Accéder au contenu principal

FLASHBACK \ Dan Simmons

2035, il ne reste plus rien de « la cité sur la colline », symbole d’une Amérique vue comme une nouvelle terre promise appelée à éclairer le monde selon la formule de John Winthorp, arrivé en Amérique en 1629 (et premier gouverneur du Massachusetts).
Bien au contraire. 

Le point de départ de Flashback serait une réponse donnée par Robert Gates (notamment Secrétaire à la défense (2006-2009) à la question :
-  « Quelle est la plus grande menace existentielle qui pèse aujourd’hui sur les Etats-Unis ? ».
- « La dette nationale ». 
Et le responsable de l’aggravation de la dette est, dans le roman, l'actuel président des U.S.A Barack Obama ; notamment à cause de son « axe social ». 

L’Amérique que décrit Dan Simmons est très certainement également extrapolée des travaux de Samuel Huntington, notamment Le Choc des civilisations  qui est devenu selon certains, une thèse incontournable après les attentats du 11 septembre 2001 et qui se traduit notamment par un Califat Globale (dont je vous laisse découvrir l’étendu). Ainsi que ce que d’aucuns qualifient d’obsession pour Huntington, surnommé le Stephen King de la science politique, à savoir la reconquête par les Mexicains des territoires perdus dans les années 1840.
Chez Dan Simmons ça s’appelle la Reconquista
Le Japon occupe dans la géopolitique de la dystopie créée par l’auteur une place prépondérante. Le pays du soleil levant est devenu un empire féodal « moderne » où les zaibatsu se disputent le monde. 

Dans cette Amérique que je qualifierai de post-apocalyptique (certains passages évoquent Mad Max) un multimilliardaire japonais engage un privé Nick Bottom, pour reprendre l’enquête sur la mort de son fils, qui s’est déroulé 10 ans plutôt. 
Ce qui semble dicter ce choix est de toute évidence que Bottom était en charge de l’enquête lorsqu’il appartenait aux forces de police de Denver, et que d’autre part il est accro au Flashback, une drogue très bon marché qui permet de revivre des souvenirs parfaits. Il est donc le plus à même de revoir toutes les pièces du dossier. 
Mais bien entendu ce n’est pas si simple. 

En tout état de cause j’ai le sentiment d’avoir passé un excellent moment, et ce n’est pas peu dire : Flashback est un roman extrêmement captivant, en compagnie de quelqu’un, si tant est que Dan Simmons exprime ses propres idées, dont je suis loin de partager toutes ses valeurs et (justement) toutes ses idées.

Commentaires

  1. J'en avais pensé du bien aussi, tout en n'adhérant pas du tout à ses idées et valeurs.
    http://culturemoderne.blogspot.be/2012/06/retour-en-arriere.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma part j'ai trouvé la "fin" plutôt réussie.

      Supprimer
  2. Elle est pas mauvaise remarque. Mais elle n'a pas fonctionné chez moi. ( après, je pense de plus en plus sérieusement que je deviens blasé ou que j'attends trop de la SF ; de plus, je préfère Simmons dans le registre du fantastique : Terreur est son roman récent qui m'a le plus retourné. J'attaque "Collines Noires" bientôt).

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®