Accéder au contenu principal

Une vie, une oeuvre : Howard Phillips Lovecraft

HPL par Joe Wehrle

(Première diffusion, le 20 mai 2007)  par Lydia Ben Ytzhak Réalisation : Nathalie Triandafyllidès Un jour viendra où, nous aussi, nous nous en irons vers les contrées d'Amrath, qui ne connaissent jamais l'éclat du soleil. Nous survolerons l'incomparable beauté de Narath, ses centaines de portes ciselées et ses coupoles de calcédoine, et les plaines qu'éclairent les trois lunes. Nous nous dirigerons vers les sinistres dômes de la cité interdite, la nécropole, rêvant que nous sommes en train de rêver, nous perdant peu à peu dans les labyrinthes d'Hypnos. Ce sera alors l'heure des cauchemars d'où cette fois, enfin, nous ne nous réveillerons pas, nous réfugiant dans la paix d'un nouvel âge de ténèbres. Une multitude d'immensités plus loin, par-delà la porte du profond sommeil, la mer Cérénérienne et les frontières crépusculaires d'Inganok, Nyarlathotep, le Chaos Rampant et grouillant et sa cohorte de monstres hideux précédant l'arrivée de Cthulhu, nous attendra, siégeant menaçant dans son château d'onyx qui, au sein de l'immensité froide, se dresse au-dessus de Kadath, la cité inconnue. Désormais, nos galères, après avoir passé les flèches d'or de Thran, ne pourront plus jamais faire voile sur le fleuve Oukranos, ni nos caravanes d'éléphants cheminer dans le kled à travers les jungles parfumées où, sur leurs colonnes d'ivoire, dorment, intacts et fascinants sous la lune, les palais oubliés. En sombrant dans la contemplation hypnotique de l'oeuvre de Lovecraft, au coeur de l'envers de l'écriture, nous réaliserons horrifiés que nous aussi, nous sommes d'ailleurs. Ses abîmes nous ouvriront des perspectives terrifiantes sur la réalité et la place effroyable que nous y occupons. Alors seulement nous nous résoudrons, marche après marche, à descendre dans les tréfonds insondés de la Crypte labyrinthique de la Maison de la Radio d'où sortent parfois d'étranges clameurs pour enregistrer cette émission à voix basse. Tout autour de nous seront là encore gisants sur le sol noir, disposés en cercle pour on ne sait quel rite innommable, de grands coffres debout, évasés vers le bas - qui s'ouvriront un jour. Nous aurons beau savoir qu'il ne s'agit pas d'antiques sarcophages aux formes inhumaines, nous ne pourrons pourtant réprimer un mouvement de frisson d'une indicible horreur.
Invités : Christophe Thill, Joseph Altairac, Michel Meurger, Gilles Ménèlgado, Jacquy Ferjault, Philippe Martin.
http://www.megaupload.com/?d=EK3LIOGK

Commentaires

  1. Merci Amigo pour le documentaire.
    En espèrent d'avoir d'autres dans la même veine.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
  2. C'est toujours un plaisir que de faire plaisir.

    RépondreSupprimer
  3. Malheureusement le lien est mort. Possibilité de reposter?

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …