Accéder au contenu principal

Blade le voyageur de l'infini

Blade le voyageur de l'infini est une série de "romans de gare " qui réserve quelques surprises. 
Elle est née, à la fin des années 60 aux U.S.A, dans l'esprit de ce qu'il faut bien appeler un packager, Lyle Kenyon Engel fournisseur de série "clé en main". 
Outre Blade, d'autres séries de ce packager nous sont parvenues : Penny S, Le Mercenaire, ou encore Nick Carter.
Le book packaging est une activité assez peu développée en France.
Cela consiste à proposer aux maisons d'édition des projets conçus de A à Z : le concept est là, le ou les auteurs sont embauchés par le packager et peuvent produire des histoires dont la continuité et la "bible" ont été préalablement définies. Le packager s'occupe parfois même du travail d'édition : relecture, mise en page etc.. , voire de l'impression. 
Le packager est en quelque sorte un "producteur littéraire".  
© 1969 by Jeffrey Lord  produced by Lyle Kenyon Engel
Or, s'il apparaît sur les couvertures de cette série le nom d'un auteur : Jeffrey Lord, celui-ci n'est qu'un nom de plume, dans la tradition de ce qui se faisait déjà pour certains pulps (Doc Savage ou le Shadow par exemple).
Il semblerait que la série ait d'abord été proposée à l'éditeur McFadden, incidemment Bernarr Mcfadden (1868-1955) a été un des précurseurs américains de la culture physique et il a notamment pris sous son aile à une époque le célèbre Charles Atlas, donc disais-je Mcfadden Books publia au moins 6 numéros de la série (avant de mettre la clé sous la porte), c'est ensuite Pinnacle Books qui assura la publication des 37 numéros de la série, et qui réédita bien entendu les premier numéros.
PINNACLE BOOKS
Or, donc plusieurs auteurs se sont succédé sous le pseudonyme de Jeffrey Lord : Manning Lee Stokes qui écrit les huit premiers romans et qui aura par ailleurs les honneurs de la Série Noire en France, Ray Nelson auteur notamment du scénario d’après sa propre nouvelle, d'Invasion Los Angeles de John Carpenter, ou encore Roland J. Green auteur entre autres de romans mettant en scène Conan le Cimmérien, mais aussi, et c'est là l'une des particularités de Blade voyageur de l'infini, par des auteurs français : Thomas Bauduret, Richard D. Nolan, Pascal Candia, Nemo Sandman ...
Car après les 37 numéros paru aux Etats-Unis et traduits dans l'Hexagone, Blade a connu une suite en France, la série a ainsi plus de 200 numéros au compteur à ce jour.
Ceci dit Blade n'est pas la seule série venant d'outre-Atlantique à avoir été d'abord "traduite de l'américain" (romans originaux traduits), puis "traduite et adaptée de l'américain" (intrigues originales, mais on rallonge le texte, on le remanie sans beaucoup d'états d'âme), puis "adapté de l'américain" (là il s'agit d'histoires 100% françaises) ; les éditions Gérard de Villiers se sont souvent distinguées sur ce créneau (pour ceux qui s'intéressent à cette littérature, je ne peux que vous proposer d'aller sur l'excellent blog de ROBO32.EXE)     
Blade s'immobilisa, la fourchette en l'air. Il avait deux appareils et c'était le rouge qui sonnait, celui qui le reliait directement à Coprah House et au bureau de J. Une mission, donc. Il pesta et envisagea de ne pas répondre. J lui avait formellement promis de courtes vacances. Et Zoé l'attendait.
Il décrocha. Le devoir avant tout.
 — Allô?
Richard Blade nous est présenté dans les premières pages comme un agent secret qui travaille pour un supérieur nommé J. Toutes ressemblances avec un certain James Bond n'est certainement pas fortuites. Cependant très rapidement, en quelques pages, il va passer du statut d'agent secret à celui de cobaye pour un programme généré par des ordinateur alignés, comme des monstres domptés [..]. L'apport d'une science en avance sur son temps serait le fruit de la participation d'un auteur, qui lui n'a écrit aucun des romans de la série mais qui a néanmoins participé aux réunions de travail pour créer Blade, cet auteur est bien connu aujourd'hui puisqu'il s'agit de Philip K. Dick
Rien de moins. 
Espion, cobaye, Richard Blade finira finalement par se retrouver, à l'instar d'un John Carter sur Mars dans ce que nous apprendrons être une autre dimension, un monde médiéval où comme son homologue Sudiste il rencontrera une princesse alors qu'il se trouve dans le plus simple appareil.
Si La Hache de bronze s'apparente à une course de steeple ; Richard Blade va parcourir une certaine distance et rencontrer différents obstacles qu'il négociera de différentes manières : fuite, évitement, affrontement, l'un de ces obstacles sera par ailleurs la femme tentatrice voire nymphomane, marque de fabrique des productions Lyle Kenyon Engel.
Ce qui donnera quelques scènes de sexe plus ou moins torrides, plus ou moins inventives.   
MACFADDEN BOOKS
En définitive, le premier numéro de cette série m'a plutôt plu, je ne me suis pas ennuyé une minute ; Manning Lee Stokes l'auteur de ce premier épisode créé un casting sans surprise certes mais qui réserve des possibilités qu'il exploite avec beaucoup de jugeote.
La Hache de bronze est donc une histoire que j'ai trouvée suffisamment intéressante pour que, dés que l'occasion se présente, je lise une nouvelle aventure de Richard Blade.


(À suivre....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…