Accéder au contenu principal

Naissance d'une Nation (2)

Jacob W. Griffith, le père de David W. Griffith commandait la Compagnie E du 1er Régiment du Kentucky au cours de la guerre de Sécession ; il s'est battu jusqu'au 10 mai 1865. Il a été nommé général par le général Lee.
(Patrick Brion)




... Lincoln assassiné l'exécutif se réunit autour de Stoneman, c'est du moins ce que nous apprend W. D. Griffith lors de la deuxième partie de son long-métrage controversé. On remarque que Lydia Brown la mulâtresse, semble avoir acquis un nouveau statut dans l'entourage du sénateur, une élévation de sa situation qui va de pair avec sa complète disparition au profit du "protégé de Stoneman, un mulâtre chef des Noirs", Silas Lynch, qui endosse de fait, et de manière plus ostentatoire la défroque du fourbe de service laissée vacante par la gouvernante.


Notre nouveau gouvernement est fondé
sur cette vérité fondamentale que
l'homme de couleur n'est pas
l'égal de l'homme blanc

Alexander Stephens vice-président des États Confédérés d'Amérique (circa 1861)



... La guerre est terminée, nous sommes maintenant dans la phase dite de "Reconstruction" ..... , dorénavant tous les protagonistes se retrouvent à Piedmont, le fief de la famille Cameron dans le Sud.

Silas Lynch
J'imagine alors que cette ville devient pour Griffith le microcosme à l'aune duquel les spectateurs doivent extrapoler ce qui se déroule dans le reste du pays, ou au moins dans le Sud. 


Le respect qui unit les deux familles est encore là, l'amour entre les enfants Cameron et Stoneman va certes subir des hauts et des bas mais sera la toile de fonds des évènements ; la fourberie et le duplicité des Noirs du Nord ira en s'accentuant, alors que la fidélité des Noirs du Sud envers leurs maîtres sera indéfectible ( et vice versa d'ailleurs).


... Cette seconde partie donne à voir la démocratie dans la définition que lui donnait Platon : "le pouvoir sans le savoir" ou, comment des hommes privés du pouvoir pourraient-ils, une fois qu'ils en ont, ne pas en abuser contre leurs anciens chefs ? (Charles Pépin). Une démocratie qui devient la proie des filous comme Silas Lynch qui n'hésitent jamais à attiser le ressentiment des uns envers les autre, "et donc" tel que nous le montre le film de David W. Griffith en tout cas un terreau propice à la naissance du Ku Klux Klan ... (Voir le prochain billet sur le sujet)    

Abasourdi par ce qui arrive au Sud, Ben Cameron va trouver l'illumination en regardant deux enfants Blancs qui, recouverts d'un drap blanc effraient leurs homologues Noirs.


Si l'intertitre suivant prend le soin de préciser que le Klan n'a pas hésité à verser le sang, il n'en demeure pas moins qu'il est présenté dans le film sous un jour favorable ; ainsi dans un premier temps il ne fait qu'effrayer les Noirs alors que les troupes de Silas Lynch, en réaction, utilisent les armes contre lui. Le tournant viendra avec la mort de la jeune soeur de Ben Cameron ...


Cet accident funeste est l'élément déclencheur qui va transformer le Klan en groupe de justiciers à la justice forcément expéditive, mais nous précisera un intertitre équitable. 
Une justice hors de toute juridiction légale ; ce qui fait dire à Fathi Beddiar (Cf. TOLÉRANCE ZÉRO La justice expéditive au cinéma) que, "Naissance d'une Nation est en réalité le premier film de Vigilante de l'histoire du cinéma", (je proposerai dans un prochain billet un petit développement sur le sujet).

Les Sudistes sont les grands vainqueurs de cette guerre, ils ont conquis l'esprit et le coeur des jeunes.
Studs Terkel



... Or donc, Piedmont devient le lieu d'une guerre de Sécession réitérée sur fond de romantisme et de fidélité aux anciennes valeurs (en l'espèce celle des serviteurs Noirs envers leurs maître, véritable aristocratie du Sud ; et l'amitié qui unie Nordistes et Sudistes blancs), où le Sud est représenté par les chevaliers du Klan et leurs ennemis incarnés par les soldats Noirs, les félons sudistes et autres profiteurs nordistes, d'ailleurs il est remarquable que le patriarche des Cameron en fuite trouve refuge chez d'anciens soldats Nordistes.


... En conclusion si Naissance d'une Nation est considéré comme un chef d'oeuvre du cinéma et, comme un film raciste, ce sur quoi je ne reviendrai pas,  l'aspect qui m'a motivé pour le regarder (outre la curiosité) est celui soulevé par Fathi Bédiar (voir infra) à savoir que le film de David Wark Griffith peut être considéré comme le premier film de Vigilant ; où le rôle de ce dernier est "d'exterminer extrajudiciairement quiconque menace l'équilibre social". Mais aussi et surtout dans le rôle qu'a eu ce film en tant qu'il est donc le premier représentant de ce genre, en établissant un schéma référentiel que l'on retrouvera peu ou prou dans une grande partie de la culture de masse : notamment celle du héros costumé.

Les extraits sonores proviennent du documentaire de Ross Spears L'Héritage de la Guerre de sécession (1987).

(À suivre ....

Commentaires

  1. "un schéma référentiel que l'on retrouvera peu ou prou dans une grande partie de la culture de masse : notamment celle du héros costumé."

    Une idée reprise dans Watchmen.

    RépondreSupprimer
  2. C'est amusant, mais je suis justement en train de lire actuellement le livre Tolérance zéro de Fathi Beddiar, qui recroise le postulat de ton article.

    Il induit lui-aussi que le cinéma populaire à venir sur les super héros, justiciers masqués ou non diffuse l'acceptation de ce mode de justice qui fut l'une des grandes plaies des U.S.A (par rapport au poids des officines privées d'avant 1900 type Pinkerton).

    Fathi Beddar avance même que le F.B.I d'Edgar J. Hoover a "influencé" la mode des "G-men" à l'écran, notamment dans les serials pour que ses forces soient toujours montrées sous un jour positif...

    Plus tard, dans les années 80, Chuck Norris était lui aussi le chantre des méthodes de Ronald Reagan qu'il soutenait ouvertement...

    Un sujet intéressant qu'il convient d'analyser dans le temps...Nul doute que l'esprit des américains, trés patriotes et sourcilleux dans l'image de leurs forces de l'ordre a été modulé grâce à cette influence feutrée.

    RépondreSupprimer
  3. J. Hoover une ordure totale (mk ultra entre autre)mais un maitre chanteur puissant.
    Toute personne faisant barrage au klan aux USA est en danger potentiel de mort les sous estimer c'est de l'inconcience il ne recule devant absolument rien ont des complices a tous les niveaux du system et pas qu'aux states remember it!!!!!
    History channel à realisé un très bon apperçu de la chose (à vos moteurs de recherches)
    Sinon le film m'a fait penser à "forces occultes" 1943 de Paul Riche.
    Les USA ne sont pas les seuls a avoir mauvaises concience......
    take it easy
    Dr frankein$ounD

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…