Accéder au contenu principal

Manhunter


... J'ai découvert Marc Andreyko lors de sa collaboration avec Brian Michael Bendis sur Torso, il me semble que déjà à l'époque de la parution de l'album en français Bendis avait le vent en poupe, en tout cas d'autres traductions de ce scénariste ont suivi (contrairement à Andeyko) ce qui m'a permis in fine d'apprendre que ce qui m'avait plu dans Torso venait surement de la seconde cheville ouvrière du projet.

Intuition tout à fait confirmée avec la série Manhunter éditée chez DC.

... Manhunter est une série hardboiled, (terme qui qualifie une littérature de durs à cuire, Cf.Dashiel Hammett ou plus récemment James Ellroy), voire grim and gritty (sombre et violente) mais contrairement à ce qui se fait souvent, Marc Andreyko à la bonne idée de créer un nouveau personnage plutôt que de durcir et rendre méconnaissables des personnages dont ce n'est pas le registre habituel, dans le but nous dit-on de faire "réaliste".


Que celui qui combat les monstres prenne garde
à ne pas devenir un monstre lui-même.
Friedrich Nietzsche


... Or donc dans le premier épisode, Kate Spencer est procureur fédéral (comme en France grosso modo le procureur instruit à charge et défend l’intérêt de la collectivité) à Los Angeles (ce qui n'est pas une coïncidence fortuite à mon avis) dans une affaire mettant en cause un criminel notoirement dangereux et sanguinaire qui, contre toute attente échappe à la chaise électrique.
La fonction du Vigilante est claire : exterminer extrajudiciairement quiconque menace l'équilibre social. Une règle inébranlable et, surtout, applicable à tous, sans distinction d'âge ou de sexe.FBeddiar

Au mépris de la loi, Kate Spencer va s'introduire dans la chambre forte du tribunal contenant des pièces à conviction et se constituer un costume et  par la même occasion une identité de "justicière" ; et s'occuper personnellement du criminel qui vient d'échapper à la peine capitale et par ailleurs, de s'évader du fourgon qui devait le conduire en détention. 
Si Copperhead le criminel en question n'est pas un tendre, la nouvelle Manhunter non plus .... 


Si la justice expéditive qu'utilise la Manhunter n'est pas sans rappeler le courant introduit dans la bande dessinée mainstream étasunienne par des séries telles que l'Escadron Suprême ou encore Les Gardiens, à l'instar des séries citées celle de Mark Andreyko captive plus par la qualité de son scénario que par l'étalage d'une violence outrancière et complaisante. 

Ainsi n'oublie-t-il pas que son personnage est une super-héroïne, personnage qui appartient à un genre indissociable de trois éléments que nous rappelle Jean-Paul Jennequin dans son Histoire du Comic Book.
   
"La double vie", un élément qui semble devenir quantité négligeable ces dernières  années aux yeux des scénaristes en regard du temps que passe les différents personnages dans leur costume de redresseur de torts. Et pourtant, l'alter ego n'apporte-t-il pas une richesse en terme d'intrigue, de personnages secondaires, et d'épaisseur psychologique du héros ? Ou tout simplement en terme de points de vue ?

Si bien sûr, et Marc Andreyko a bien compris que cet élément est essentiel à la réussite d'une histoire de super-héros.




Il va ainsi bâtir un environnement familial et professionnel à son personnage principal en tant que Kate Spencer, et tout un aréopage d'adversaires à son alter ego Manhunter.   

Pour conclure de manière provisoire, j'en suis au quinzième numéro (la série en compte 38) et plus on avance, plus la série devient intéressante ... à suivre donc ! 


D'ailleurs pas plus tard que demain avec un Manhunter ayant précédé Kate Spencer dans une courte aventure tout en français, car vous le découvrirez en lisant cette série la "famille" au sens large y tient une place importante.

Commentaires

  1. (Une question qui n'a pas grand chose à voir avec cet excellent article, je m'en excuse, mais est-ce que ça cause un peu de l'Exécuteur, le bouquin Tolérance Zero ?)

    RépondreSupprimer
  2. Non, juste une ou deux brèves allusions ; "Tolérance zéro" est essentiellement une analyse du vigilante dans le domaine du cinéma, voilà voilà ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…