Accéder au contenu principal

L'Été de cristal \ Philip Kerr

L'Été de cristal, premier roman de ce qui deviendra La trilogie berlinoise met en scène le détective privé Bernard Gunther durant l’année 36, c’est-à-dire alors que le IIIe Reich est au pouvoir, et plus précisément lors des Jeux Olympiques de Berlin
Personnage désabusé à la répartie mordante et à l’humour pince-sans-rire, Bernie , ex-flic de la police criminelle (la Kripo), Croix de fer de 2ème classe, mène ses enquêtes à la manière hard-boiled de ses cousins germains (sic) d’outre-Atlantique. 
Avec en arrière-plan le régime politique du chancelier Hitler et des seconds rôles au destin historique avéré, Philip Kerr raconte avant tout une histoire de détective dur-à-cuir avec tous les stéréotypes du genre : gangsters, femme fatale, hommes d’affaire corrompus, boîtes de nuit où se croisent le monde interlope de la pègre et celle des classes privilégiées, assassinats, violence, et érotisme ; ce qui ne l'empêche pas d'en tirer un roman original. 
L’arrière-plan politique est habillement utilisé par le romancier comme moteur de son histoire, jamais comme élément essentiel et prédominant. Ainsi Philip Kerr utilise-t-il le fait que les femmes n’avaient pas le droit de travailler, ou encore que pour survivre les Juifs devaient vendre leurs bijoux, du moins ceux qui en avaient, et le cas échéant utiliser de faux papiers pour orienter son récit et les rebondissements.
Cependant, l’auteur évite d’inviter de manière trop ostentatoire l’Histoire. Le seul moment où il y déroge (en utilisant un endroit très marqué historiquement) est de mon point de vue, le moment le plus faible de l’histoire. D’autant qu’il aurait pu faire venir l’un des personnages dans un autre lieu dont la description aurait suffit à en faire un équivalent tout aussi sordide et sinistre. Du reste, le lieu en lui-même n’apporte rien au récit. 

Mise à part ce petit fléchissement, L’Été de cristal est de mon point de vue un excellent roman, à tel point que j’ai décidé d’enchaîner sur la suite : La Pâle figure.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un