Accéder au contenu principal

L'Été de cristal \ Philip Kerr

L'Été de cristal, premier roman de ce qui deviendra La trilogie berlinoise met en scène le détective privé Bernard Gunther durant l’année 36, c’est-à-dire alors que le IIIe Reich est au pouvoir, et plus précisément lors des Jeux Olympiques de Berlin
Personnage désabusé à la répartie mordante et à l’humour pince-sans-rire, Bernie , ex-flic de la police criminelle (la Kripo), Croix de fer de 2ème classe, mène ses enquêtes à la manière hard-boiled de ses cousins germains (sic) d’outre-Atlantique. 
Avec en arrière-plan le régime politique du chancelier Hitler et des seconds rôles au destin historique avéré, Philip Kerr raconte avant tout une histoire de détective dur-à-cuir avec tous les stéréotypes du genre : gangsters, femme fatale, hommes d’affaire corrompus, boîtes de nuit où se croisent le monde interlope de la pègre et celle des classes privilégiées, assassinats, violence, et érotisme ; ce qui ne l'empêche pas d'en tirer un roman original. 
L’arrière-plan politique est habillement utilisé par le romancier comme moteur de son histoire, jamais comme élément essentiel et prédominant. Ainsi Philip Kerr utilise-t-il le fait que les femmes n’avaient pas le droit de travailler, ou encore que pour survivre les Juifs devaient vendre leurs bijoux, du moins ceux qui en avaient, et le cas échéant utiliser de faux papiers pour orienter son récit et les rebondissements.
Cependant, l’auteur évite d’inviter de manière trop ostentatoire l’Histoire. Le seul moment où il y déroge (en utilisant un endroit très marqué historiquement) est de mon point de vue, le moment le plus faible de l’histoire. D’autant qu’il aurait pu faire venir l’un des personnages dans un autre lieu dont la description aurait suffit à en faire un équivalent tout aussi sordide et sinistre. Du reste, le lieu en lui-même n’apporte rien au récit. 

Mise à part ce petit fléchissement, L’Été de cristal est de mon point de vue un excellent roman, à tel point que j’ai décidé d’enchaîner sur la suite : La Pâle figure.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®