Accéder au contenu principal

Une Enquête philosophique \ Philip Kerr

Ecrit en 1992, le roman de Philip Kerr intitulé Une Enquête philosophique et qui se déroule en 2013 à Londres, pouvait passer à l’époque pour de l’anticipation. Lu aujourd’hui, ce parfum d’anticipation a disparu, par la force du temps, mais ce roman n’en est pas moins captivant. 
L’Angleterre décrite au fil des pages, en filigrane, n’apparaît pas comme un endroit où il fait bon vivre. À la fois parce que la criminalité et la misère semble avoir fait pas mal de dégâts dans certaines zones géographiques et au sein de la population, mais aussi parce que la police s’intéresse aux criminels avant qu’ils n’aient perpétré le moindre crime. Notamment grâce à un projet dont le nom de code est Lombroso du nom d’un médecin et théoricien italien, Cesare Lombroso (1835-1909) qui avait développé l'idée selon laquelle les comportements criminels seraient innés, et surtout repérables grâce à certaines caractéristiques physiques. Les travaux de ce médecin connurent un grand retentissement dans le domaine de la criminologie. On comprend dés lors les dérives possibles d’une telle idée. 
Cependant, Philip Kerr prend le contre-pied de ce à quoi je m’attendais puisqu’il met en scène quelqu’un qui après avoir passé le test justement, se demande si sa présence dans le fichier ne le condamne pas à plus ou moins brève échéance alors même qu’il n’a pas commis de crime. 
Du moins pas encore. 
Philip Kerr corse et enrichi son roman en dotant les criminels potentiels repérés par le projet Lombroso de pseudonymes. En effet conscient des dérives, les gens en charge du dépistage assurent un relatif anonymat aux citoyens dépistés « positifs » (c’est-à-dire porteur du NVM-négatif) en leur octroyant un pseudonyme. Le « quelqu’un » dont je parlais dans les quelques lignes qui précédent recevra celui du philosophe Wittgenstein (1889-1951). Et « Wittgenstein », celui du roman se mettra en tête, après avoir éliminé toutes les traces de sa présence dans le fichier, d’éliminer également les porteurs du NVM-négatif dont les pseudonymes sont aussi les noms de philosophes célèbres. L’affaire sera confiée à l’inspecteur « Jake » Jacowicz une flic dure-à-cuir dont la particularité est d'être une enquêtrice de talent, et de détester les hommes.
Pas besoin d’être agrégé de philosophie pour prendre plaisir à cette histoire, et le plaisir est double en quelques sorte : celui d’être immergé dans une société plutôt angoissante, peuplé de personnages pour le moins troubles (et troublants) et d’autre part sourire des situations pour le moins loufoques que produisent certains raisonnements philosophiques poussés au bout du bout, voire devant certaines décisions politiques ; mais là on est peut-être plus habitué. 
Or, donc cette lecture captivante et divertissante m'a donné envie de m'intéresser à cet auteur, et de lire ses autres romans.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®