Accéder au contenu principal

Mickey et l'océan perdu [D-P Filippi & S. Camboni]

.... Imaginez un triangle amoureux composé de Jules Verne, H.G. Wells & William Gibson, que croyez-vous qu'il en accoucherait ?
Probablement un scénario tel que celui qu'a concocté Denis-Pierre Filippi, pour Mickey, Minnie, Dingo & Pat Hibulaire, et intitulé Mickey et l'océan perdu.

Sorte de voyage extraordinaire alimenté par un moteur à deux temps : steampunk & cyberpunk, le scénariste plonge - littéralement - ses personnages (et nous avec) dans l'océan du titre pour une raison que je vous laisse découvrir.
En seulement vingt-cinq pages, je lis cette aventure dans l’hebdomadaire le Journal de Mickey, mais il est également commercialisé en album, or donc en 25 pages, le scénariste multiplie les rebondissements dans une fort belle ambiance S-F.
Toute la quincaillerie inhérente aux deux sous-genres cités répond présent, et le souffle de la grande aventure fait tourner les pages à vitesse « grand V ».
Du steampunk 2.0 vous dis-je !!!
Tout aussi captivante que s'annonce cette histoire, elle bénéficie d'un atout de tout premier ordre : le talent artistique de Silvio Camboni. 
Ses planches sont tout simplement magnifiques, une véritable expérience synesthésique, les potars à fond ! Mais attention, quand le son est trop fort, c'est qu'on est devenu trop vieux. 

.... Première satisfaction et non des moindres, il n'y a pas eu de faux départ pour Mickey et l'océan perdu.
Reste à espérer que les deux auteurs en ont gardé sous la semelle, car au vu du premier quart de l'aventure, ça s'annonce maousse costaud !! 
Et sans que cela soit prémédité, la lecture feuilletonnante ajoute encore au plaisir qu'on prend à la lecture. C'en est presque indécent !
_________________
Prochain numéro le 14 février, chez votre marchand de journaux.

Commentaires

  1. Réponses
    1. C'est un numéro double, donc oui je crois (d'autant que le prochain est annoncé pour le 14).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Cherudek [Valerio Evangelisti / Serge Quadruppani / Éric Vial]

  Quatrième tome du cycle que consacre V alerio E vangelisti à Nicolas Eymerich (si on désire comme moi suivre les aventures de l’inquisiteur de manière chronologique), « Cherudek » est clairement une étape décisive en termes de complexité ; doublée d’une belle réussite.              Comme de coutume plusieurs époques ( ?) forment la trame de l’histoire, mais seule l’année 1360 est clairement identifiée comme telle.  Les deux autres points de vue apparaissent successivement, et respectivement, dans les chapitres intitulés « Néghentropie » et « Temps zéro », lesquels seront numérotés (I), (II), etc. , voire sous-titrés pour ce qui concerne les seconds.  Au même titre que l’obscur « Cherudek », la signification de « Néghentropie » et de « Temps zéro » sera révélée au comble d'une intrigue trépidante.  « Si certains célèbrent encore des cultes païens, votre devoir d’inquisiteur n’est pas de vous poser de vaines questions, mais de leur faire avouer les noms de leurs complices et