Accéder au contenu principal

FLASHBACK \ Dan Simmons

2035, il ne reste plus rien de « la cité sur la colline », symbole d’une Amérique vue comme une nouvelle terre promise appelée à éclairer le monde selon la formule de John Winthorp, arrivé en Amérique en 1629 (et premier gouverneur du Massachusetts).
Bien au contraire. 

Le point de départ de Flashback serait une réponse donnée par Robert Gates (notamment Secrétaire à la défense (2006-2009) à la question :
-  « Quelle est la plus grande menace existentielle qui pèse aujourd’hui sur les Etats-Unis ? ».
- « La dette nationale ». 
Et le responsable de l’aggravation de la dette est, dans le roman, l'actuel président des U.S.A Barack Obama ; notamment à cause de son « axe social ». 

L’Amérique que décrit Dan Simmons est très certainement également extrapolée des travaux de Samuel Huntington, notamment Le Choc des civilisations  qui est devenu selon certains, une thèse incontournable après les attentats du 11 septembre 2001 et qui se traduit notamment par un Califat Globale (dont je vous laisse découvrir l’étendu). Ainsi que ce que d’aucuns qualifient d’obsession pour Huntington, surnommé le Stephen King de la science politique, à savoir la reconquête par les Mexicains des territoires perdus dans les années 1840.
Chez Dan Simmons ça s’appelle la Reconquista
Le Japon occupe dans la géopolitique de la dystopie créée par l’auteur une place prépondérante. Le pays du soleil levant est devenu un empire féodal « moderne » où les zaibatsu se disputent le monde. 

Dans cette Amérique que je qualifierai de post-apocalyptique (certains passages évoquent Mad Max) un multimilliardaire japonais engage un privé Nick Bottom, pour reprendre l’enquête sur la mort de son fils, qui s’est déroulé 10 ans plutôt. 
Ce qui semble dicter ce choix est de toute évidence que Bottom était en charge de l’enquête lorsqu’il appartenait aux forces de police de Denver, et que d’autre part il est accro au Flashback, une drogue très bon marché qui permet de revivre des souvenirs parfaits. Il est donc le plus à même de revoir toutes les pièces du dossier. 
Mais bien entendu ce n’est pas si simple. 

En tout état de cause j’ai le sentiment d’avoir passé un excellent moment, et ce n’est pas peu dire : Flashback est un roman extrêmement captivant, en compagnie de quelqu’un, si tant est que Dan Simmons exprime ses propres idées, dont je suis loin de partager toutes ses valeurs et (justement) toutes ses idées.

Commentaires

  1. J'en avais pensé du bien aussi, tout en n'adhérant pas du tout à ses idées et valeurs.
    http://culturemoderne.blogspot.be/2012/06/retour-en-arriere.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part j'ai trouvé la "fin" plutôt réussie.

      Supprimer
  2. Elle est pas mauvaise remarque. Mais elle n'a pas fonctionné chez moi. ( après, je pense de plus en plus sérieusement que je deviens blasé ou que j'attends trop de la SF ; de plus, je préfère Simmons dans le registre du fantastique : Terreur est son roman récent qui m'a le plus retourné. J'attaque "Collines Noires" bientôt).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.