

Au-delà de ces considérations, Justified fait état d'une identité qui lui est propre, grâce à son rythme, nonchalant et décalé. Un rythme qui surprend pour finalement happer le spectateur, et ne plus le lâcher.
Ajoutez des dialogues particulièrement réussis (c'est d'ailleurs l'une des marques de fabrique du romancier Elmore Leonard créateur du personnage dans ses romans) et diablement bien interprétés, une excellente distribution, des personnages qui se construisent lentement mais sûrement. Justified mérite amplement que l'on s'y attarde, ne serait que pour déguster du poulet épicé avec un doigt ou deux de bourbon.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p