Accéder au contenu principal

Le KU KLUX KLAN (1)


... Si la naissance du Ku Klux Klan dans le film de D. W. Griffith survient après que Ben Cameron ait observé la peur qu'inspire chez quatre enfants Noirs deux enfants Blancs recouvert d'un drap blanc, à l'instar de n'importe quel fantôme ; la vérité historique est tout autre (ou peut-être les vérités historiques).

Mais, laissons Alain Decaux nous raconter, comme seul lui sait le faire la Naissance du Ku Klux Klan ....



Une autre hypothèse suggère que le Ku Klux Klan aurait été une société secrète pansudiste, Les Chevaliers du Cercle d'Or, fondée avant la guerre civile (Cf. Histoire Secrète de l'Amérique de Lauric Guillaud). Sans compter que dans son ouvrage sur le sujet Farid Ameur indique la date du 6 mai 1866 comme nuit de naissance du K.K.K.



... En tout état de cause, le développement du K.K.K se réalise sur fond de Reconstruction dans un climat propice à l'épanouissement d'un certain ressentiment de part et d'autre : les séquelles de l'esclavage chez ceux qui l'ont vécu, le lourd bilan humain et matériel de presque quatre années de guerre (la guerre de Sécession restera longtemps en haut d'un macabre palmarès celui des vie humaines tuées : il faudra "attendre" la sixième année du conflit au Vietnam pour que la guerre entre le Nord & le Sud n'en occupe plus le premier rang), l'assassinat du Président Lincoln, les calculs politiciens des Républicains Radicaux qui demandent la totalité des droits civiques pour les anciens esclaves, et l'accession aux fonctions publiques de nostalgiques de la Confédération (qui promulguent bien sûr des "codes noirs" ayant pour but de maintenir la population de couleurs dans une position inférieure).

1959


Pour la petite histoire le dernier survivant de la guerre de Sécession s'est éteint en 1959 à l'âge vénérable de 107 ans.


D'autre part, n'oublions pas non plus que le Sud est placé sous la loi martiale. Ajoutons que si l'émancipation de quatre millions d'esclaves suscite des inquiétudes, l'arrivée de Nordistes venus faire fortune dans les Etats du Sud n'arrange rien. 

Si dans un premier temps la création du Ku Klux Klan semble avoir des visées bien anodines ...

Farid Ameur : [..] Car contrairement à une idée reçue, il ne s’agissait pas pour eux de terroriser la population noire, qui venait alors d’être affranchie. À l’origine, l’objectif du KKK était de divertir ses membres, de resserrer les liens de camaraderie qui les unissaient par un esprit de caste et un rituel secret. C’est pour entourer leur organisation d’un voile plus épais de mystère qu’ils se sont parés de titres fantaisistes et de robes blanches surmontées d’une cagoule. Mais très vite, dans le contexte extrêmement tendu de la Reconstruction, le Ku Klux Klan s’en est pris aux Noirs, contre lesquels les Sudistes tournent d’autant plus leur rage depuis la fin du conflit qu’ils subissent les affres d’une occupation militaire. [...]
Source

... Lors de la convention secrète d'avril 1867, le K.K.K. est définit comme "une institution chevaleresque, humanitaire, miséricordieuse et patriotique" dont l'objectif principal est "le maintien de  la suprématie de la race blanche". Que de chemin parcourus depuis Pulaski.

Il faut dire que le Klan des six (sic) est devenu depuis l'Empire Invisible avec à sa tête (sous le titre de Grand Sorcier) rien de moins qu'un héros de la guerre de Sécession : Nathan Bedford Forrest. L'homme qui avait, entre autre, autorisé ses hommes à massacrer des dizaines de prisonniers noirs à l'arme blanche aux cris rageurs de "Tuez les négros". Des antécédents qui laissent facilement présager du genres "d'humanisme et de miséricorde" dont va faire preuve le Klan : coups, marquages au fer rouge, émasculations, meurtres, et destructions matérielles.

En août 1868 Nathan B. Forrest estime ses forces à 550 000 hommes, mais contre toute attente en janvier 1869 le Grand Sorcier prononce la dissolution du Klan. Manœuvre dans laquelle Farid Ameur voit surtout la volonté "d'enfoncer le Ku Klux Klan dans une clandestinité toujours plus grande"

Cette dissolution n'empêche pas le Klan de poursuivre ses méfaits, contraignant finalement le gouvernement fédéral à prendre en avril 1871 une loi, le Ku Klux Klan Act, le condamnant en tant qu'organisation terroriste. Une mesure spectaculaire mais dont les retombées seront moindre : la montagne accouche d'une souris et en 1896 la Cour Suprême reconnaît la légalité des lois discriminatoires obtenue depuis l’élection de Rutherford Hayes ; autrement dit la ségrégation raciale.    


Le document sonore est un extrait de l'émission Alain Decaux Raconte (document INA), les illustrations sont de Berk (la série Sammy) et de Nicolas Otero (la série Amerikkka). 

Commentaires

  1. J'avais entendu une version différente de l'origine du nom : il serait tiré d'une onomatopée, celle d'un fusil qu'on charge.

    RépondreSupprimer
  2. Ce que le Klan à très bien comprit c'est le mysticisme du peuple noir pour mieux les terroriser.
    Bien avant les cagoules pointues le KKK détourne l'imagerie Vaudou à ses fins pour mieux effrayer leurs "ennemis".
    Ce qui est terrible chez ces gents là c'est qu'ils ont une faculté d'adaptation diabolique et ne recule devant rien pour arriver à leur but quite a s'allier avec des bikers et à leur marque fetishe.
    C'est un iceberg dont on ne voit que le folklore mais j'ai bien peur que la partie la plus obcure soit la plus dangereuse.
    Merci pour ton engagement cela fait chaud au coeur.
    Dr Frankein$OunD

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…