Accéder au contenu principal

Miami Vice (le film)

.... À croire que la durée d'un film (2 heures 19) est la contrepartie des longueurs que nous impose son réalisateur : « c'est pas bon mais au moins c'est long ». Certainement moins que le scénario sur lequel il s'appuie, en tout cas.

Cette fois-ci il s'agit de Michael Mann, qui a eu l'idée de greffer à son long-métrage - le susdit Miami Vice - des clips tout aussi longs de ses tubes préférés.
Si la série télévisée était déjà un modèle de vacuité, sa transposition au cinéma est une belle réussite qu'on ne peut décemment pas accuser de trahir sa source.
Oserais-je dire que Mann se regarde filmer ? En tout cas c'est assez bien imité, et le plaisir qu'il y a pris semble inversement proportionnel à celui que j'ai pris à en regarder le résultat. 
Ajoutons un scénario qui ne s’embarrasse ni de cohérence, ni d'une once d'originalité.
En effet comment croire qu'une organisation capable de retrouver en l'espace de quelques heures les proches d'un agent infiltré, ne puisse pas éventer sa couverture ? 

Pour le reste il s'agit d'un cinéma à fort taux de testostérone, sans surprise, interprété par un Jamie Foxx qui s'en sort très bien, d'un Colin Farrell qui en fait des tonnes (mais son personnage l'exige aussi), et d'une Gong Ltrès crédible, dont le personnage plutôt intéressant du début perd assez rapidement de son magnétisme, dommage. 

Le reste du casting est soit vaguement présent, ou très caricatural (quand ce n'est pas un mélange des deux).

Un film que j'aurais pu ne pas voir (si ce n'est qu'il m'a permis de constater que la touche « avance rapide » est une belle invention).  

Commentaires

  1. Laurent Lefeuvre m'a vanté les qualités de Mann sur ce film... Moi, Mann m'ennuie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi, si j'en crois ce "Miami Vice", et "Hacker" que j'ai vu il y a quelques mois.

      Supprimer
  2. Entre-nous, le matériau de départ était déjà pseudo-esthétisant et boursouflé.

    RépondreSupprimer
  3. moi, j'ai bien aimé, c' est à partir de public ennemies que j' ai trouvé qu' il commençait à faire n' importe quoi et que les critiques étaient devenus aveugles ( en me survendant notamment dans hacker un gunfight entre des blocs de béton totalement anecdotique )

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.