mercredi 5 avril 2017

In a Valley of Violence (western)

Un générique et une musique très réussis
.... Ça commence plutôt bien : un ton décalé, un marshall tout aussi atypique sous un vernis plus conventionnel, et un humour noir pas exempt de quelques surprises.
Seulement, 1 heures 40 c'est long, très long, surtout quand le scénario tient sur un ticket de métro (alors qu'il n'y a pas plus de métro que de ticket afférent à ce moyen de locomotion dans le film en question).

Pour le coup, In a Valley of Violence aurait gagné à être produit comme une « série B » ; à savoir ces films - dont L'Âge d'or se situe du milieu des années 1930 à la fin des années 1940 - produits dans le cadre de la double programmation, et qui ne duraient qu'entre 50 et 70 minutes (Pour en savoir +).

Plus ramassé le film de Ty West aurait gagné au change, et généré plus de plaisir que d'ennui.

.... Reste que si tous les acteurs font le job, celui qui s'en sort le mieux n'est autre qu'Abbie (alias Jumpy) :
Un film qu'on peut voir, à la rigueur !

2 commentaires:

  1. Alors ça !! J'ignorais totalement que Ti West était sorti de son créneau de prédilection (le film d'horreur) pour se laisser tenter par le western...
    Le genre est trop peu représenté en ce moment (malgré une petite embellie ces dernières années, mais sans commune mesure avec ce qui se produisait il y a quelques décennies) pour faire la fine bouche devant une tentative de ce type, fût-elle inaboutie... Les longueurs, par exemple, constituent un écueil fréquent de son cinéma, qui m'intéresse malgré tout.
    Merci du tuyau !!

    RépondreSupprimer