Accéder au contenu principal

Mission : Impossible (Trois)


... Mission : Impossible est typiquement le genre de franchise qui repose sur ce que l'on appelle  "l'inflation dramatique" (Cf. Brian Stableford) : dans le cas qui nous préoccupe : des procédés technologiques de plus en plus pointus, et des agents dont le niveau de technicité, l'adresse et les ressources sont tout simplement surhumains. Sans oublier un adversaire à la hauteur. Ici, c'est tout simplement l’ennemi numéro un de la Terre!!! (Du moins c'est ce que laisse entendre le portrait que l'on fait de lui)  Mission : Impossible 3 apporte sa touche personnelle au concept, une esthétique bling-bling du plus mauvais aloi.

Cependant "l'inflation dramatique" à son revers, ainsi dans ce troisième film de la série après avoir brillamment capturé l’ennemi numéro un du genre humain (pas moins), "on" décide de le convoyer en empruntant un parcours qui traverse un pont (la couille dans le potage qui permet à l'histoire de rebondir, et au film de durer deux heures), et pas un petit pont non patapon , un de ceux qui font passer celui de Tancarville pour une aimable miniature. Et ce, sans aucun soutient logistique maritime et/ou aérien. Du grand n'importe quoi compte tenu du niveau d'aptitude supposé des agents à la vue de leurs exploits précédents. Et le pire reste à venir, car non seulement le prisonnier s'échappe mais dans la seconde qui suit il réussit à enlever la femme du héros ... un agent que son propre camp capture en retour avec un déploiement de force et de célérité qui aurait été bien utile sur le pont précédemment cité.
Ajoutons que le spectateur a toujours une longueur d'avance sur le scénario  et que le sérieux avec lequel tout ça est joué devient tout simplement risible.

... En apprenant que la série télévisée allait passer du petit au grand écran j'avais été plutôt intéressé à l'époque, c’était avant de voir qu'on s'était dépêché de faire occire tous les membres de l'équipe pour laisser les coudées franche à un seul agent Ethan Hunt. C'est-à-dire renier complètement le concept même de Mission : Impossible. Un comble !
Malgré cette déconvenue, j'ai tenté l'aventure du deuxième film principalement pour voir ce qu'allait en faire John Woo ... John qui ? John Woo ! (Ahaha c'est amusant).
Bon, ben je me suis arrêté à la chorégraphie des voitures.

Or donc, c'est une lisant une critique extrêmement positive du dernier film de la franchise que je me suis repris au jeu en décidant finalement de voir ce troisième volet. Bilan c'est toujours aussi mauvais : un scénario qui doit tenir en deux lignes, le tout joué avec un sérieux qui a dû plaire à l’accessoiriste en charge des manches à balai. Non sérieusement ça n'a rien à voir avec la série télé ; à se demander pourquoi avoir choisi d'en reprendre le titre ? 


Mais si vous voulez mon avis il reste un espoir pour ceux qui ont aimé la  série télévisée de Bruce Geller : regarder Inception la meilleur adaptation cinématographique de Mission : Impossible.
      
Merci à Aretha Franklin, à Noir Désir & à DJ Zebra pour l’illustration musicale de ce billet.

Commentaires

  1. J'en suis resté aux deux premiers qui conjuguaient déjà, comme tu l'as fort bien rappelé, les incohérences de scénario, la dramatisation à outrance et un rappel redondant des enjeux, le tout n'étant pas sauvé par le rythme - même si les scènes d'action sont correctement mises en boite. J'ai encore le souvenir d'une édition du Masque et la plume qui encensait le MI-2 parce que c'était mis en scène par John qui-vous-savez, après avoir descendu le X-Men 1 de Brian Singer (dont, rétroactivement, le Usual Suspect devenait un film surfait - c'était pourtant un parfait Mission Impossible en négatif !)

    RépondreSupprimer
  2. Hello les Aminches, je vous conseille, malgré le faible niveau des volets I, II & III, de visionner le quatrième épisode de la franchise. Il est vraiment excellent, d'une inventivité et d'un rythme sans faille, avec plein de références cinéphiliques, c'est vraiment le haut du panier en matière de blockbuster. Néanmoins, les fans de Bruce Geller ne pourront jamais être totalement comblés, car cette franchise n'a que son titre en commun avec la série d'origine.
    J'en profite aussi pour souhaiter de bonnes fêtes à artemus dada.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne serais trop vous conseiller la "critique/spoiler" de Mr Connard :
    http://odieuxconnard.wordpress.com/2011/12/22/mission-impossible-proctologue-fantome/
    du grand art...

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais plus si j'ai vu le 3. Je ne me souviens pas du 2, alors que je l'ai vu. Je garde un très bon souvenir du premier, que j'ai vu au cinéma et à la télé. Il faudrait que je le revoie aujourd'hui, tiens.

    Non, je sais. Je me prendrai un coffret à vil prix quand ils sortiront le 4, l'année prochaine.

    Sinon, effectivement, la formule est admirablement recyclée dans Inception, je suis d'accord. Ce dernier film est d'ailleur devenu mon film préféré de tous les temps.

    Il est fort, ce Nolan.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.