Accéder au contenu principal

Twilight of the Superheroes (fin) par A. Moore

... Suite et fin de la proposition d'Alan Moore pour un crossover avec les personnages de DC Comics qui n'a jamais vu le jour en l'état. Ces trois parties vous ont été proposées dans une traduction française grâce à Jay Wicky et à Jean Maxine de la Souche ; les deux dernières parties ont été publiées dans le fanzine suisse SWOF
Merci à eux.








Commentaires

  1. merci du coup j' ai tout imprimé

    RépondreSupprimer
  2. ça y est je l' ai enfin ( re ) lu , je ne sais plus où je l' avais déjà lu ( peut etre dans l' ancienne formule de superpouvoir ? ) ya plein d' idée qu' on été piquées : la première qui me vient à l' esprit est le changeling plus animal et le nightwing plus expeditif que batman dans un arc des titans ou ils croisaient leurs doubles du futur ( sauf que c' etait tim drake qui reprenait carrement le costume de batman ), une bonne de kingdom come évidemment, et earth x aussi. j' aime bien l' astuce que moore propose pour les séries ne souhaitant pas etre trop impliquée dans le crossover, le role innattendu du martian manhunter

    RépondreSupprimer
  3. et j' ai oublié aussi toute une partie de flashpoint qui meme si je ne l' ai pas lu, a l' air largement inspiré au niveau des différents royaumes

    RépondreSupprimer
  4. Une discussion sur les emprunts d'untel sur tel ou tel projet est toujours délicate.
    Par exemple on a dit, et encore maintenant que Moore s'est largement inspiré du livre de Robert Mayer "Superfolks" (1977) pour ses trois oeuvre majeures : "Marvelman", "Watchmen" et "Whathever Happend" ..

    Voir ici trois billets récents sur le sujet :
    http://comicsbeat.com/alan-moore-and-superfolks-part-1-the-case-for-the-prosecution/

    D'un autre côté si tel est le cas pour Moore, il est le seul après avoir lu ce roman à avoir produit ces trois oeuvre majeures, personne d'autre ne l'a fait.

    Et je parle même pas du côté inconscient de la chose.

    [-_ô]

    RépondreSupprimer
  5. Quel dommage que DC se soit montré mauvais joueur et légaliste en ce qui concerne les droits de Watchmen et de V. Sans cette attitude digne de Marvel comics, nous aurions pu lire ce monument des comics -bien que j'ai pas mal de considération comme Crisis que je ne trouve encore sous-estimé- et peut-être d'autres à venir.

    Si Watchmen avait été fait avec les héros de la Charlton, il aurait été légitime que l'oeuvre restât dans le giron de DC, mais comme les personnages furent créées par Moore et Gibbons.

    En ce qui concerne Swof, oui, c'était un excellent fanzine qui se sera distingué jusqu'à son trentième et, hélas, ultime numéro...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que DC Comics ne sort pas grandi de cette affaire, mais bizness is bizness !

      En tout cas merci de ton passage.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un