Accéder au contenu principal

L'eskwad des stremons

... Imaginez, les derniers représentants de races éteintes, éradiquées, cinq êtres luttant pour leur survie. Venus pour certains d'entre eux de la nuit des temps,qui vont devoir faire face au plus redoutable prédateur que la Terre ait jamais porté. Pire, à leur corps défendant c'est à un véritable rite de passage auquel ils vont participer, celui qui permet le passage à l'âge adulte en tuant ses rêves (et ses cauchemars).


Ces survivants devront lutter contre la traîtrise et la félonie de certains de leurs propres frères d'infortune et s'emparer d'une puissante amulette dont la possession assure la victoire. Bad juju !

Mélange de cinéma d'horreur (version Hammer) et de comédie The Monster Squad se regarde avec plaisir, même s'il reste un peu en dessous de ce qu'il aurait pu donner. Voir par exemple dans le même registre The Goonies, un bon cran au-dessus.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

La vie ô combien ordinaire d'Hannah Green [Michael Marshall Smith / Laurence Boischot]

M ichael M arshall S mith est apparu sur le radar des lecteurs francophones d'Imaginaire à la fin du siècle dernier avec une signature résolument Sf [ Pour en savoir + ]. Puis, au tout début du XXI ème siècle, après trois ans de silence, il renvoie un écho dont les caractéristiques font de ses romans des thrillers hybridés avec de vrais morceaux d'épouvante. Quand ce n'est pas du Fantastique pur jus [ Pour en savoir + ].  Qu'il signe alors sous le pseudonyme de M ichael M arshall.  Un éclectisme qui ne surprendra pas les lecteurs qui ont lu ses nouvelles, notamment collectées dans un gros recueil commercialisé en 2008.  Non, la surprise arrivera en 2009, avec le très décevant Les domestiques . Mais la raison n'en était pas l'auteur lui-même, mais plutôt l'éditeur hexagonal qui avait omis de préciser qu'il s'agissait d'un roman Young Adult™. M ichael M arshall S mith, qui pour le coup signait M . S mith, ne diminuait pas que son patronyme sur la

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier