Accéder au contenu principal

Stan Lee Story

STANLEY MARTIN LIEBER
... Stan lee qui était le neveu ou le cousin de l'épouse de Goodman travaillait depuis déjà quelques années chez son parent. Né le 28 décembre 1922, le cousin Stan avait été témoin des jeunes années de la firme. Il était déjà là quand, pendant la guerre, les comics de Timely, s'étaient arrachés par million d'exemplaire. Arrivé à l'âge de seize ans et demi, avec déjà une petite expérience dans le journalisme, il avait travaillé avec Simon et Kirby qui réalisaient les aventures de Captain America. Sans véritable poste organique le bouillant jeune homme faisait tout ce qu'on lui demandait et savait se rendre indispensable. Qu'il faille tailler les crayons ou bien aller chercher les sandwiches ..
... Quand les deux compères abandonnèrent Marvel pour DC, Stan Lee se retrouva seul dans les bureaux désertés. Goodman, faute d'avoir quelqu'un d'autre sous la main, lui confia la responsabilité de s'occuper du département comics, malgré son jeune âge et son manque d'expérience ! [..]

Extrait de Stan "The Man" Lee par Francis Saint Martin. Editions de l'Hydre. 1999

... Pour ceux qui auraient manqué le documentaire qu'a consacré la chaîne de télévision SYFY au sémillant scénariste, séance de rattrapage ...

Stan Lee Story:
https://rapidshare.com/#!download|114p12|2880340045|stan_lee_story_00013.AVI.AVI
Merci à Darkconsul & à la TeamCH.

Commentaires

  1. Je suis très, très content de ce long documentaire que tu nous as proposé, cher Artemus Dada.

    J'avais moi-même écrit un looong article sur Stan Lee car l'homme est à la fois complexe et non dénué de mystère.

    Tout d'abord, ma source principale fut aussi l'ouvrage sur Stan Lee de Francis Saint Martin qui est à la fois une source de renseignements formidables mais également l'ouvrage de référence sur le grand Stan.

    Il y aurait beaucoup de choses à dire sur Stan Lee. Tout d'abord, il a réalisé l'essentiel de sa carrière entre 1938 et 1978 (en gros). Sa période d'or se limite entre 1961 et 1965.

    Stan Lee n'avait pas d'égal pour concevoir une histoire trépidante, avec un ressort narratif fort relatif aux faiblesse du héros, mais aussi un sens de l'épique quasiment unique.

    Il reste également à mon sens un dialoguiste de génie.

    Toutefois, un vétéran du Golden age dont j'ai oublié le nom (je ne suis pas certain qu'il s'agisse de Vincent Fargo), raconta qu'il avait appris à Stan Lee les ficelles du métier et que ce dernier n'avait cessé à la fois de les peaufiner mais surtout d'en tirer parti un maximum !

    A mon sens, cela se vérifie puisque, entre le premier Spider-Man et sa version Batman pour DC, on a l'impression que la recette -pour le moins fort convaincante- est la même et que les deux comics auraient pu être produits la même année !

    Une période intéressante de Stan Lee semble être à mon avis la période de monstres Atlas avec chaque fois un nouveau monstre délirant qui écrase d'ailleurs en spectaculaire et en imagination ce que le cinéma d'alors pouvait proposer.
    Encore une fois, la recette était vraiment identique : Le héros découvre le monstre/ celui-ci décide de défier l'humanité/ les armes ne peuvent rien contre ce monstre/ mais le héros parvient astucieusement à trouver le moyen de défaire ce péril/ fin avec petite morale. Mais le tout est bien sympathique !

    Pour en revenir au documentaire, il est assez intéressant et il aborde la question du statut de co-créateur de Jack Kirby et de Steve Ditko.
    Mais j'estime que ces deux artistes majeurs sont lésés puisque si Papy Stan a obtenu 10% sur les recettes des films dont il est le co-créateur, la famille de Jack Kirby rame toujours pour obtenir un moindre dû.
    Cela me choque encore et toujours...

    Enfin, j'opine pour ma part que Stan Lee, au cours de ce présent siècle, rentrera réellement dans la culture et sera assez probablement sacralisé en tant que tel ! Alors, nous, pauvres petits lecteurs de ces illustrés souvent réprouvés, nous serions alors des avant-gardistes de la culture populaire !

    En tout cas, merci et bravo pour cette séance de rattrapage qui m'a fait passer un bon moment !

    Bastien Ayala

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…