Accéder au contenu principal

Icarus

... Ayant enfin complété le run de Grant Morrison sur la Doom Patrol, je viens de le terminer alors que, conjointement je relisais les épisodes des Gardiens de la Galaxie - première version - paru dans la revue Titans. Deux séries faut-il le rappeler co-créées par le scénariste Arnold Drake.

Or donc comme l'écrit mon camarade Yann Graf si Morrison dans les pages de la Doom Patrol "transforme [..] Negative Man en le faisant fusionner avec une femme-médecin : il/elle deviennent Rebis, le premier super-héros transsexuel - on peut en effet discerner sous les bandelettes, une poitrine féminine et des organes mâles" ...


Il y a eu au moins un précédent, certes pas aussi poussé mais tout de même : Icarus (alias Starhawk) l'un des membres des Gardiens de la Galaxie, série alors scénarisée par Steve Gerber (également créateur du personnage qu'il introduit dans l'univers Marvel en le faisant apparaitre dans les pages de la série Les Défenseurs dont le non-groupe éponyme fait équipe à ce moment-là avec Les Gardiens de la Galaxie) :


Ainsi Icarus est-il l'enveloppe abritant deux personnes du sexe opposé ... vous ne me croyez pas ?!

Revoyons l'action au ralenti, et en sens inverse .....


Hé oui, Icarus est l'entité qui abrite Aleta et Stakarus, ce dernier étant par ailleurs le demi-frère de la première comme nous l'apprend ce chapitre.

Si  le statut d'Icarus ne fait plus aucun doute ...

Celui de trois enfants apparus en filigranes des aventures de nos Gardiens (du moins celles traduites dans la revue des éditions LUG) laisse place à une certaine ambiguïté ...

Seraient-ils les fruits de l'union d'Aleta et de Stakarus qui sont je le rappelle frère et sœur, sinon par le sang au moins devant la loi (quel qu'elle soit dans ce quadrant de l'univers). 

Une situation au moins aussi iconoclaste que la situation de Rebis, non ?! 

Commentaires

  1. Bien vu !


    Et ça me rappelle qu'Al Milgrom avait un dessin bien agréable, à l'époque !




    Jim

    RépondreSupprimer
  2. C'était mon perso préféré dans Les Gardiens...
    Mais je dois dire que l'histoire m'avait surpris lorsque j'étais jeune.

    RépondreSupprimer
  3. Merci de votre passage les aminches.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de F ershid B harucha. Cette illustration est, nous dit B rian B olland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien T anino L iberatore en a tiré une version peinte (...). » Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke , alors pré-publié sous le titre de  Souriez , J ean- P aul J ennequin livre un article de  deux pages : C'est tout pour aujourd'hui !  (Tous mes remerciements à Albert .)

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'