Accéder au contenu principal

Killraven [Alan Davis]

Killraven (sous-titré Warrior of the Worlds) est une série de science-fiction proposée par l'éditeur Marvel en 1973 dans les pages d'Amazing Adventures
       Le début des années soixante-dix est une période sombre pour les U.S.A. : scandale du Watergate et retrait des troupes américaines du Vietnam. Une guerre qui par ailleurs exacerbe les passions et la mobilisation : outre la contestation pacifique, des attentats sur le sol étasunien (Le Weather Underground) et des immolations en réaction à la participation américaine voient le jour.
C'est dans ce climat délétère que Killraven cristallise la "rencontre" de Spartacus et de La Guerre des Mondes (de l'écrivain H.G. Wells) dans un futur proche (encore plus proche aujourd'hui).

"On est ce que l'on fait de ce que les autres ont voulu faire de nous"
J-P Sartre 
La vie éditoriale de Killraven a connu bien des soubresauts, et le personnage n'a pas acquis suffisamment de reconnaissance pour devenir une valeur sûre de la Maison des Idées (Cf. l'article de Gy Macquard dans le n°3 de SCARCE).

       Cependant en 2002, Alan Davis propose une mini-série, en six numéros, consacrée au Spartacus marvelien, toujours en lutte face aux Martiens
À la fois scénariste & dessinateur Davis assisté de Mark Farmer à l'encrage, de Gregory Wright à la colorisation et de Pat Prentice au lettrage, livre une somptueuse aventure qui a entre autre le mérite de pouvoir se lire sans qu'il soit besoin de connaître les publications antérieures consacrées au personnage. 
   
À l'instar du gladiateur Thrace face à Rome, Killraven avec une poignée d'hommes et de femmes tient tête aux puissants Martiens qui cette fois-ci ont réussi la conquête de la planète bleue. Du reste ces Martiens semblent entretenir avec la Rome antiques des similitudes plus que probantes sur le terrain de l'impérialisme, des guerres de conquête ou encore des jeux. 

Un homme ça s'empêche
Lucien Camus    

       Alan Davis soigne à la fois son dessin et son histoire, rien n'est laissé au hasard ; mise en page soignée et limpide à la narration impeccable, rebondissements inattendus et belle caractérisation des personnages. On cherchera en vain des défauts à ce Killraven post-11 septembre.
Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres
E. de La Boétie

Mais la plus belle réussite d'Alan Davis est sans aucun doute la personnalité de Killraven, un personnage surdéterminé par son enfance et sa vie de gladiateur qui réussi à faire de lui ce que les autres ont voulu en faire. Contre toute attente il déjoue les prévisions de ses ennemis en incarnant l'héritage qu'a laissé Lucien Camus à son fils.

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®