Accéder au contenu principal

Top Ten [Di Filippo/Ordway]

.... Lecteur assidu du label America's Best Comics, créé par Alan Moore et toute une flopée de dessinateurs, dont j'allais me fournir en numéros dans la boutique le Paradoxe Perdu quand elle était place Grenus (Genève), j'avais assez mystérieusement fait l'impasse sur la mini-série écrite par Paul Di Filippo et dessinée par Jerry Ordway.

Mystérieusement, car j’appréciais Di Filippo dont j'avais lu deux recueils de nouvelles (La Trilogie Steampunk et Pages perdues), et que appréciais encore plus Jerry Ordway. 

Toutefois l'arrivée de qui vous savez dans les pages de la Justice League of America, écrite par Steve Orlando, m'a donné envie de me replonger dans cet univers.
.... Dès le premier numéro, voire dès les deux premières pages Ordway & Di Filippo montrent qu'ils sont tout à fait capables de reprendre le flambeau des mains mêmes de Moore, Gene Ha & Zander Cannon. 

La multitude de personnages ne fait évidemment pas peur à ce dessinateur, dont le storytelling n'est jamais pris en défaut. Adepte d'un dessin figuratif, Jerry Ordway excelle dans le rendu des modelés, et aucune perspective ne l'effraie. Tout aussi difficile de le prendre en défaut lorsqu'il s'agit d'exprimer des émotions. Bref sûrement l'un des dessinateurs les plus complets qu'il m'ait été donné de lire. Et l'un de ceux que j'apprécie le plus (ce qui n'est pas le cas des éditeurs me semble-t-il).  
Paul Di Filippo semble quant à lui, bien avoir appris sa leçon, et s'approprie les personnages, nombreux comme il se doit pour une série qui s'inspire en partie de la série télévisée Capitaine Furillo, avec beaucoup d'aisance.
Les deux compères s'entendent, cerise sur le gâteau, à imiter l'une des particularités du Top Ten original, en citant moult personnages et références au fil des cases. 

En cela Top Ten n'est pas sans rappeler l'un des travaux les moins connus d'Alan Moore intitulé In Pictopia (Fantagraphic/1986), dans lequel, avec le concours de Don Simpson aux dessins, il imagine une ville (Pictopia) où vivent des personnages de comic strips.
.... Récapitulons, nous avons Paul Di Filippo, écrivain de SFFF qui insuffle quelques belles idées de science-fiction et invite quelques nouveaux personnages sur le devant de la scène. Et Jerry Ordway la crème de la profession, très en forme à la table à dessin.
Et pourtant, Top Ten, Beyond the Farthest Precinct achoppe à être l’histoire qu'elle aurait dû être.

De ma place de lecteur il me semble que l'editor et son assistante, respectivement Scott Dunbier (pourtant pas un novice) et Kristy Quinn, auraient dû accorder quelques numéros supplémentaires au scénariste. Si Di Filippo en plus des deux histoires principales s'attarde sur tel ou tel personnage, en apportant de belles idées - comme les Derridadaïstes dont il ne fait, finalement, pas grand chose - il peine à développer son scénario, comme certains personnages (le major Cindercott par exemple, ou encore l’adoption). 
La mini-série de cinq numéros se lit toutefois avec plaisir & beaucoup d’intérêt, mais laisse un goût d'inachevé bien trop fort ; alors même que toutes les intrigues trouvent pourtant une conclusion.
.... En conclusion, Top Ten, Beyond the Farthest Precinct reste en deçà des promesses de son titre, une situation qui aurait pu être facilement évité avec seulement quelques numéros supplémentaires.  
Dommage !

Commentaires

  1. Je viens de me refaire Top Ten récemment (les trois albums parus chez Urban) et on ne peut que regretter l'absence de cette mini-série. Même en France, il semble qu'on n'apprécie pas Jerry Ordway à sa juste valeur. Et pourtant, je ne peux qu'abonder dans ton sens, Ordway est un grand dessinateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton commentaire, je me sens moins seul, du coup.
      [-_ô]

      Supprimer
  2. Effectivement, c'est un prolongement heureux et adroit des histoires de Top ten de Moore puisque les personnages continuent à évoluer avec une caractérisation adroite.

    C'est même incompréhensible que Filipo n'ait pas eu plus de comics à écrire tant il parait solide.

    Nous sommes trois !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …