Accéder au contenu principal

RASPOUTINE



... J'imagine que vous connaissez la résistance qu'a montrée Raspoutine au moment de passer de vie à trépas, toutefois cette résistance surhumaine a fini par céder. Imaginez maintenant que l'on procède à un ECG sur la dépouille mortelle du moujik. Le tracé de l'électrocardiogramme serait d'une platitude désolante, ce rythme ou plutôt cette absence de rythme est celui imprimé au film de Josée Dayan.
En outre l'univers de la Russie tsariste du début du XXième siècle tel que proposé ici semble avoir banni la relation dite "de cause à effet" en faveur de l’ellipse et du raccourci ; un choix qui accentue malheureusement l'impression de vacuité induite par le rythme languide de la mise en scène.


Une bonne partie de l'histoire se concentre sur le complot qui vise à éliminer Raspoutine, et le film est à l'image de ces conspirateurs en peau de lapin qui fomentent la chute du moujik avec si peu de conviction que ce n'est pas étonnant que l'éminence grise de la Tsarine ait mis tant de temps à mourir. Par contre le téléspectateur risque de mourir de rire en voyant la scène où deux comploteurs tentent de recruter un tueur. S'il n'est pas mort d'ennui avant diront les mauvaises langues.
Reste un Gérard Depardieu d'autant plus convaincant que la vie de débauche que l'on prête au mystique russe ne lui est pas totalement étrangère me suis-je laissé dire. 
... Or donc, si Raspoutine n'est pas une Bérézina cathodique totale il est très loin de proposer un divertissement à la hauteur de la légende de l'aventurier russe. Néanmoins, il a réussi à relancer mon intérêt pour le personnage, un intérêt que je vous propose de partager grâce à l'émission de Stéphane Bern  consacrée au starets en attendant la diffusion du film de Josée Dayan.

Secrets d'histoire:
http://rapidshare.com/files/879900296/Secrets%20d'histoire%20Raspoutine.avi

Commentaires

  1. Salut,
    Je recherche le lien du film, là j'ai l'impression que le lien que tu as mis est plutôt un documentaire sur Raspoutine.
    As tu le lien du film ?
    Ou es ce un Fake ? du film de Depardieu
    J'ai Raspoutine Le Moine si sa t'interesse en film.
    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Raspoutine par Josée Dayan, on peut légitimement craindre le pire. Mais ainsi va la logique du service public français... Dommage, car le Gégé est l'ogre paillard qui convient ! Merci pour l'émission même si c'est Bern qui pilote et pas Alain Decaux !

    RépondreSupprimer
  3. @ Anonyme: Salut à toi, non ce n'est pas le film de Dayan (que je n'ai pas en lien) mais un documentaire (comme précisé en fin de billet)sur Raspoutine. Et à mon avis il n'est pas superflu de le regarder avant de voir le film avec le Gégé (qui passe ce week-end à la téloche française, je crois).

    @ Adam Eterno: Oui c'est Stéphane Bern qui pilote le doc, et pour ma part je le trouve pas mal du tout dans ce rôle. En ce qui concerne Alain Decaux, j'ai son émission et je vais sûrement la proposer sous une forme ou une autre un de ces quatre.

    Merci de votre passage & à bientôt (sous vos applaudissements) ....

    RépondreSupprimer
  4. Cadeau de Noël
    Voici le lien du téléfilm qui était diffusé sur la chaîne Télé Suisse Romand 2

    http://www.megaupload.com/?d=9O1ATAYA

    1971

    RépondreSupprimer
  5. @ Artemus Dada

    On t'applaudit bien fort et on te souhaite un très bon Noël !

    @ Anonyme (du 24 décembre)

    Merci beaucoup pour le lien.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …